FAQFAQ  CalendrierCalendrier  AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 I am a Lengend [Akira] [TERMINÉ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Cheshire Cat
+~.Beginner.~+
+~.Beginner.~+
avatar

Féminin Age : 23

Carte du Joueur
◊ Power:
◊ Orientation Sexuelle:
Your Relationships:

MessageSujet: I am a Lengend [Akira] [TERMINÉ]   Mer 13 Juin - 6:43

    On en a tous entendu parler. On a entendu des rumeurs, des légendes. On en a eu peur et on l’a admiré. Pourtant, malgré sa grande popularité, personne ne l’a jamais rencontré. Et si vous l’avez rencontré, vous ne savez même pas que c’était lui. Peu de personnes savent à quoi il ressemble, tout ce qu’on connaît, c’est sa façon d’agir et puis, laissez-moi vous dire qu’il n’y a pas qu’un seul fou en ville. En fait, il n’y a que ça. Vous l’avez croisé, vous lui avez peut-être même parlé, mais jamais vous saurez qu’il s’agissait de lui. Il aime être discret comme il aime parfois être reconnu. Il aime qu’on se rappelle de lui, de son existence, mais il aime aussi qu’on ignore qui il est vraiment. Il est partout. Il n’y a pas une place où il n’est pas allé à Wonderland et il n’y a pas une chose qu’il ne sait pas.

    Celui Qui Sourit s’était arrêté ce jour là à cette charmante ville qu’était Christmas Town. Il adorait goûter une branche de sucre d’orge ou encore se rouler dans la neige, mais le froid ne le faisant pas, il alla vite se réfugier dans une taverne où il fut chaudement accueilli. La chaleur de l’endroit eut tôt fait de le faire ronronner. Son cœur se réchauffait et ses doigts prenaient lentement le temps de dégeler. Il n’aimait pas sentir le dégel sur ses doigts, c’est pourquoi il rendait rarement visite à cette ville, mais il y avait des choses uniques à cet endroit que l’on ne trouvait pas ailleurs. Comme ce délicieux chocolat chaud que l’on ne peut véritablement déguster qu’après avoir passé du temps dans une neige froide et cotonneuse.

    La légende arriva au comptoir, près du tavernier et lui demanda une boisson chaude ainsi qu’un biscuit aux pépites de chocolats multicolores. L’homme trapu déguisé en père-noël alla chercher la commande du jeune homme et la lui offrit sur un plateau d’argent, comme on fait avant d’aller se coucher, quand on offre du lait chaud et des biscuit au gentil bonhomme à la barbe blanche. Le serveur attendit ensuite que son client le paye. Ce qu’il fit, en lui offrant une poignée de boutons en bois. Le tavernier le regarda, incrédule.

    – Il faut de l’argent, Monsieur.

    La célébrité laissa tomber un énorme sourire avant de répliquer.

    À mes yeux, il s’agit de bien plus que de l’argent.

    – Mais je ne peux pas l’accepter.

    Mmh, je ne pense pas que vous ayez bien compris.

    Le jeune homme se leva et attrapa le collet du bonhomme en manteau rouge. Il approcha doucement sa bouche de son oreille et lui chuchota quelques mots au creux de cette dernière. À mesure qu’il parlait, les yeux du tavernier s’agrandissaient. À la fin, le jeune homme relâcha le serveur et le regarda dans les yeux. Pendant un court instant, les pupilles du client s’allongèrent, devenant identiques à celles d’un chat, faisant frissonner l’employé. Il lui fit ensuite un grand sourire candide et reprit place sur son tabouret. L’homme attrapa la poignée de boutons et demanda d’une voix tremblante.

    – Autre chose Monsieur…

    Appelez-moi Chase. Non, merci, ça ira comme ça.

    Celui qui Sourit sirota ensuite sa boisson en ronronnant de plaisir alors que le tavernier déguerpissait au plus vite pour aller servir un autre client, heureux de pouvoir quitter la compagnie de cette légende vivante.

    Lui, il souriait, seul, assis sur son tabouret en pain d’épice, à regarder le vide. Quoi de plus amusant que de voir la panique dans le regard d’un homme, quand enfin il comprend qu’il a devant lui le célèbre Cheshire Cat ? Quoi de plus flatteur que d’être connu de tous, même des pauvres taverniers.


Dernière édition par Cheshire Cat le Mar 26 Juin - 7:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Akira U. Matuszak
+~.Dream.~+
+~.Dream.~+
avatar

Masculin Age : 22

Carte du Joueur
◊ Power: Contrôler son ombre
◊ Orientation Sexuelle: Hétérosexuelle
Your Relationships:

MessageSujet: Re: I am a Lengend [Akira] [TERMINÉ]   Mer 13 Juin - 11:44

    Christmas Town... Une bien belle ville qui lui rappelait son village natale. Non pas pour ses maisons en pain d'épice, ses réverbères en sucre d'orge et ses lumières éblouissantes à en devenir aveugle mais plutôt pour sa neige abondante. Que de doux souvenirs quand il se roulait dans la neige avec son meilleur ami. Enfin, ça c'était avant. Akira est beaucoup trop vieux pour faire ça, ou plutôt trop mature pour ce genre de chose. Il est devenu sérieux, trop sérieux. Mais la neige lui donne quand même un petit sentiment rassurant, il se sent plus à sa place à cet endroit de Wonderland qu'ailleurs. Et tout ça juste pour de la neige ? Akira avait du mal à s'habituer à ce nouveau monde, il n'y connaissait rien, il ne connaissait personne et en plus de ça il devait être trois fois plus méfiant et sur ses gardes que lorsqu'il était encore envie. Le pied total en résumé.

