FAQFAQ  CalendrierCalendrier  AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 L'amoureux des haut de forme [Euphoria]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


L'amoureux des haut de forme [Euphoria] Empty
MessageSujet: L'amoureux des haut de forme [Euphoria]   L'amoureux des haut de forme [Euphoria] HorlogeoMer 15 Sep - 10:30

    C'était une nuit bien sombre. La lune ne s'était pas encore montrée le bout du nez. Peut-être que les nuages l'en empêchaient parce que malgré la noirceur du ciel, on voyait qu'il était recouvert puisque aucune étoile n'était apparente. Et puis cette région de Wonderland était relativement calme. Il n'y avait ici que la maison du Mad Hatter et le château de la reine blanche. Appart ça, il y avait le cimetière dont les occupants se trouvaient bien peu bavards. Sinon, c'était relativement calme et bien peu de personne venait se promener dans cette région. Sauf peut-être les gens qui voulaient se recueillir sur des tombes sans nom ou encore ceux qui aimeraient passer les dernières heures de leur vie en compagnie de la reine blanche qui portait bien mal son nom d'ailleurs.

    Mais non, on n'avait pas besoin d'une raison pour se retrouver ici. Et celui qui en avait le moins besoin était bien ce très cher Chase. Cet homme agissait toujours sur son humeur de la journée. Il pouvait changer d'avis à n'importe quel moment comme une girouette. Il était venu ici pou la simple et bonne raison qu'il penser trouver des choses bien intéressantes en ces lieux. "C'est dans les lieux les moins fréquenté qu'on trouve les objets les plus rare". C'est probablement ça qu'il vous répondrait si vous lui posiez la question. Et non, quand il dit "objet rare", il ne veut pas dire objet de valeur, loin de là. Ce qui l'intéresse, ce sont des objets sans grande valeur aux yeux des autres. Un simple bouton de chemise peut dès l'hors de montrer bien au dessus du 5 dollar que vous aurez dans vos poches. Pour lui, le chapeau du Mad Hatter valait tout l'or du monde. C'était bien l'objet qu'il désirait le plus d'ailleurs.

    C'était donc cette raison qui l'avait amené dans ces lieux et qui l'avait conduit jusqu'au cimetière. C'était quelque peu impoli, mais il avait l'intention de déranger les morts en leur retirant le peu d'objet qu'ils auraient gardé avec eux dans leur tombe. De ce côté-là, il ne croyait pas avoir bien du succès puisque les vraie pierres tombales, c'est-à-dire celles qui gardaient un mort, étaient bien rare. La plus part n'étaient que décoration et on le voyait bien puisque la plus part n'avait pas de nom inscrit... seulement une date... sûrement celle de la fabrication.

    En arrivant au cimetière, il marcha sans grand problème vers sa première cible. Le brouillard dense ne le dérangeait guère et il commença dès l'or à creuser avec une petite pelte qu'il avait amené sur lui. Il s'agissait bien là d'un de ses trésors, mais même si cet objet avait de la valeur à ses yeux, il ne se gênait pas à l'utiliser. Après un petit moment de travail, le Cheshire Cat entendit un bruit. Un chant. La voix qu'il entendait était bien celle d'une femme. Il se redressa, repérant la source de la mélodie. Il s'avança vers sa nouvelle "cible", caché dans l'ombre d'un des rares arbres morts peuplant le cimetière. Tout ce qu'on voyait de lui était une rangée de dents blanche comme neige et parfaitement droite s'étirant en un large sourire. Il s'évapora soudainement de son observatoire pour réapparaître juste derrière la dame, le coude posé sur sa frêle épaule, caressant du bout des doigt le rebord du chapeau haut de forme qu'elle portait.

    Je connais quelqu'un qui porte un chapeau semblable à celui-ci. Le Mad Hatter, vous devez probablement connaître.

    Il marqua un silence, son sourire s'élargissant à mesure que le temps de silence s'allongeait.

    J'ai déjà essayé de m'en procurer un, mais jamais aucun n'a égalé la qualité de celui du Hatter. Pourtant, la douceur de celui-ci est presque aussi enivrante que le sien.

    Son ton était mielleux et ses yeux ne semblaient que voir le chapeau sans apercevoir la dame qui se cachait en dessous.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


L'amoureux des haut de forme [Euphoria] Empty
MessageSujet: Re: L'amoureux des haut de forme [Euphoria]   L'amoureux des haut de forme [Euphoria] HorlogeoVen 17 Sep - 6:36

Wonderland, pays de la folie et douceur de son cœur, Euphoria était de retour en ces terres. Le temps avaient passé, les mœurs avaient changé, le nombre de pauvres âmes avaient connu une ascension sans égale, tant de choses à voir, tant de nouveauté pour ses yeux envieux. Mais par quoi commencer qu’elle serait le mieux pour un commencement?

La douce ouvrit les yeux, au sommet d’un arbre, elle soupira, franchement elle aurait pu arriver dans meilleur endroit, les bras d’Alice, les draps de Mad Hatter, j’ai dit draps? Une tasse de thé? Allons bon, voila qu’il n’y avait que forêt et brume délicate, la nuit annonçait sa venue. Elle soupira, il était temps de reprendre les bonne habitudes. La main de la belle descendit dans le fond de sa poche, pour en sortir un ruban de soie rose, elle releva une mèche de ses cheveux presque blanc et se banda les yeux. Ah vous vous demandez sans doutes pourquoi? Et bien, elle ne savait pas réellement ou elle voulait aller, depuis le temps les chemins sont comme les gens , ils évoluent et finissent par changer.

Ainsi, yeux caché et souffle calme, elle partit voir du paysage, ironique non? Ses talons de plus de dix centimètre et sa petite robe toujours en harmonie avec son chapeau, son précieux chapeau du chapelier. Elle chantonnait ce qui pouvait passer dans son esprit clos, des chanson d’enfants ou marche militaire funéraire, étrange encore? Il suffit d’ajouter du sucre. Alors que les heures passèrent, la nuit avait complètement couvert les cieux de son manteau troué de lumière. Elle s’arrêta et retira le bandeaux.

L’entrée du cimetière, cette grande porte en fer roué, en voila un commencement des plus étrange, ce qui il faut bien l’avouer, lui arracher un fou-rire des plus sincère. Alors qu’elle pleurait de rire, d’un geste délicat, elle claqua des doigts, permettant aux portes deux fois plus grande qu’elle, s’ouvrent dans un grincement assourdissant.

Les tombes de décoration, ses pierre taillées et alignées, pour la beauté du lieu, qui est le plus fou de tous? Celui qui regarde ses pierres sans laisser son sourire fuir, ou celui qui décida un jour d’en faire son métier? Je vous laisse le soin de juger de cela… Alors que la nuit donnait, ce coté sinistre à ce lieu, peut fréquenter, une tombe attira son attention, elle était plus grande, plus belle et plus massive que les autres. Il y avait-il une personne dessous? Une personne qui devait être fort aimer? Une personne importante en ce moment? Alice? Son cœur se serra, était-elle partie si longtemps? Faites que cela soit faux…

Euphoria, chapeau sur la tête et canne dans la main avança doucement, il y avait un nom sur cette pierre, il y avait une personne, encore un peu, quelques pas et ce fut la délivrance. Ce n’était pas Alice, mais Euphoria Delirium Wahnsinn, la pauvre âme perdue. Elle regarda et ne put que rire de nouveau, voila une farce de très mauvais goût. Sa propre tombe, quoi de plus sinistre, bon nombre de personnes normales auraient déjà prit leurs jambes à leurs cou, Euphoria quand à elle, se contentait de rire en critiquant la pierre.

Pas assez grande, trop râpeuse, pas assez centré, que de défaut pour une tombe inutile, elle s’y assit et soupira. Après tout si l’on fait le calcule, elle était partie depuis prés de 100ans, alors… Elle soupira de nouveau, Regardant la pierre dans un sourire plus triste. Encore tellement de personnes à revoir et pourtant, elle était assise sur sa propre tombe, ironique? Allons, elle soupira et se mit à chanter, une chanson simple et sans but, comme pour prévenir ce monde d’un retour définitif? Ou parce qu’elle en avait envie… vous connaissez la suite de raisonnement.

La tête basculer en arrière, elle faisait dos aux bruits léger d’un intrus, elle sourit, de la visite ici? Encore une ironie? Non une réalité des plus alléchante, depuis le temps… Elle le laissa venir à elle, feignant de n’avoir rien vu venir, et lorsque la voix suave de l’inconnu vint charmer ses oreilles, elle étira un peu plus son sourire, fermant les yeux pour savourer cette instant. Un contact léger, une main posé sur son chapeau, rien de dangereux elle le laissa faire. Il parla de Maddy et de son chapeau, elle sourit, il laissa le sourire et son ton milieux, mais qui diable était-il, elle se détacha de ses bras, elle se retourna et retira son chapeau, laissant une longue prés longue chevelure blonde presque blanche, glisser en cascade presque jusqu’à ses pieds, dans une révérence princière des plus masculine, elle se présenta, chapeau sur le cœur:


En effet, moi Euphoria D. Wahnsinn, je connais notre cher Chapelier…

La belle se redressa doucement, regardant l’inconnu dans les yeux, il était vraiment beau? Une beauté féline, qui la fit sourire un peu plus. Sourire tendre, non, sourire fou, elle se reprit et s’avança jusqu’à lui posant de nouveau son haut de forme au sommet de sa petite tête. Elle le regarda et murmura sur le même ton mielleux, touchant de son index le torse de l’inconnu:

Et toi me connais-tu, chaton?

Encore ce rire, pure et cristallin qui s'éleva dans les airs, riant de bon "cœur", elle fit un pas en arrière et lui tira la langue, posant fièrement ses poings sur ses hanches pleins de dentelles et de froufrous, prenant un air faussement mécontent, en lui disant, l’index accusateur toujours pointé sur son grand torse, il était vraiment immense le bougre:

De toute manière, Ce n’est pas bien il faut toujours se présenter avant… et on ne chuchote pas de manière si sensuelle aux oreilles des jeunes filles!

De nouveau, elle se rapproche, se hissant sur la point des pieds pour venir chuchoter prés de son cou, avec élégance et délicatesse:

Et toi qui es-tu, chaton?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


L'amoureux des haut de forme [Euphoria] Empty
MessageSujet: Re: L'amoureux des haut de forme [Euphoria]   L'amoureux des haut de forme [Euphoria] HorlogeoVen 17 Sep - 10:33

    C'était une femme délicieusement belle et gracieuse. Le genre de femme qui prend soin de son apparence et qui ferait tourner le regard de n'importe qui. Peut-être même celui du Cheshire Cat, qui sait. Ce n'est pas parce qu'il est aux hommes qu'il ne peut pas apprécier un brin les femmes. Les femmes sont uniques et aucun homme ne peut reproduire sa façon d'agir et de penser. Est-il donc bisexuel ? Non, pas tout a fait. Il a seulement du goût pour le côté féminin. Disons qu'il les admire simplement. Il admire leur beauté et leur comportement. Chaque femme est unique et c'est bien ce qui était fascinant chez elle. D'ailleurs, celle là était particulière et au moment où elle se retourna pour lui faire face, il s'en intéressa. Elle sortait du lot de toutes celles qu'il avait rencontré. Peut-être surpassait-elle l'intérêt qu'il avait eu face à Alice. Chase analysait chacun de ses mouvements, les savourant l'un après l'autre.

    Quand elle se présenta, le sourire du Cheshire s'agrandit, puis ses yeux se posèrent sur la tombe derrière elle où il était inscrit le même nom qu'elle venait tout juste de prononcer. Il la regarda avec amusement s'approcher de lui et poser son doigt délicat sur sa poitrine. Là où était son cœur. Mais était-il bien là ? Peut-être n'existait-il plus depuis déjà bien longtemps, qui sait. Il faudrait lui ouvrir la poitrine pour le savoir, mais il me serait difficile d'accepter la mort de mon protégé.

    Le qualificatif de "chaton" le fit bien rire. Il répondit très sérieusement à sa question.

    Évidemment que je sais qui vous êtes. Vous êtes celle qui devrait reposer sous cette tombe présentement.

    Pensait-il vraiment qu'elle était une morte vivante ou connaissait-il vraiment Euphoria ? Si on allait avec la logique que le Cheshire Cat sait tout, il devait très certainement savoir qui elle était. D'ailleurs, il connaissait la grande majorité des gens à Wonderland excepter ceux qui n'avaient rien à faire ici, comme sa très chère Alice. D'ailleurs, quand il l'avait rencontré pour la première fois c'était la chose numéro un qu'il l'avait intrigué : Il ne la connaissait pas. Mais la dame qu'il avait devant lui... il ne l'avait jamais rencontré, mais en avait déjà entendu parler. Donc pouvait-on dire qu'il la connaissait ? Non, pas tout a fait, parce qu'avant qu'elle ne revienne ici, tout ce qu'il aurait pu rencontré d'elle fut cette tombe où était gravé son nom.

    Peut importe, il regarda avec un certain intérêt les mouvements qu'elle fit, reculant ainsi, les poings sur les hanches, le pointant ensuite d'un doigt accusateur. Il la regarda parler, amusé, puis pencha la tête sur le côté.

    Ah non ? Pourquoi pas ?

    Il la regarder se rapprocher, toujours du même œil amusé, toujours avec le même sourire énigmatique. Il l'écouta parler, se demandant soudainement pourquoi les femmes, elles, avaient le droit de "chuchoter de manière si sensuelle aux oreilles des hommes" alors qu'eux n'en avaient pas le droit.

    La question l'amusa, encore une fois et, sans prévenir, il s'évapora et réapparut presque aussitôt à la gauche d'Euphoria.

    Ici, on m'appelle le Cheshire cat, mais mon vrai nom est Chase.

    Il lui fit à son tour une révérence, levant sur elle, alors qu'il était encore penché vers l'avant, des yeux roses énigmatiques. Il s'évapora une seconde fois, se retrouvant assis en indien sur une tombe, le coude sur son genou, la joue reposant au creux de sa main. Il la fixait toujours, un sourire collé au visage, impossible de le lui enlever.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


L'amoureux des haut de forme [Euphoria] Empty
MessageSujet: Re: L'amoureux des haut de forme [Euphoria]   L'amoureux des haut de forme [Euphoria] HorlogeoMar 21 Sep - 2:38

Euphoria était amusée, pourquoi aimait-elle à ce point les choses différentes? Et qu’elle était cette sensation de déjà quand elle regardait ce jeune homme? Des questions, des questions, l’heure n’était pas à ce genre de choses loin de là, car il la faisait rire. Oh oui, cela la faisait rire, elle l’écoutait répondre à la moindre de ses phrases, avec un sourire tellement énigmatique. Se moquait-elle? Ou alors n’était-ce que de l’attendrissement? Et si elle lui préparait déjà une bêtise? Décidément les questions vous suive, pourtant elle vous suffirez d’écouter.