    Il entra dans la ville, les pas lents et lourds de fatigue ainsi qu'avec un regard épuisé rivé sur ses pieds. Inconsciemment il s'amusait à souffler pour faire de la buée, juste pour la voir s'élever dans le ciel puis disparaître, et aussi pour sentir son souffle chaud monter jusqu'à son front. C'était devenu un tic, il a vécu toute sa vie dans la neige, il était devenu habituel pour lui de faire ça quand il attendait quelqu'un ou tout simplement quand il revenait d'une dure journée. Et à Wonderland, aucun repos pour lui. Sa marche de traînard le berçait pour le maintenir éveillé, à chaque pas il s'encourageait à aller plus loin encore jusqu'à atteindre un endroit où il pourrait se reposer. Et ce fameux lieu qui lui permettra une douce détente en cette jolie soirée fut choisit d'un rapide coup d'oeil:
    « La Taverne Au bon pain d'épice »

    Il agrippa lentement la poignée et tout en la faisant tourner il donna un coup d'épaule dans la porte pour l'ouvrir. A partir du premier pas franchit vers cette pièce chaleureuse, il sentit ses membres se décrisper et une incroyable chaleur chatouiller son visage. Il passa sa main glaciale sur son nez et ses oreilles, rougis par le froid. Il continua son chemin vers le comptoir tout en faisant bouger ses phalanges pour faire circuler le sang, et une fois arrivé devant le tavernier, il entrouvrit les lèvres :


« Un verre de V- Non Oubliez... Une tasse de café. »

    En vrai il détestait ça, il haïssait plus que tout le goût amer et désagréable de la caféine sur son palet. Mais ça ne l’empêchait pas d'en boire des litres par jour. Peut-être qu'au bout d'un moment cette saveur lui deviendrait plaisante. Mais même après des mois à se saouler au café, ça n'avait rien changer. C'était évident, il n'était plus en Russie. Adieu les litres d'alcool médiocre qu'il pouvait ingurgiter en une soirée... Adieu les ardoises non épongées... Adieu douce chaleur piquante qui réanimait son cœur. Aujourd'hui, place aux divers thés et cafés. S'il en boit autant depuis sa venue à Wonderland, c'était pour s’empêcher de vider les stock d'alcool de chaque bar qu'il pourrait croisé sur son chemin. Il l'avoue lui même : C'est un alcoolo, un accroc de la bibine. Il ne s'autorise qu'une soirée pour picoler, le reste c'est du café.

    Sans attendre de réponse, il ne s’arrêta pas devant l'homme et décida d'aller directement s'asseoir. N'importe quelle place, pourvu qu'il puisse s'affaler et souffler un bon coup. Tout cela semble se passer vite … Et pourtant. A côté de lui il vit un homme donner des petits boutons au serveur. Tout en allant s'asseoir il continua de fixer les deux individus. Celui assit murmura quelque chose à l'autre, qui étrangement prit la poudre d'escampette. Akira haussa un sourcil en voyant le serveur partir sans demander son reste. Il continua d'observer l'autre homme assit et détourna le regard en s’apercevant qu'il le fixait sans se cacher. Il baissa sa casquette et frotta ses mains lorsque le même garçon vint lui apporter son café. Il le posa délicatement sur la table, juste devant Akira.


« Votre café, monsieur. Dit-il les dents plus ou moins serrés
- Oui oui... répondit Akira en lui adressant seulement un geste de la maintenant
- Et l'argent ?
- Vous acceptez les boutons, hm ? »

    La pointe d'ironie dans sa phrase ne se faisait pas sentir à cause de son ton naturellement neutre. Il fouilla dans la poche intérieure de sa chemise et tendit la somme convenue. Le serveur partis, décidément malchanceux. Quant à Akira, contemplait sa tasse en passant une main par dessus, les vapeurs chaudes étaient agréables à sentir. Il touilla son café puis jeta un discret coup d’œil à l'homme aux cheveux turquoises. Encore plus étrange que ses cheveux rouges sang. Il souleva d'une main sa boisson et la regardait lorsqu'il n'examinait pas du coin de l’œil l'autre client. Il ressentait quelque chose de bizarre. Cet homme n'avait rien de normal... Déjà il paye en bouton, puis il réussit à convaincre un serveur que ça en vaut la peine. Même complètement torché Akira n'y songerais même pas.
Revenir en haut Aller en bas
Cheshire Cat
+~.Beginner.~+
+~.Beginner.~+
avatar

Féminin Age : 23

Carte du Joueur
◊ Power:
◊ Orientation Sexuelle:
Your Relationships:

MessageSujet: Re: I am a Lengend [Akira] [TERMINÉ]   Jeu 14 Juin - 13:17

    Son cœur grossissait de bonheur à mesure qu’il buvait son chocolat chaud. Il sentait chaque gorgée descendre lentement dans son cou, venir réchauffer sa poitrine et entreprendre le long chemin de ses intestins. Il n’y avait pas mieux que cette taverne pour offrir cette si délicieuse boisson. Il fermait les yeux de plaisir, c’était aussi délectable que le lait chaud pour un chat.