Elle rit il ne savait pas qui elle était, un nom sur une pierre tombale, quelle morosité funèbre, non? Elle sourit quand il répondit au provocation et elle jubila quand il se présenta. D’un effet magique assez amusant il disparut, le nuage de fumée était d’une beauté sans égale, elle en rougit presque, car déjà il se trouvait à sa gauche la regardant de ses yeux perçant. Elle l’écouta dire son nom et ses manières l’amusèrent encore. La révérences qu’il lui offrit était d’une élégance maladive dans cette posture princière, elle se sentait femme, et presque désirée quand il releva les yeux vers elle, elle ne put s’en empêcher, elle rougit. Mais avec lui le temps est une seconde des plus rapide, car en un battement de cils, ou de cœur, il était déjà sur la tombe d’à coté, assit en tailleur, la fixant avec son sourire désirable. Elle se lécha les lèvres, maintenant c’était à elle de jouer et elle s’en réjouissait, car elle avait tellement de choses à lui dire, tellement de choses à lui montrer, l’informateur in-informé, si ce n’est pas un comble. Il est temps de faire des tours de passe-passe Euphorique!


La douce enfant soutenue sont regard et s’approcha, laissant courir sur la tombe à son nom son doigt délicat, comme une caresse, elle se pencha venant chuchoter dans un soupir frissonnant:

Tu ne sais pas qui je suis Chaton.. personne ne le sait…
Elle se recula , ne lui laissant nullement le temps de parler, entre ses répliques, son sourire empli de fierté et de démence sur le bout des lèvres et d’un mouvement délicat, aussi légère qu’une plume elle se retrouva en pommier sur une main sur sa tombe, elle lui sourit et dans un battement de cils, fit une nuage de fumée identique à celui du chaton. Avait-elle disparut pour réapparaitre plus loin? Non elle plaisante et se retrouva allongé sur la tombe, sous l’apparence d’un chaton adorable, turquoise et rose, dont ses yeux azure vinrent sans pudeur percer et provoquer ceux de son partenaire de jeu, elle lui miaula en riant:

Je ne suis pas morte, car…

D’un autre bond, toujours pas le temps d'une réponse pour ce pauvre chaton, un autre nuage de fumée elle fut derrière la tombe, sous l’apparence de la premier Alice, cette robe bleue, ses cheveux délicatement en place, et son visage si fin, si doux, si ressemblant, chut c‘est un secret qu‘il ne faut pas divulguer. Sans le moindre mal, elle lui sourit arquant un sourcil et lui dit avec délicatesse:

Elle aussi serait donc morte? Car son nom est inscrit de l’autre coté de ma tombe…

La demoiselle, soupira et d’un battement de cil revint s’assoir au coté du jeune homme, bien sure elle reprit sa jolie minois sous le chapeau et sa tenue de commencement, car après c’est ce qui la caractérisait désormais. Il avait enfin la possibilité de parler enfin presque... Le regardant dans les yeux, elle se demandait simplement, avait-il comprit qu’on ne pouvait la comprendre? Avait-il compris qu’il ne savait rien d’elle? Elle lui souffla dans le cou, fermant les yeux pour savourer les effluves de son odeurs délicieuse qui revenait vers elle et dans murmures au yeux mi-clos, elle lui susurra avec une légère inquiétude dans la voix:


Et toi Chase, voudrais-tu apprendre à me connaitre?

Pas de chaton, juste son nom qui résonna doucement et elle ouvrit les yeux, le regardant de ses yeux profond, assise à ses cotés, l’épaules contre le sienne, elle sentait sa chaleur, et s’approchant un peu, elle pouvait y sentir son souffle chaud. Elle attendait enfin d'entendre de nouveau sa voix suave et mielleuse
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


L'amoureux des haut de forme [Euphoria] Empty
MessageSujet: Re: L'amoureux des haut de forme [Euphoria]   L'amoureux des haut de forme [Euphoria] HorlogeoMer 22 Sep - 13:47

    Pas particulière, non. Ni intrigante. Plutôt complètement fascinante. De son corps entier émanait le mystère. Quelque chose que même Chase ne pourrait pas déceler... ne pourrait pas "savoir". Un mystère ambulant, voilà ce qu'elle était. Et plus elle l'impressionnait, plus il voulait savoir qui elle était... ce qui était probablement le but de l'Euphorie qui lui faisait face. Pourtant, tout cet étonnement n'apparut pas une seconde sur son visage qui affichait toujours le même sourire et le même regard. Quand la dame se transforma en chat, ou plutôt en le Cheshire Cat qu'on aurait vu dans le Alice au Pays des Merveilles de Walt Disney, son regard se remplis de fascination et d'un profond amusement. Il lâcha même un rire, la voyant l'imiter en disparaissant et réapparaissant. Sans que ça ne paraisse, il était intrigué. Quel était donc son pouvoir ? Copier celui des autres ? Si c'était le cas, elle était puissante... bien puissante. Et puis qui était-elle donc pour avoir le nom de la première Alice inscrit derrière sa tombe ? Son regard se remplis d'étoiles quand il la vit se transformer en Alice. Sa Alice. Celle envers qui il avait eu le plus d'intérêt jusqu'alors... mais cette Euphoria allait, en a peine cinq minute, dépasser à plate couture cette Alice qui l'avait tant intrigué.

    Quand elle arrêta finalement de s'évaporer pour réapparaître à ses côtés, le Cheshire put enfin respirer un peu. Son sourire s'agrandit quand elle lui demanda s'il voulait la connaître. Cependant, il ne répondit pas très clairement puisqu'il supposait qu'elle connaissait déjà la réponse.

    D'après vous ?

    Dit-il avant de s'évaporer pour réapparaître au pied de la tombe, toujours assis dans la même position sur la terre encore un peu mouillé par la dernière pluie. Il allait salir ses magnifiques vêtements, mais peu le dérangeait. Il commença à creuser dans la terre à la recherche d'objets inutiles. La terre qu'il ramassait, il la lançait au loin. Il trouva une pièce de monnaie, mais ne la regarda même pas. Il la jeta au loin, lui offrant le même sort qu'il avait donné à la terre. Chase détestait l'argent. Peut-être parce qu'elle lui remémorait son ancienne vie qu'il avait oublié il y a longtemps. Il continua de creuser encore jusqu'à ce qu'il tombe sur un simple morceau de plastique qu'il observa avec un air satisfait. Il se leva et posa le petit objet dans sa poche avant de retirer la terre sur ses mains et de disparaître en fumé.

    Il réapparut derrière Euphoria, lui volant son chapeau pour redisparaître aussitôt. Il réapparut enfin debout devant elle, le chapeau sur la tête, une expression infantile au visage, les mains dans les poches.

    Il me va ?

    Il lâcha un autre rire, le gardant avec amusement sur sa tête. Il ferma un œil et roula une de ses mèches de cheveux entre ses doigts.

    Alors. Qui êtes-vous belle dame aux grands mystères ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


L'amoureux des haut de forme [Euphoria] Empty
MessageSujet: Re: L'amoureux des haut de forme [Euphoria]   L'amoureux des haut de forme [Euphoria] HorlogeoMer 27 Oct - 9:36

Euphoria s'amusait, cela elle ne pouvait pas le nier, jouer les enfants à disparaître, réapparaitre et changer de visage, enfin visage... était si amusant qu'elle n'en perdait pas le sourire. Elle pouvait la voir dans le fonds de ses yeux fushia, cette flamme dansante, cette lueurs espiègles qui se demande simple "mais qui est-elle?". La douce jeune femme que la folie entoure depuis toujours savourent ces instants simplement. Elle avait aimé l'entendre rire, voir ses pommettes se soulever pour lui dessiner le bonheur sur le visage. Elle avait aimé le voir s'interroger, se demander la regarder, le sentir prés d'elle, pourquoi? Comment? Quelle douce mélodie que le son de l'incompréhension...

Alors que ses pas, l'avait guider au coté du jeune homme, elle s'y sentait bien, ses mots avait glissée comme les notes sur les portées d'un virtuose, oui lui, lui sait tout, voulait-il apprendre à la connaître, elle, juste elle? Elle attendait réponse et réponse vint sans attendre, un peu subtile, un peu étrange, simplement parfaite à ses yeux.

La belle folie euphorique n'eut le temps de la réponse, car le jeune homme, disparut comme à son habitude, pour réapparaitre prés de la tombe. Pourquoi porter plus intérêt à un morceau de pierre qu'à celle qui venait de revenir prés de lui? Voulait-il lui aussi lui montrer le tableau de l'incompréhension et du magique? Elle le laissa faire et son sourire tendre se orna d'amusement. Voilà que le chaton jouait les pilleurs de tombe, elle le vit creuser, salir son costume et ses mains sans crainte, il était vraiment le plus drôle de tous, elle adorait celui. Oui elle était bien ici...

Son sourire ne perdit pas de sa puissante tendresse, loin de là, alors que Chase avait trouver son trésor, ce morceaux de plastique salit par le sol et le temps, elle sourit encore toujours, et alors? Doucement elle le vit prendre son chapeau, elle ravala sa salive ce n'était pas une sensation plaisante, elle sentit sa longue chevelure tomber doucement et se froid l'envahir, elle ne dit mot cependant, elle se contenta d'attendre l'évidence qui ne se fit pas prier.

Le jeune homme était beau, une fois de plus elle ne pouvait que le remarquer. Il était debout, droit et fier devant elle, elle l'admirait. Ses cheveux turquoise prenant la brise sombre du cimetière, ce regard profond et énigmatique qui la fascinait doucement. Elle laissa un rire léger et subtile glisser entre ses lèvres doucement et secouant la tête subtilement, comme acquiesçant l'évidence, il était adorable, comme un grand enfant, comme elle? Ce que vous pouvez être sérieux, laissez donc tomber les conventions un peu, la folie n'en a aucune.

"Il me va?" Elle rit, elle n'eut le temps de répondre qu'il enchaina sur autre sujet plus palpitant sans doute, elle rougit. Doucement elle s'approche de lui. Elle posa sa main sur la joue du jeune homme. Geste de tendresse, sourire de douceur, elle murmura avec une mélancolie sourde:

Je ne suis que moi...

Elle se recula et claqua des doigts en riant, le chapeau disparaissant, ne réapparaissant ni sur lui ni sur elle simplement disparut, elle lui fit une révérence et se retourna. Ses petits poings se posèrent fièrement sur ses hanches, et elle se retourna regardant la grisaille et le sombre du cimetière, elle regarda chase et lui dit:


Et si nous faisions de ce terrain notre havre de paix? Laisse parler tes désir les plus fous et faisons la plus unique des cabanes, ici.. la ou la folie rencontra l'amusement...

Elle se retourna et plongea son regarde enfantin, plein de malice et de tendresse, dans le sien, attendant que le chaton choisisse son rêve...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


L'amoureux des haut de forme [Euphoria] Empty
MessageSujet: Re: L'amoureux des haut de forme [Euphoria]   L'amoureux des haut de forme [Euphoria] HorlogeoLun 1 Nov - 11:34

    Il n'était pas moins amusé qu'elle en fait. Plus il la regardait, plus son sourire s'agrandissait et se transformait peu à peu en un rictus impossible qui s'étirait d'une joue à l'autre, rendant son visage étrange, donnant l'impression qu'il était complètement fou... ce qui était presque le cas. C'était en fait le sourire caractéristique du Cheshire Cat qui apparaissait quand il était vraiment intéressé par quelque chose. Ses yeux restaient fixé sur la source de son intérêt. La tête penché sur le côté son sourire étiré a maximum dévoilait des dents parfaitement droites. Et puis cette fille suscitait encore plus son intérêt en laissant planer le mystère sur son identité. Surtout qu'elle ressemblait à sa chère Alice... aaah, comme il aurait aimé la revoir. Mais c'était impossible, malheureusement puisqu'elle avait disparut de ce monde depuis déjà bien longtemps.

    Le rire d'Euphoria le faisait sourire encore plus, si c'était possible. C'était une nuit des plus intéressante et il allait probablement la passer sans fermer l'œil une seule fois. Mais ce n'était pas si grave parce que le sommeil affectait rarement notre cher Chase. Il pouvait bien rester éveiller trois jours sans vraiment que ça n'ait d'effet sur lui, mais aimait le sommeil seulement pour pouvoir savourer le rêve, il faisait rarement ce genre de chose.

    Monsieur le chat fit une petite moue quand l'Euphorie refusa en quelque sorte de dire qui elle pouvait bien être. Son air boudeur enfantin s'accentua quand le chapeau disparut de sur sa tête lui créant à lui aussi un air inconfortable, sentant le froid mordre à nouveau son cuir chevelu. Il recoiffa ses cheveux d'une main distraite et écouta sans grande attention les paroles de la dame jusqu'à ce que le mot cabane parvienne à ses oreilles. Il leva alors sur elle un regard plus qu'intéressé. Il était en train de la regarder, des étoiles dans les yeux, comme un enfant à qui on venait de promettre des sucreries.

    On va construire une cabane ? Une cabane dans un arbre ?

    Tout enjoué, il s'évapora pour apparaître dans une chaîne massive, dépourvue de feuilles. Il était pendu à l'envers comme une chauve-souris se balançant d'avant en arrière comme s'il était une balançoire.

    On pourrait la construire dans celui-là !

    Ne parlez jamais en énigme à Chase comme Euphoria venait de le faire. Chess n'était pas idiot, seulement, il avait un peu de misère à interpréter les choses dites de cette façon. Il faisait alors l'interprétation qui lui convenait le mieux. Cependant, cette fois là, il avait très bien compris le sens des paroles de la dame. Il avait seulement eu envie de se foutre d'elle comme il le faisait si bien. Disons qu'il fallait qu'il fasse ça minimum une fois par jours. Se balançant toujours sur sa branche, il lançant d'une voix directe sans hésitation et sans malaise.

    Mais je dois décliner votre invitation.

    Il ne cru pas bon de lui expliquer pourquoi. Selon lui, si quelqu'un voulait savoir quelque chose, elle n'avait qu'à la demander.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


L'amoureux des haut de forme [Euphoria] Empty
MessageSujet: Re: L'amoureux des haut de forme [Euphoria]   L'amoureux des haut de forme [Euphoria] HorlogeoMar 1 Fév - 5:28

Euphoria regardait le jeune chat avec une attention toute particulière, elle sourit de le voir jouer les boudeurs quand le beau chapeau de satin blanc, disparut de sa tête, elle sourit de le voir jouer les vexés alors qu'elle ne faisait que reprendre ce qui lui appartenait, depuis.. depuis.. déjà fort longtemps, tellement longtemps qu'elle en avait oublié le temps, comme elle avait sans doute oublier combien elle était heureuse à cette époques prés du chaton. Oui il a parfois des choses que l'on oublie... Le demoiselle toujours si attentive à ses mimiques sourit aussi de le voir s'apprêtait après que le chapeau est décoiffée son pelage turquoise. Elle soupira et enfin attendit la réponse à cette idée de cabane. Construire un havre, voilà bien une étrange idée, vous ne trouvez pas? Je dois avouer que l'idée était étrange même pour elle, pourquoi avoir envie de créer pareil endroit pour elle et ce jeune homme au sourire démentiel? Elle ne savait pas et vous connaissez Euphoria, elle ne voulait pas réellement savoir, l'envie était la et sur le coup, elle fit plus que partager, non?