    Chase ne venait pas ici. Les chats préfèrent les endroits confortables. Le genre d’endroit où l’on peut dormir dans un arbre sans risquer de frissonner durant la nuit. Donc un endroit comme Christmas Town, couvert de neige, ne l’encourageait pas vraiment. Mais pourquoi pas y aller une fois par décennie? La seule raison qu’il avait de s’y rendre était bien pour sa boisson chaude, mais, sait-on jamais, Chase espérait toujours rencontrer de nouvelles choses.

    Et, comme si le destin, ou ce qu’on appelle Dieu, avait entendu son appel silencieux on lui amena une pièce intéressante. Un garçon un peu plus jeune que lui physiquement, aux cheveux rouges flamboyant, portant une casquette, semblant vouloir se soustraire à la vue des autres. Un seul regard furtif vers lui et Chase savait qu’il pourrait s’amuser. Seul à sa table, son visage légèrement camouflé dans l’ombre, un sourire énorme vint fendre son visage jusqu’aux joues, dévoilant des dents qui ne devraient pas exister. Un sourire effrayant, inquiétant, celui du Cheshire Cat. Un sourire que personne ne pu remarquer. Chase était un maître de la subtilité. Le sourire ne dura qu’un moment, qu’un petit laps de temps avant que le chat ne disparaisse de son tabouret pendant que le garçon contemplait son café. Encore un fois, personne ne s’en rendit compte, sauf le serveur qui ne fit que s’éloigner encore plus loin.

    Le chaton réapparut brusquement, silencieusement derrière le nouveau venu et aussitôt, lâcha un commentaire.

    Pourquoi boire quelque chose que l’on n’aime pas ? C’est absurde !

    Il disparut de nouveau pour réapparaître devant le jeune homme, assis sur une chaise, le regardant d’un air curieux. Il tira ensuite la langue en faisant une mine de dégoût.

    D’autant plus que le café a un goût effroyable !

    Il posa son coude sur la table, plaçant son menton dans sa main.

    Vous devriez essayer le thé, je connais quelqu’un qui en est spécialisé.

    Il lui fit un clin d’œil avant d’observer la mine du garçon pendant encore un instant. Il repartit ensuite la conversation de plus belle, même s’il parlait tout seul pour l’instant.

    Vous êtes nouveau n’est-ce pas ?

    Il se rapprocha du garçon. Assez près pour le mettre mal à l’aise. Chase n’avait pas le sens de l’intimité. Pour lui, ce genre de chose n’existait pas. Mettre son visage à quelque centimètre de celui d’un autre ? Pourquoi est-ce que ça dérangerait ? L’homme légendaire plissa les yeux, l’air penseur ou professionnel.

    Je vous donne max deux semaines.

    Chase lui fit un grand sourire, puis laissa retomber le silence. Le tavernier, lui, regardait toujours la scène. Ses yeux semblaient vouloir lancer un signal d’alarme au jeune homme qui s’était brusquement vu accompagné d’un chat aux avances malicieuses.



You speak the truth ?
I pose that the untruth
of this truth upon truths
holds truer.

The Cheshire Cat
knows all truths and
finds as yet no
contradictions nor chaos.

To trust or not to trust ?
I trust you'll decide.
Revenir en haut Aller en bas
Akira U. Matuszak
+~.Dream.~+
+~.Dream.~+
avatar

Masculin Age : 22

Carte du Joueur
◊ Power: Contrôler son ombre
◊ Orientation Sexuelle: Hétérosexuelle
Your Relationships:

MessageSujet: Re: I am a Lengend [Akira] [TERMINÉ]   Ven 15 Juin - 7:00

    Alors qu'il avait prit son courage à deux main pour commencer à se désaltérer, une présence se faufila derrière lui telle une ombre. Quelque chose ou quelqu'un qui n'était pas là avant. Il l'aurait vu ou au moins ressentit pourtant. Il était plutôt fort à ça d'habitude, tellement qu'il se méfiait de tout. Mais peu importe, cette présence est la et elle était gênante pour Akira.


« Pourquoi boire quelque chose que l’on n’aime pas ? C’est absurde ! »

    Akira tourna légèrement la tête pour voir son interlocuteur... Celui ci ayant disparu. Avait-il halluciné ? Il accumulait … Alcoolo, suicidaire et en plus de ça il est victime d'illusion. Wonderland ne lui réussissait pas du tout. En tournant la tête il aperçu une silhouette assise devant lui. C'était lui. L'homme qui payait avec des boutons tirait la langue d'écœurement. Peut-être Akira n'était pas devenu si fou que ça ?


« D’autant plus que le café a un goût effroyable ! »

    L'homme posa son coude sur la petite table et plaça son menton dans le creux de sa main. Akira, lui, reposa la tasse devant lui. Il avait perdu toute envie de boire finalement. Il fixa son café, puis releva lentement son regard vers son locuteur. Comme à son habitude il restait calme, trop calme. A la limite de l'indifférence. Son regard était souvent vide. Comme s'il n'écoutait pas et qu'il restait dans son monde. Pourtant c'est quelqu'un de très attentif et observateur.



« Vous devriez essayer le thé, je connais quelqu’un qui en est spécialisé. »

    Akira reçu un clin d’œil. Il n'avait pas le temps de répondre, que déjà une autre phrase venait l'en empêcher. Décidément... Quelle chance inuit il a depuis toujours...


« Vous êtes nouveau n’est-ce pas ? »

    Il aurait voulu lui répondre... Lui dire de se taire, lui dire que non, lui dire d'aller voir ailleurs s'il y était. Il allait pour enfin ouvrir la bouche mais rien ne sortit. Quelque chose l’empêcha d'agir. Il vu l'homme se rapprocher dangereusement de lui. Il le voyait de très près, trop près même. C'est à peine s'il restait assez d'espaces pour respirer. Il resta glacial et immobile, se contentant de l'observer faire. En réalité il détestait ça. S'il n'aimait pas qu'on le touche, il n'aimait pas non plus qu'on l'approche de trop près. Mais dans ces situations il préférait rester calme et indiffèrent. Tellement calme qu'il ne se demandait même pas comment un inconnu sait qu'il hait le café alors qu'il n'a pas encore bu. L'amusé plissa les yeux puis poursuit par :


« Je vous donne max deux semaines. »

    Courte phrase accompagnée d'un grand sourire malfaisant. Le rouquin lança un rapide coup d’œil fuyard et aperçu un regard préventif du tavernier, comme s'il essayait de lui dire de courir le plus loin possible et d'ignorer cet homme. Akira soupira intérieurement et jeta la tête en arrière en la reculant pour être le plus éloigné qu'il le pouvait de son emmerdeur du jour. Il s'enfonça aussi dans sa chaise pour garder une distance minimum et attrapa doucement les épaules de l'homme pour le repousser. Assez gentiment il faut l'avouer. Il aurait pu l'envoyer valser pour lui faire comprendre qu'il ne faut pas aller agacer le premier venu. Mais non. Même lorsqu'on le fait chier à un plus haut point, Akira reste impassible. Pas détendu, ça non. Il est constamment crisper à ne plus s'en rendre compte. Mais il est calme quand même. Il lâcha l'homme et se redressa, le dos droit pour une fois, la tête à moyenne hauteur, le regard sûr. Il entrouvrit d'abord la bouche mais aucun son ne fit entendre. C'est après quelques secondes qu'il commença sa phrase :


« Deux semaines ? C'est bien trop gentil. Je parierais plutôt sur une semaine, moi. »

    Et dans son élan il attrapa sa tasse pour boire un coup. Il se força à ne pas grimacer, et pour une fois il réussit à le faire parfaitement. Après des jours, peut-être des mois aussi, d'entrainement, il arrivait enfin à boire cette détestable boisson chaude sans sucre et sans moue désagréable. Peut-être allait-il commencer à apprécier le café. Peut-être qu'elle n'était si insupportable que ça après tout. Peut-être même que ça pourrait totalement remplacer l'alcool...


« Et votre eau chaude, je la bois seulement à 40° »

    Quel humour ce polonais. Une blague digne de ce nom. En même temps il n'a jamais nié le fait qu'il a un humour très … merdique. Humour polonais après tout. Il continuait de fixer l'homme puis bu une deuxième gorgé. Il n'allait pas en dire plus. Il préférait analyser la scène d'abord, analyser le personnage, analyser ses réactions et son caractère. Il voulait voir à quel genre d'homme il pouvait avoir à faire, quel genre de fou de Wonderland ? Déjà qu'à première vu il ne semblait pas être quelqu'un de normal. Enfin tout est relatif. Qu'est ce la normalité ? Mieux... Qu'est ce la normalité à Wonderland ? Dans ce cas là il serait plus logique de dire que la normalité naturelle d'Akira est une folie, et la normalité est la naturelle folie de l'autre homme.
Revenir en haut Aller en bas
Cheshire Cat
+~.Beginner.~+
+~.Beginner.~+
avatar

Féminin Age : 23

Carte du Joueur
◊ Power:
◊ Orientation Sexuelle:
Your Relationships:

MessageSujet: Re: I am a Lengend [Akira] [TERMINÉ]   Sam 23 Juin - 5:36

    À partir du plus petit des détails jusqu’au plus important événement de votre vie. Des choses que vous aimez aux choses que vous répugnez. Des beaux moments aux instants dont vous ne voudriez pas vous rappeler. Chase le sait. Il est au courant de tout sur vous. Vous ne l’avez jamais rencontré ? Il vous connaît quand même. Il connaît votre nom, vos secrets, vos peurs, vos désirs. Pour lui, vous n’êtes qu’un journal intime géant renfermant tout sur vous. Y compris les choses que vous ne voudriez pas que les autres sachent. Il s’agit là de l’une des rumeurs qui court sur le Cheshire Cat. Il sait tout et il vous est impossible de vous soustraire à son regard.

    Cependant, vous comprendrez que c’est une aptitude incommodante pour notre cher Chaton qui a-do-re les surprises. Il se ferme donc à tout ce qu’il peut voir, tout ce qu’il peut savoir. Il le sait quand même, mais il s’y soustrait la plus part du temps. D’autant plus que même en connaissant parfaitement une personne, il y a certaines choses que l’on ne peut prévoir. Ainsi est fait l’être humain. On croit le connaître, mais il nous surprendra toujours.

    Chase aime par contre savoir des petits détails amusants qu’il utilise à son avantage ou simplement pour jouer, pour rendre l’autre douteux ou préférablement fou. Chase aime spécifier quelque chose qu’il n’est normalement pas sensé savoir. Il aime recevoir ce regard d’incompréhension de la part de son interlocuteur. Il aime voir ce questionnement dans ce regard troublé "Comment est-il au courant ?"