La demoiselle releva les yeux vers ce bel inconnu qui avec du recul ne l'était pas tant, elle le vit alors tel le plus impatient des enfants, ce qu'il pouvait être mignon en cette instant, ses petites pommette relever ce regard envieux, plein de magie et d'étoile ou l'on pouvait presque voir, la galaxie d'idée qu'il venait de s'y former, en une fraction de seconde. Ce n'était plus un chat c'était un véritable chaton, un enfant qui rêvait sincèrement qu'elle avait sous les yeux, la demoiselle était ravie et attendrie, alors lui, aussi énigmatique puisse-t-il paraître pouvait sans crainte arboré ce genre visage devant elle, elle en était heureuse.

On va construire une cabane? Une cabane dans un arbre? Ce qu'il pouvait paraître naïve, se moquait-il de la demoiselle aux idées enfantines? J'en doute fort, elle le regardait disparaître, apparaître sur la branche principal d'un vieux chaine centenaire, un léger pincement au cœur fit dérailler Euphoria qui ne comprit pourquoi il était présent, elle soupira et continua de la regardait jouer les acrobates. Tel les plus beau cochons pendus, le jeune chat était devenu une souris souris volante certain mais souris qui imitait les cochons pendus au plafond, elle rit oui de nouveau il venait de la faire rire avec ses manières décalé, dans un sens ils se ressemblaient. Elle sourit et n'eut pas le temps d'un oui ou d'un non que chase ajouta d'un ton étrangement sévère et direct, Mais je dois décliner votre invitation.

La douce Euphoria vit son sourire tombé doucement, oui la déception vint prendre sa place sur son visage, elle ne comprenait pas, avait-elle dit quelques choses de plaisant? Ou alors était-elle vraiment idiote pour l'avoir cru sincère, une multitude de tortures toute plus affreuses les unes que les autres naquirent dans son esprit, mais étrangement aucune ne lui procura satisfaction, elle se contenta de détourner le regarde de l'acrobate en chuchotant, l'air sans doute vraiment touchée:


Pourquoi ... alors que vous sembliez si heureux...

La demoiselle ne prit pas le temps de le regarder, ni même d'attendre la réponse, elle ne comprenait pas et cela elle n'aimait pas du tout, depuis toujours elle n'aimait pas avoir à réfléchir pour tel ou tel chose et au milieu de tout détruire pour oublier, elle se contenta de soupirer, oui elle tourna les talons, l'air songeuse dans le but de comprendre le pourquoi du comment, c'était un moment d'une réflexion sans égale, car elle était presque nul, mais après quelques minutes elle en conclus il avait sans doute mieux à faire. La demoiselle fit apparaître son fidèle chapeau sur le sommet de ses cheveux blond qui se cachèrent à l'intérieur et rajouta:

Faites donc ce que vous avez à faire, je vous attendrais ici pour construire une cabane avec vous...
Étrangement le demoiselle rougit, elle se frotta timidement les mains entre-elle et chuchota d'un air un peu hésitant, véritable contradiction avec son attitude habituelle, elle n'avait pas honte, ou je ne sais, elle n'avait simplement pas l'habitude de dire:

S'il vous plait, faîtes-vite, A moins que vous vouliez me dire que vous ne voulez pas rester un peu avec moi...enfin un peu plus... je n'ai pas envie de rester ici seule.... et j'apprécie votre présence... Chase.. alors s'il vous plait.. faîtes vite...
Les mots étaient dits, elle soupira et releva ce doux visage plein de douceur inquiète vers lui.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


L'amoureux des haut de forme [Euphoria] Empty
MessageSujet: Re: L'amoureux des haut de forme [Euphoria]   L'amoureux des haut de forme [Euphoria] HorlogeoMer 16 Fév - 11:38

    Étant quelqu'un dont les sentiments de joie et d'extrême liberté ne quittaient jamais le corps, Chase n'avait aucune connaissance que la tristesse pourrait exister... enfin... il ne la rencontrait que très rarement. Si rarement qu'il l'avait oublié. Son corps semblait l'avoir rejeté à tout jamais... peut-être parce que cette émotion l'avait auparavant tellement envahis qu'il ne la supportait plus. La tristesse avait constamment été présente dans l'ancienne vie de Chase et ça devait être ce pourquoi il l'avait oublié. L'ayant ainsi rayé de sa liste, il ne pensait pas que les autres pouvaient ressentir cette émotion. En fait, jamais ne remarquera-t-il que quelqu'un est fâché ou triste. Pendant qu'une personne pleure toutes les larmes de son corps, lui continuerait à chasser les papillons avec le même aplomb sans se demander une seule seconde pourquoi cette personne perdait autant d'eau. Il ne remarqua donc pas la soudaine disparition du si grand sourire qui ornait auparavant le délicieux visage d'Euphoria.

    Pourquoi ? En fait, je ne saurais répondre à cette question moi même. Pourquoi avait-il refusé ? Parce qu'il avait autre chose à faire ? Peut-être. Peut-être était-ce aussi une raison complètement idiote comme «Je n'ai pas encore dîné». Il faudrait alors lui demander pour le savoir parce que Chase peut avoir une bonne raison pour refuser quelque chose comme il peut en avoir une très mauvaise.

    Chase continua à se balancer sur sa branche avant de se donner un grand élan pour se retrouver assis sur le même appuis. Il se leva ensuite pour entreprendre de grimper l'arbre. En montant ainsi, le vent se fit un peu plus prononcé et brouilla donc un peu les paroles de la dame en bas. Tout ce que le Cheshire put donc entendre fut : «Faites donc ce que vous avez à faire...» Son sourire s'étira donc en quelque chose de presque effrayant. Un sourire qui fendait le visage du Cheshire Cat. Le genre de sourire que quelqu'un de normal n'arriverait probablement pas à faire... quelque chose d'inhumain. Mais... vous a-t-on déjà dis que la grande majorité des personnes peuplant ce monde ne sont pas nécessairement... humaines ?

    La présence de ce sourire montrait que Chase attendait ces paroles depuis déjà un moment. Pouvant parfois faire preuve de respect face à des gens, il attendait la permission d'Euphoria pour faire ce qu'il pensait faire depuis qu'il avait mis le pied dans ce cimetière. Et là, finalement, il avait la permission qui valait tout l'or du monde à ses yeux. «C'est dans les lieux les moins fréquentés qu'on trouve les objets les plus rares». Dans le cas du cimetière, c'était bien le cas. Envahis pas l'excitation, Chase s'évapora pour apparaître juste devant l'euphorie. Dans ses yeux, on voyait une petite reconnaissance, une touche de respect et un charme infini. Il caressa la joue de la dame, se pencha vers son oreille et murmura dans un souffle.

    Alors je reviens tout de suite, milady. Ne bougez surtout pas d'ici.

    Quand Chase dit tout de suite, c'est tout de suite. Il s'évapora et à peine deux secondes s'étaient écoulées qu'il réapparaissait, une pelle sur les épaules, posté devant la tombe d'Alice. Son sourire démentiel réapparut sur son visage pendant un instant, jusqu'à ce qu'il s'adresse à la tombe... ou plutôt à la personne enterré en dessous.

    I miss you, milady... my very... very dear Alice.

    Son sourire revint hanter son visage et il enfonça la pelle dans la terre pour recueillir celle-ci et la déposer plus loin. Et il continua ainsi, pelletée par pelletée, avançant chaque fois un peu plus du visage de sa plus grande fascination, son regard devenant de plus en plus envieux et de plus en plus démentiel, oui, parce que Chase ne différait pas des autres habitants de Wonderland. Il n'était pas moins fou qu'eux. Après un certain temps, Chase se mit à danser en tournant autour de la tombe en chantonnant, attrapant de la terre au sol et en laissant tomber un peu tout autour de la grande dalle de pierre. Il chantait de plus en plus fort comme s'il dansait autour d'un feu. Ses vêtements étaient maintenant couverts de terre, mais qu'elle importance ?

    Le chat du Cheshire arriva enfin à son objectif, découvrant une petite parcelle de bois rougeâtre parmi toute la terre qu'il avait creusé. Il effleura le dessus de la tombe du bouts des doigts, semblant s'être soudainement calmé. Il était fasciné par sa couleur, sa texture... et à ce qu'il allait découvrir en l'ouvrant. Pendant son long moment de creusage, il avait oublié Euphoria qui l'avait probablement observé tout le long. En fait, il n'y pensait toujours pas. À ce moment là, il n'y avait que lui... que lui et la tombe d'Alice.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


L'amoureux des haut de forme [Euphoria] Empty
MessageSujet: Re: L'amoureux des haut de forme [Euphoria]   L'amoureux des haut de forme [Euphoria] HorlogeoLun 7 Mar - 6:38


L'amoureux des haut de forme [Euphoria] 489079Chase01
    " Je pouvais le voir grimper doucement le longs des branches usées de ce vieux saule dénudé, alors que je parlais, que j'étais entrain de lui demander, de lui avouer ceci ou cela, il arrivait à me faire rire, un chat? Oui mais un chat fou... Allons comme si cela était étonnant ici-bas, soyons un peu logique et très réaliste, oui car parfois on peut être réaliste... Oups, je m'égare, il faut dire que cela fait longtemps que je ne vous avais pas raconter, donc je reprends: Le beau chaton s'amusait à grimper sous mes yeux attendris, le longs des branches quand une de mes phrases lui arriva à l'oreille, il n'y avait pas de doute possible en voyant son sourire étiré à la limite de l'impossible. "Faites donc ce que vous avez à faire...". Ce fut sans doute la formule magique la plus banale que j'eus à prononcer. Je le vis, puis il disparut aussi vite... "
Le jeune homme, arrivé bien haut dans l'arbre mort, souriant comme un croissant de lune, s'arrêta. La douce euphorie pouvait voir la beauté de sa chevelure turquoise danser dans les cieux brumeux, comme se moquant de l'apesanteur même, elle en sourit, curieuse de voir, de savoir le pourquoi, du comment de ce sourire démesurément dément. Il disparut dans son habituelle fumée étincelante et colorée, pour venir apparaître proche, très proche, trop proche d'Euphoria à l'en faire rougir. La demoiselle se perdit dans la beauté de ce regard fushia, lourd d'impatience, de charme. Il était vraiment beau, que les anges le jalousent en cet instant tant il pouvait envouter le passant. Sa grande main vint lentement caresser la joue laiteuse couverte de rose de cette belle demoiselle, elle en ferma les yeux sous la tendresse, sous la beauté de ce moment l'écoutant simplement. Ce murmure à la limite de l'indécence, lui arracha même un frisson, alors les chats savent jouer avec les charmes, de plus en plus intéressant...

De nouveau une disparition, voilà que le chaton était prés de la tombe d'Alice, encore Alice, toujours Alice. Pourquoi Alice? Une pelle sur l'épaule et son éternel sourire lunaire, elle soupira s'approchant d'un pas souple pour le regarder faire, ne voulant pas le déranger, vous comprenez, il ne faut pas briser les rêves d'un fou, surtout dans Wonderland.
    " Tic-Tac-Tic-Tac « I miss you, milady... my very... very dear Alice » Que le temps s'efface sous mes yeux azurés. Tic-Tac-Tic-Tac « I miss you, milady... my very... very dear Alice » Que les cieux me pardonnent d'avoir oublier. Tic-Tac-Tic-Tac « I miss you, milady... my very... very dear Alice » Pourquoi cela me dérange-t-il ce point? Je ne comprend pas... Moi aussi je suis curieuse de voir ce qui se passe dans cette tombe. Ne suis-je pas la première à chercher Alice? Oui mais pourquoi? Depuis quand? Et mes souvenirs? Est-ce-que nous buvions le thé toute les deux? Et pourquoi ce sentiment, cette peur? De la peur, je n'ai jamais peur. Aurai-je oublier? Sans doute. Oublier une chose importante? Comme le lait sur le feu? Je ne sais pas. Chaton recule-toi, je crois que le nuage noir commence à m'envahir. Recules-toi chaton, je crois entendre le danger de mes rêves revenir. Recules-vous Chase, il se pourrait que je vous en veuille. Pourquoi? Je ne sais plus. Le néant. Douce chimère. Tic-Tac-Tic-Tac « I miss you, milady... my very... very dear Alice »Je crois que le temps vient de toucher à sa fin...Tic-Tac-Tic-Tac-CRACK! Je suis sans doute... désolée... "

Euphoria sentit alors son cœur se serrer sous ses mots, un flash, éclair encéphalique, douleur dans la poitrine. Place du cœur. Le jeune homme souriant comme toujours, commença cette danse macabre, il enfonça la pelle dans la terre boueuse. Douleur amère. Les mouvements tortionnaires de la pelle continuèrent comme des coups de fouets dans l'esprit de la douce, à marteler son coeur. Euphoria serra les dents, regardant le spectacle de la démence. Je ne veux que tu fasse cela. Il était si heureux, si fier de profaner ainsi la tombe d'Alice. Mon Alice. Le chaton ne semblait pas vouloir s'arrêter, dansant désormais autour de son blasphème. Arrête, je ne veux pas. Elle pouvait le voir joyeuse, euphorique, danser, chanter, jouer de sa position. Pourquoi cette douleur?. Elle déglutit, il était trop tard...
    " La danse toucha enfin sa fin, je n'en pouvais plus, c'était si douloureux, ici sur mon buste, de l'intérieur, dans mon être? Est-ce un tour de passe-passe? Un sortilège cocasse que je ne pouvais définir? J'avais mal, si mal de ce qu'il faisait, d'Ordinaire, si forte, si puissante, je le savais. Ce monde est le mien, mon terrain de jeux funestes. Et Alice? Qui était-elle dans ce cas? Si ce monde était le sien, si ce monde était le mien... Je ne voulais savoir, Non je ne veux pas. Pourquoi Ai-je ainsi ce doute? Pourquoi tout semble si vide? Et le chapelier et son Alice? Ah encore Alice, Toujours Alice. Et moi quelle est mon nom? Je ne me rappelle plus... Et sa main se posa sur le bois usé de cette tombe, celle que j'avais fabriquer... pourquoi? Pour me cacher? De qui? De quoi? Qui suis-je? Je suis perdue dans ces méandres d'un esprit délabré, j'avais peur, si peur. Ai-je toujours peur? Je ne comprend pas. Pourquoi m'avoir enterrer? Qui suis-je? Le jeune homme, celui que je semblais connaître depuis l'éternité déposa sa main sur ma tombe et le Tic-Tac de son cœur venait de se remettre en marche. Non je ne veux plus avoir mal... Je crois que le temps vient de toucher à sa fin. Pardon. je crois que je vais te faire du mal aussi...Tic-Tac-Tic-Tac-CRACK! Je suis sans doute... désolée... "
Euphoria s'approche si proche du jeune homme que ses cheveux dorée, vinrent flotter le long de son corps, elle sentit alors son cœur se serrer, se morfondre et sentir de nouveau les émotions les plus étranges et cela aussi beau qu'on puisse l'imaginer était douloureux, trop douloureux, tout était donc de sa faute? Oui il devait lui aussi avoir peur. Avoir mal? Voir une tombe? Elle releva sa main et la posa sur la tête du chaton. Ses doigts fins et crispés sous le tumulte d'un esprit changeant et ravagé, s'enfoncèrent lentement dans sa peau, ses ongles poussèrent, telle les griffes d'un monstre, lacérant lentement ses temps, elle se pencha, l'immobilisant de ce simple geste, lui retirant le bonheur de pouvoir s'échapper, disparaître en fumée. Elle sourit et vint en soufflant sur ses cheveux, lui chuchoter à l'oreille, sa voix stridente, grinçante, saccadée, lourds de troubles:

- Sweety Cat, My Sweety Cat. je crois que tu as fait une bêtise, je n'arrive plus à me contrôler, tu n'aurais pas du commencer...
A la suite de ses mots, elle lui léchant lentement la joue, prenant plaisir de gouter ainsi ce liquide pourpre et ferreux, se délectant de sa souffrance et de son impuissance, elle le savait c'était mal, c'était bon, douloureux? Pourquoi est-ce mal alors? Je ne comprend pas. Elle lui releva alors le corps, comme si tout n'était que plume dans son corps, vulgaire feuille de papier, prête à être brisé, mais il n'aurait pas peur, elle le savait. Comment? Parce que je te connais, Chase. Elle déglutit, chassant ses pensées, et la terre s'ouvrit devant eux, découvrant complètement ce cercueil usé, pourpre comme le sang qui tapissait leurs visage. Elle reprit ses murmures d'une voix encore plus étrange:

Profanateur de mon être, je ne peux le comprendre... Je dois te montrer.
C'est ainsi que tout commença réellement, la tombe se releva lentement de son antre terreuse, elle se dressa face au jeune chat, et s'ouvrit lentement dans un grincement. Un rire, puis deux. Rires D'enfants. Elle finit enfin sa course, offrant ainsi la vision du néant. Il n'y avait rien, je ne parle pas de vide, je parle bien de Néant. Simple trou noir, tout était noir, brumeux, fumeux. Euphoria sentit alors son cœur s'emballait d'avantage, son souffle saccadé, affolé, entrecoupé et son regard s'immobilisa, sa main lentement vint se défaire de cette tête si fragile, elle le relâcha. Une larme, puis deux. Elle finit par le reposer au sol, et caressant lentement ses cheveux, avec tendresse et bienveillance, elle lui embrassa le cou et lui chuchota en pleurant, sa voir étant douce, attentionnée, un voix qu'il connaissait sans doute «Pardonne moi, Chase, je crois que j'ai oublié... Je veux savoir, Viens avec moi». Et tout se passa le temps d'un éclair. La pluie se mit à tomber sur les deux compagnons, elle ne lui avait toujours pas offert le bonheur de pouvoir à nouveau bouger. « j'ai besoin de toi... » et les ténèbres de ce tombeau s'étendirent vers le jeune homme, elle se recula d'un pas. « Ramène-moi de ce Néant, j'ai confiance en toi ». Elle ferma les yeux et cette fumée, ses bras sombres enlacèrent le chaton, avant que le couvercle de ne referme dans un claquement, le temps d'un Orage. Un rire, puis deux. Des rires de femmes. Elle le savait, Chase était dans le noir, il n'y avait rien. Pauvre Chase, il n'y avait que ses rires affolant, l'angoisse et le froid du néant. Euphoria disparut à son tour devant la tombe, son chapeau tomba devant celui-ci. Le temps venait de s'arrêter. Tic-Tac-Tic-Tac-CRACK! Je suis sans doute... désolée...Viens me chercher Chase.

[HRP= Chase n'entend que les choses en Blanc \o/ Pardon pour mon retard! Bonne lecture et bonne musique! Tu me diras si tu veux des indications pour la suite]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


L'amoureux des haut de forme [Euphoria] Empty
MessageSujet: Re: L'amoureux des haut de forme [Euphoria]   L'amoureux des haut de forme [Euphoria] HorlogeoVen 11 Mar - 11:06

    Un souffle. Une goutte d’eau. Une parole ou simplement un mot. Toutes ces choses n’ont qu’un seul but : déséquilibrer le fragile équilibre qui fait vivre l’être humain. Ces choses ne peuvent qu’engendrer un événement. Un événement qui au début n’était peut-être pas prévu. Ces choses créent l’imprévu et c’est cet imprévu qui fait les surprises. Les mêmes surprises d’ailleurs qui font qu’un de nos proches est mort hier ou qu’un incendie s’est déclaré dans l’appartement au coin de la rue. Le souffle du vent peut faire se déraciner un arbre qui ira peut-être finir sa chute sur le toit de votre maison. Une goutte d’eau ferra déborder un verre ou créera l’inondation du village près du lac. Une parole peut engendrer le suicide chez une personne et bien que cela puisse paraître irréaliste, un mot peut en faire autant. Toute chose, quelle qu’elle soit peut un jour déranger cet équilibre.

    Alors pourquoi pas l’amour ?

    L’amour d’une personne peut engendrer la jalousie chez une autre, non ? Alors est-ce l’amour que Chase avait pour Alice qui a déclenché la réaction d’Euphoria ou est-ce seulement la folie qui a fait déborder ce verre si délicat ? Nous le saurons probablement jamais parce que, de toute façon, Chase ne cherchera pas à savoir pourquoi.

    Cette joie n’était-elle pas euphorique ? Un sentiment de renaissance s’épanouissait dans le cœur du jeune chat. Si longtemps avait-il attendu. Si longtemps espérait-il revoir de doux visage d’Alice. La jeune fille blonde, douce et irrésistiblement délicieuse. Et ce n’est qu’au moment où il ressentit une douleur cuisante au niveau du crâne qu’il sortit de sa torpeur, se rendant brutalement compte qu’il y avait quelque chose qui n’allait pas. Son sourire se transforma bientôt en masque de douleur et ses douces lèvres laissèrent, malgré elles, échapper un râle. Son premier réflexe fut, évidemment, d’essayer de fuir cette poigne de fer en s’évaporant. Sauf qu’il y avait un problème. Il était toujours là, les genoux dans la terre, devant la parcelle de tombe vermeille. Pendant une fraction de seconde, la panique s’empara du chat captif. Si bien qu’il remua pour se défaire de l’emprise d’Euphoria jusqu’au moment où il senti quelque chose de doux et d’agréablement chaud couler le long de sa joue. Cependant, l’odeur n’en fut pas plus rassurante. Chess entendit l’étrange voix de la dame et laissa échapper, malgré lui, un sourire. Le même sourire qu’il avait toujours. Une goûte de son sang alla s’échouer sur la tombe de sa très chère Alice et le chaton ne put s’empêcher de dire sur un ton ironique :

    Ça faisait longtemps que j’avais vu mon sang. Je finissais par penser que mon cœur ne battait plus. On dirait bien qu’il est toujours à la tâche.

    Non. Non, il n’avait pas peur. De toute façon, même s’il avait vraiment eu peur, Chase est quelqu’un de trop fier pour laisser ce genre d’émotion transparaitre sur son visage. Chase n’avait peur de rien. Pas même de mourir, ni de cette tombe qui s’élevait sinistrement devant lui. Chase n’avait peur que d’une seule chose et il savait mieux que quiconque que jamais plus il ne le verrait ou même l’entendrait. Cette peur avait disparue depuis longtemps… enfin… c’est ce qu’il croyait.

    En voyant le contenu de cette tombe, le cœur de Chase oublia brusquement de battre pendant quelque secondes. Peut-être même pendant une minute entière. Alice. Où était-elle ? Le noir. Seulement du noir. Le néant. Rien. Chase sentis à peine l’emprise d’Euphoria se relâcher. Il ne bougeait pas, restait immobile, fixant le vide infini que contenait cette tombe. La seule chose qui sût réanimer le chat fut une voix. Une voix si douce, si apaisante que cette fois, son cœur faillis arrêter de battre pour de bon.