    En voyant l’autre caler son café, un petit sourire retenu vint naître sur son visage. Il le savait. Il savait qu’il s’appelait Akira, il connaissait chaque point, chaque virgule de sa vie et il savait par conséquent qu’il répugnait le café. C’est pourquoi il retenait un rire. Un rire fou face à celui qui se forçait à boire ce qu’il n’aimait pas. Après que le jeune homme aux cheveux de feu ait terminé sa gorgé, le chat répondit à son commentaire en baissant la tête en signe de révérence.

    Oh, vous me voyez désolé. Voyez-vous, je me trompe rarement sur les choses, mais une semaine est un si petit chiffre, jamais on ne douterait qu’une personne n’ait passé une seule semaine sur Wonderland.

    Il lui fit un grand sourire, puis sembla devenir nostalgique.

    Ma première semaine… cela fait si longtemps de ça. La plus belle semaine de ma vie. Qu’en dites-vous ?

    Quand le jeune Akira vint faire une blague, Chase ria si fort que tout le monde dans la taverne se retourna pour le dévisager. Il ria pendant un bon deux minutes sans arrêt comme si le jeune homme venait de lancer la meilleure blague du siècle. Si son rire était sarcastique ou sincère ? On ne le saura jamais.

    Je t’aime bien, Akira. Tu manques d’expérience, mais je t’aime bien.

    Son regard plongea dans celui du garçon pendant une fraction de seconde. Un regard profond et énigmatique. Le genre de regard qui vous rend mal à l’aise parce qu’il vous donne l’impression qu’il peut voir au plus profond de vous. Sauf qu’avec Chase, c’était bel et bien le cas.

    Je parle de Chase comme s’il était un être invincible, dépourvu de faille. Je ne veux pas qu’il ait l’air là d’un super puissant aux pouvoirs sans limites, car un pouvoir, peu importe à quel point il est grandiose, a des limites. Le Cheshire Cat lui-même a ses propres limites. Il y a des choses sur les autres qu’il ne sait pas. Il sait qu’Akira boit du café. Mais il ne sait pas pourquoi. Autre Chose. Chase sait tout. Il est au courant de tout, mais une chose l’échappe à son insu : son propre passé. Saurez-vous savoir pourquoi ?
Revenir en haut Aller en bas
Akira U. Matuszak
+~.Dream.~+
+~.Dream.~+
avatar

Masculin Age : 22

Carte du Joueur
◊ Power: Contrôler son ombre
◊ Orientation Sexuelle: Hétérosexuelle
Your Relationships:

MessageSujet: Re: I am a Lengend [Akira] [TERMINÉ]   Lun 25 Juin - 3:32

    Cette sensation était désagréable, il pouvait le sentir aspirer toute sa vie en un regard. Comme si tous ses souvenirs s'en allait temporairement. Et puis se regard … intense, posé directement sur ses yeux d'un bleu vide. Il méprisait se genre de situation. Le type de circonstance qui lui donne envie de sortir son arme pour tuer la personne... Mais non, rester calme, juste rester calme. C'était le plus important. Ne jamais s'emporter. Il prit une grande inspiration et ne lâcha pas le regard. Ses sourcils c'étaient légèrement froncé, puis il se détendit d'un coup. Il le laissa lire en lui. Que pourrait-il trouver de vraiment intéressant après tout ? Akira est une personne banale... si on oublie ses cheveux rouges sang et ses yeux azur tirant presque sur le turquoise. Quelque chose le frappa alors. Non pas physiquement mais mentalement. il se remémora la dernière phrase dite par son interlocuteur en la mimant des lèvres sans faire sortir aucun son.


« Je t’aime bien, Akira. Tu manques d’expérience, mais je t’aime bien. »

    Il l'avait appelé par son prénom, il n'avait pas rêver n'est ce pas ? Au moins les présentations sont déjà faites. Car oui, Akira n'en avait strictement rien à faire du fait qu'on connaissait son nom sans qu'il ne l'ait dit, et aussi du prénom de l'homme. En fait il lui avait déjà trouver un surnom: L'emmerdeur n°7. C'était en effet la septième personne sur Wonderland à venir lui pourrir une calme et douce soirée solitaire. Il lui avait attribué un surnom, certes, mais se souviendrait-il de lui une fois cette soirée passée ? La réponse est évidente : A son réveil il sera passé à autre chose, et viendra peut-être un emmerdeur n°8. Mais pour l'instant c'était le septième qu'il avait en face. Il venait de poser le pour et le contre, et il décida de lui répondre. En fait il voulait l'ignorer et se plonger dans l'alcool. Mais comme il manquait l'élément important, il en conclus donc que s'il devait rater son plan, autant le rater jusqu'au bout.


« Vous appréciez qui vous voulez, ça ne me regarde pas. »

    Puis il marmonna les dents serrés pour évité d'être entendu :


« De toute façon vous changerez vite d'avis. »

    Il se pinça la lèvre inférieur après avoir chuchoter, puis la mordilla ce qui lui redonna un peu de couleur. Il baissa le regard sur son café puis releva le regard vers lui. Il semblait perturbé. Il avait besoin de quelque chose mais il ne savait pas de quoi. Ça le démangeait depuis la venu de l'homme. Ça lui donnait l'envie de bouger. Ça le rendait différent. Lui qui était si calme d'habitude. Il l'était certes... Mais intérieurement non. Il n'avait pas à se retenir d'habitude … Cela fait des lustres qu'il n'avait pas été si émotif... Quand était-ce la dernière fois ? Il ne s'en souviens même pas. Mais s'il trouvait la raison à ça... Et si c'était... A cause de la présence de l'homme ? Était-il si agaçant que ça ? Il le savait au plus profond de lui, ce n'étais pas ça. Bien sûr que c'était énervant pour lui que quelqu'un vienne lui parler sans aucune raison mais d'habitude ça ne lui faisait rien. Il restait de marbre et laissait la personne parler dans le vide, celle-ci le traitait de glaçon puis s'en allait. Mais la non, il réagissait différemment. C'est le fait de ne pas savoir la raison qui le perturbait encore plus.
    Il sortit de ses pensés dans un léger sursaut puis abandonna son regard vitreux pour reprendre son air indiffèrent. L'homme avait-il dit quelque chose ? Akira n'avait même pas entendu un son. C'était comme si pendant un cours laps de temps il avait été ailleurs, très loin, la où personne ne va. Une sorte de petit black-out il aurait pu en un instant penser tout ça, réfléchir intensément à cette situation. Et la il était bon pour y repartir. Il se reprit et plissa les yeux après les avoir fait cligner rapidement. Il se redressa et bougea ses épaules pour faire craquer les os de son dos, provoquant une brève douce mélodie commençant de sa nuque allant jusqu'au bas de sa colonne vertébrale pour s'estomper subitement, être affalé ne l'aidait pas à resté éveillé et lui détruisait les reins à petit feu.


« Et sinon, vous allez souvent voir les gens comme ça sans aucune raison ? »

    Il fit une petite transition pour le laisser réfléchir à une réponse mais continua avant même qu'une quelconque phrase puisse sortir de sa bouche. En fait il voulait même lui couper la parole, quitte à hausser la voix pour parler.


« C'est vrai que c'est bien de parler comme ça... Mais le calme et...la solitude, c'est euh... Ah, oui... Mieux. »

    dit-il en détachant les mots, le tout très doucement. Comme s'il était en phase terminal d'alcool, quand on tient un seau près de soi et qu'on ne sait pas si on va se vider ou non. La partie d'une soirée très désagréable, où vous avez tellement bu que vous en souffrez et regrettez, que chaque mot se détache, chaque soupire donne des nausées. Ce moment où vous vous dites « Plus jamais » mais qu'au fond de vous, vous le savez bien... Vous recommencerez.
    Il soupira et s'accouda au bout le plus proche de la table, le bras pas trop loin de celle-ci pour ne pas trop bouger. Il courba juste son dos en avant et dans son essor il prit sa tasse dans la main. Il regarda le fond de café qu'il restait. Pour le prix qu'il l'avait payé, il fallait qu'il le finisse. Il ne roulait pas sur l'or, loin de là. C'était dans ses instants là qu'il se disait que si à la place il prenait de l'alcool, il ne pourrait même pas dormir une nuit dans le mois dans l’hôtel le plus miteux du monde. Mais bon après tout... Pour le peu qu'il dort... Au moins la caféine l'aidait à garder les yeux ouverts … et cernés aussi. Il avait peu fière allure, mais son but n'était pas d'attirer les gens... Non il préférait plutôt rester dans son coin. Et puis ce n'est pas comme si un jour il avait eu l'air pleinement en forme.


« Tiens … Je crois qu'il y a un autre client qui vient d'entrer... Vous n'allez pas le voir ? »

    Après la démonstration d'humour pourri polonais qui avait fait rire son interlocuteur pendant un bon moment, voici les excuses minables qu'il sort juste pour une soirée de plus au calme. Son argument lamentable ne tenait pas la route une seconde. Le mieux dans l'histoire, c'est qu'il le savait et que c'était pas nouveau. Peut-être qu'il allait cette fois-ci le faire pleurer de rire ? Peu importe. Il baissa la tête et massa ses tempes de sa main libre et joua avec le dessus de la tasse en faisant glisser son index dessus. Après avoir passer sa main grisé de terre sur son visage et abaissé la visière de son couvre-chef, il reposa son regard sur son gobelet en faïence. Il resta silencieux jusque là.
Revenir en haut Aller en bas
Cheshire Cat
+~.Beginner.~+
+~.Beginner.~+
avatar

Féminin Age : 23

Carte du Joueur
◊ Power:
◊ Orientation Sexuelle:
Your Relationships:

MessageSujet: Re: I am a Lengend [Akira] [TERMINÉ]   Lun 25 Juin - 10:35

FOUadj. et n. Se dit d’une personne
atteinte de folie. Qui apparaît extravaguant
dans ses actes, ses paroles. Qui semble hors de
soi, sous l’influence d’un sentiment violent.
Contraire à la raison, à la sagesse, à la prudence.


    Chase n’est pas fou.

    Vous ne me croyez pas, je le sais. J’ai peine à me croire moi-même. Mais je me dois de le répéter, pour que vous le compreniez bien : Chase n’est pas fou. Il est simplement incroyablement intelligent. C’est ce que je crois… et c’est peut-être ce que j’espère. Non, attendez, j’ai mieux encore. Chase est un fou qui a du géni. Et si je le reformulais encore une fois ? Chase fait semblant d’être fou, mais il échafaude en même temps des plans. Des jeux qui lui permettent de s’amuser tout son bon cœur. Connaissant une personne seulement en posant son regard sur lui, il aime beaucoup utiliser ce qu’il connait contre cette même personne. Il aime voir la peur naître dans leur regard, voir ce désespoir, cette incompréhension. Il aime voir quelqu’un tomber dans l’oubli ou dans l’enfer d’une dépendance et il ne peut qu’enjouer regarder cette même personne s’en sortir enfin… ou s’enfoncer encore plus loin.

    Les blessures d’un homme peuvent être grandes. Et tout le monde sait qu’une blessure émotionnelle ne guérit jamais. C’est en l’oubliant qu’on s’en remet, mais dès l’instant où elle est remise à la surface, notre corps s’effondre de nouveau. Ce genre de chose, Chase sait très bien l’utiliser… Peut-être parce qu’il a une de ces blessures lui-même.

    Je vous entends d’ici vous écrier : « Mais il est fou ! »
    Quand est-ce que j’ai dis qu’il n’était pas fou ? D’accord d’accord, c’est la première ligne qui j’ai écrite, mais j’avais reformulé ! J’avais dis que Chase était en fait un fou avec du talent. Et c’est bien ce qu’il est. Il sait comment faire tomber les gens avec sa seule parole il en est le maître… et il en est la légende. Plus un homme a de blessures, de secrets ou de remords, plus Chase est attiré, plus il va s’en servir… et plus il deviendra fou.

    Récapitulation : Chase est fou, mais il a un génie incroyable. Considérez aussi que ce passe temps est pour lui comme une sorte de dépendance. Ironique n’est-ce pas ? Un homme dépendant à regarder des gens se noyer dans leur dépendance.

    Gardez maintenant cela en tête alors que l’on revient auprès de ces deux hommes attablés à la Taverne Au Bon Pain d’Épice.

    Chase s’amusait comme un petit fou. Il écoutait le jeune homme avec attention, analysant chaque mot, chaque phrase et chaque ton dans chaque mot. Son cœur rebondissait de bonheur. Ça faisait longtemps qu’il était tombé sur un être aussi intéressant, sur un spécimen au passé aussi sombre et surtout sur un individu ayant passé si peu de temps sur Wonderland. Un bon outil à utiliser, une bonne distraction pour la soirée. Vous l’aurez compris, le Cheshire Cat n’aime pas l’ennui. Il fuit ce dernier comme une peste. Il saisit donc toutes les bonnes occasions pour s’amuser. Un vrai gamin, vous me direz !

    Le Chaton fit semblant de ne pas avoir entendu le murmure du jeune homme. Il aurait bien répondu en disant « Oh ! Mais vous êtes bien plus intéressant que vous le croyez ! » Mais puisqu’il n’était pas sensé avoir entendu son argument, il ne fit que sourire bêtement.

    Chase le voyait dans les yeux d’Akira, que ce dernier était troublé. Il voyait tout. Non, Chase ne lit pas dans les pensées. Les yeux d’Akira étaient simplement un miroir. Un miroir qui ne laissait aucun doute sur les émotions qu’il pouvait avoir. Ce n’est pas de la magie, c’est juste du bon sens. Par la suite, Akira lança un autre argument, puis un autre, sans laisser la parole au chat, mais ce n’est pas ce genre de chose qui allait le froisser. Loin de là il trouvait ça rigolo. Il répondit quand finalement le jeune homme lui laissa la parole.

    Vous saurez, mon cher, qu’il y a toujours une raison derrière chaque action. Donc forcément, il y a une raison pour laquelle je viens vous voir.

    Il fit ensuite une grimace.

    Et puis, le silence, il y en a trop ici.

    Il lui refit ensuite un magnifique sourire et se mit à fouiller dans son sac de voyage qu’il trainait toujours avec lui. Il avait l’air nonchalant, innocent. De son sac il sortait toute sortes d’objets étranges. Une fourchette en plastique, la tête d’une poupée cassée, pleins d’objets casés non identifiés et une bague ornée d’un diamant. Il contempla cette dernière avec horreur.

    Que diable fait cette ordure dans mon sac ?!

    Et aussitôt, il la lança derrière lui, comme un vulgaire déchet pour ensuite reposer ses yeux sur le jeune Akira qui lança une autre blague.

    Cette fois, cependant, la réaction de Chase ne fut pas la même. Un sourire vint fendre ses lèvres, certes, mais le sourire semblait maléfique, sans bonnes intentions. De sa gorge vint sortir un ronronnement sonore qui, pour la situation, n’avait rien de mignon. Le Chat s’approcha d’Akira. Encore une fois, son visage était très près du sien.

    Il y a quelque chose que vous ne comprenez pas. Vous ne mesurez pas l’importance que vous avez à mes yeux. Vous ne semblez pas non plus remarquer à quel point vous êtes intéressant.

    La pression qui volait au dessus d’eux s’envola brusquement. Chase lui fit un sourire aimable.

    Et puis j’aime les hommes à secrets… ou plutôt devrais-je dire…

    Brusquement, sans avertir, le Cheshire Cat s’approcha du jeune homme, sa bouche tout près de son oreille, son souffle chaud se répercutant sur son cou. Il prononça deux mots suaves lentement en appuyant chaque syllabe avec délectation. Il prononça des mots lourds. Lourds sur la conscience d’Akira. Un secret imprononçable que seul Chase connaissait et que le jeune home gardait jalousement comme un dragon protégé son trésor.

    Par la suite, il se recula et contempla un instant le visage d’Akira, puis il s’évapora… et ne réapparut nulle part, laissant le jeune homme seul. Avec ces deux seuls mots, au côté d’une tassé de café vide.


Little lamb Little lamb
Sweet little lamb
Come eat in my hand
I’ll give you the heart of a man

Little lamb little lamb
If only you knew, little lamb
That now that you are in my land
You can’t get away from my lance



You speak the truth ?
I pose that the untruth
of this truth upon truths
holds truer.

The Cheshire Cat
knows all truths and
finds as yet no
contradictions nor chaos.

To trust or not to trust ?
I trust you'll decide.
Revenir en haut Aller en bas
Akira U. Matuszak
+~.Dream.~+
+~.Dream.~+
avatar

Masculin Age : 22

Carte du Joueur
◊ Power: Contrôler son ombre
◊ Orientation Sexuelle: Hétérosexuelle
Your Relationships:

MessageSujet: Re: I am a Lengend [Akira] [TERMINÉ]   Mar 26 Juin - 7:44

    Après lui avoir sourit de manière très malsaine il s'approcha de nouveau près de lui. Akira pouvait presque deviner ses paroles rien qu'en regardant ses yeux, il pouvait presque anticiper ses gestes rien qu'en l'entendant respirer. Il défendait encore son argument. Akira intéressant ? En rien. C'est un homme tout à fait normal qui prône la banalité. Mais … Cela faisait-il de lui quelqu'un d'extraordinaire pour ça ? Comme on dit, tout est relatif après tout. Ça signifierais donc qu'Akira est une personne attirante pour sa non-originalité. Lui n'était pas de cet avis. Il se trouvait aussi intéressant qu'il avait de l’intérêt pour les autres.

    Une tension les survolaient, surtout lui. Il se crispait progressivement dans son siège comme s'il assistait à la scène d'un meurtre ignoble. Mais pour l'instant ce n'était rien. Immobile dans le fond de son siège, il écoutait les battements vifs de son propre cœur, soufflait de manière inaudible à son rythme, sentait les légers tremblements de ses muscles, retenait son regard azur sur l'homme aux cheveux turquoise. En l'espace d'une seconde il avait pu ressentir tout ça. Ses sens commençaient à s'affoler. C'était la suite de ses symptômes, l'effet secondaire. Lequel ? Celui de quoi ? La peur, le stresse, le café, le contacte, l'ennui ? Rien de tout ça non. C'était quelque chose de plus simple. Juste la dépendance.


« Et puis j’aime les hommes à secrets… ou plutôt devrais-je dire… »

    Soudainement, il s'approcha un peu plus encore, mais cette fois-ci de son oreille. Le souffle sur son cou, un contacte physique quasiment acquis, là commençait vraiment le paroxysme de sa gêne. Rien que deux mots, juste deux mots, rien de plus. Cet instant tournait au ralentit, chacun de ses sons accentués écrasaient le rouquin. Ses yeux s'agrandirent progressivement, son cœur se serrait, son corps entier refusait un quelconque mouvement, son buste se gonflait alors que sa respiration se coupait. Il resta d'un air choqué pendant un bon moment. Tout s'était arrêté autour de lui. Il voyait trouble mais il pouvait reconnaître la chevelure clair de cette homme. Il le sentait encore mais … Il n'était plus la. Ça devait faire une bonne minute qu'il était surement partit. Quand il reprit conscience il cligna des yeux et se redressa. Il regarda autour de lui comme s'il venait de se réveiller d'un lendemain de cuite. Il se repassa en tête la dernière scène.

    Il y a de nombreuses choses qu'on peut faire à Akira, mais une seule le rend hors de lui. Ce secret, personne ne l'avait su ou deviner de toute sa vie. Personne ne s'était douté de quoi que ce soit. Et lui … Le félin … Il avait tout deviné en un regard. Il avait discerné quelque chose qui ne se voit pas, qui na rien dévident. Le genre de secret impensable. Mais il le savait quand même.

    Akira repassa sa main crade sur son visage, puis en enlevant sa casquette il continua son chemin en passant sa main dans ses cheveux. Il garda son couvre-chef sur ses genoux et jeta sa tête en arrière. Qu'allait-il faire ? Rentrer et boire. Voilà ce qu'il lui manquait. Le fauve avait-il une preuve ? Aux yeux d'Akira aucune. Il allait nier, comme d'habitude. Il est tellement coriace et têtu sur ce point qu'il finit par gagner.
    Il se recouvra la tête puis se leva d'un coup. Le serveur allait pour se diriger vers lui, mais Akira fila vers la porte sans demander quoi que se soit. Il baissa sa visière comme à son habitude et ouvra la porte pour sortir sans se retourner. Il n'arrivait pas à oublier la scène, il était trop perturbé pour ça. A chaque fois qu'il y pensait il avait envie de se frapper la tête contre le premier mur. Mais il resta de marbre au milieu de la neige. Il se mit à marcher parmi les flocons en réfléchissant. Le chat omniscient était passé d'emmerdeur n°7 à Gros chieur n°1. Personne jusqu'ici n'avait pu lui faire sentir se sentiment désagréable. Ce sentiment ? Non … ces sensations plutôt.

    Il soupira une dernière fois en regardant le ciel sortant du crépuscule, à peine étoilé. Il avait craquer, cette fois-ci il allait pas se retenir de quoi que ce soit, c'est pas comme si il avait quelque chose d'important à faire.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: I am a Lengend [Akira] [TERMINÉ]   

Revenir en haut Aller en bas
 

I am a Lengend [Akira] [TERMINÉ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
+°°Alice's game°°+ ::  :: Christmas Town :: Taverne "Au bon pain d'épice"-