    A…

    Ce mot se bloqua dans sa gorge, s’effrita pour bloquer tout autre son qui voudrait faire vibrer ses cordes vocales. Il l’écoutait sans vraiment l’écouter. Il voulait la voir, mais avant qu’il puisse poser ses yeux sur elle, quelque chose l’attrapa. Quoi ? Peut importe. Où ces choses l’emmenaient ? Aucune importance. Il croisa enfin ses yeux bleus et avant qu’une porte ne se referme devant lui, il chuchota d’une voix émue.

    Ne t’inquiète pas. Je te retrouve…

    La porte se referma, empêchant la phrase de se terminer et dans ce noir infini, Chase chercha à voir… sans jamais trouver.

    * * *

    Il attendit… un bruit, un signe, que quelqu’un vienne le chercher. Rien. Le noir à l’infini. Des rires inquiétant et un froid dérangeant, mais appart ça, rien d’autre. Néant, néant, pourquoi es-tu, néant. Le chat tenta à plusieurs de se téléporter. Toujours aucune réponse. Jusqu’à ce qu’il entende un bruit qui n’avait rien à faire dans cet espace sans fin. Le bruit d’une pièce atterrissant sur le ciment d’une rue. Puis, il y eut ensuite une voix. Une voix qui, elle aussi, n’avait absolument rien à faire dans cette tombe sans fond… ni même dans Wonderland.

    – Tu as fuis, Chase Campbell.

    Campbell. Une seule personne connaissait le nom de famille de Chase, mais il n’était pas sensé être là. C’était…

    Papa ? Qu’est-ce que… qu’est-ce que tu fais ici ?

    La voix de son père venait de partout et de nulle part à la fois. La voix de sa plus grande peur… une voix qu’il n’avait pas entendu depuis tellement longtemps qu’il en avait presque oublié l’intonation.

    – Tu as fuis, Chase.

    Qu’est-ce que tu veux dire, je n’ai pas…

    – Tu m’as fuis moi. Moi et ta mère.

    Maman est morte… et toi aussi.

    – Je ne suis pas mort Chase. Tu es mort. Tu as fuis la vérité en te plaçant devant cet autobus

    Et qu’est-ce que ça peux bien me faire. Je suis mieux ici. Ici, je suis libre, contrairement à là-bas.

    – Nous sommes pareils, mon fils

    Chase lâcha un rire dérangé. Toujours les mêmes querelles à chaque fois qu’il se retrouvait confronté à lui. Toujours la même opposition "nous sommes pareils", "non, je suis différent".

    Je suis pas comme toi.

    – Oh que oui. Seulement, tu ne le vois pas. Tu vois la même valeur que l’argent dans tes objets en plastique et tu en veux toujours plus. Tu es avare, Chase. Et en acceptant l’argent, tu seras plus heureux. Mille fois plus heureux.

    J’ai pas besoin de ça pour être heureux.

    – Vraiment ? Alors réponds-moi, Chase. Es-tu heureux présentement ?

    Chase ouvrit la bouche pour répondre, mais le mot ne se présenta pas. Il voulait dire oui, oui, de toutes ses forces ! Il voulait le crier, le hurler jusqu’à ce que ses poumons explosent, mais rien. Sa réponse était aussi vide que le néant dans lequel il se trouvait. Le rire glacial de son père résonna dans la poitrine de Chase.

    – Tu vois, "Cheshire Cat", tu-n’est-pas-heureux.

    Dans la tête de Chase, quelque chose résonna, puis, un sourire gigantesque fendit son visage. La peur était partie et son regard hypnotique était revenu.

    Je suis heureux. Je suis heureux parce que tu n’es plus là à me faire la morale. Je suis heureux parce que ce monde m’offre tout ce que je désire. Je suis heureux parce que je suis le Cheshire Cat, parce que je n’ai plus à dépendre de l’argent et surtout, je suis heureux parce qu’enfin, je suis libre. Maintenant, excuse-moi, j’ai une Alice à trouver.

    La présence de son père sembla troublée, puis, elle disparut, laissant Chase seul pour la deuxième fois. Il soupira et passa sa main dans ses cheveux et fit la grimace. Non pas de douleur… mais d’exaspération.

    Cette Euphoria. Elle a gâché mes cheveux. Combien de temps est-ce que je vais devoir prendre ma douche pour retirer tout ce sang. Aussitôt que je la trouve, je vais me venger.

    Et le chaton s’enfonça dans l’obscurité, prêtant son chant aux rires d’enfant, fredonnant "Au clair de la lune" avec entrain. Aussi, je retire ce que j’ai dis. Le Cheshire Cat n’a peur de rien.




[HRP : Vengeance de gros rp *w* Si y'a un truc que tu veux que j'enlève ou que je rajoutes, mp moi ^^]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


L'amoureux des haut de forme [Euphoria] Empty
MessageSujet: Re: L'amoureux des haut de forme [Euphoria]   L'amoureux des haut de forme [Euphoria] HorlogeoLun 20 Juin - 3:32

    " Tout n'était désormais qu'un manteau de poussière. Dans un nuage de ténèbres, dans un nuage d'amertume je venais de me perdre. Lentement mon corps se désagrégea devant cette tombe, cette prison boudeuse qui venait d'enfermer Chase. Mon Cheshire Cat. Aurais-je du paniquer? Allez savoir, pour ma part je n'en savais rien que ce soit hier ou aujourd'hui. Ne suis-je pas simplement folle? Mais qui suis-je? Allez savoir, pour ma part, je crois que je commence à le découvrir... Avait-il lui aussi vu ce que j'étais avant que la tombe se referme? Avait-il compris ce qu'il devait accomplir désormais? Ce n'était que tumulte dans mon esprit ravagé. Je lui avais fais mal, je l'avais blessé, et je dois l'avouer, je m'en voulais. Mon Chase. Jamais je n'avais voulu qu'il souffre à ce point. La couleur de son sang? Son goût? Je suis désolée... Et voilà que désormais je compte sur lui pour me sauver. Il ne reste plus qu'à regarder. "


La pluie s'amusait à recouvrir le sol et ses souvenirs, laissant chanter sur le bois usé la plus malsaine des mélodies. Euphoria n'était plus désormais, de son existence ne restait qu'un chapeau. Son chapeau, celui qui ne quittait jamais sa tête sans autorisation. L'aurait-elle réellement abandonné? L'avait-elle réellement choisie? Pluie battante, pluie de question, tempête de passé, orage de souvenirs. Le changement se prépare. C'est dans le noir de son âme que Notre douce démence aux cheveux d'or rouvrit les yeux. Son regard azuré se perdit dans les étrange nuage qui se formait et les premiers murmures parvinrent à ses oreilles. Cette voix c'était la voix du jeune chaton. C'était la voix de Chase. Dans ce calme maussade, la demoiselle tourna les yeux et se contenta de regarder, d'admirer combien l'esprit peut lutter contre ses propres peurs. Combien devra-t-il en affronter pour oser prétendre à la retrouver. Qui? Alice bien entendu. Pourquoi? Parce qu'elle lui manque. Comment? Car Euphoria lui en a donner le droit. Chase se ballade dans l'univers de l'univers, l'esprit de celle qui ne fait jouer. Ce songe est un puzzle, il ne lui reste plus qu'à tout reconstruire.

La voix de l'illusion était rauque, la voix de l'illusion était puissante. Chase avait donc si peur de son père, souvenir d'une vie passé, souvenir d'une vie oublier. Il avait raison désormais il était le cheshire Cat. Les lèvres de l'euphorie ne purent s'empêcher d'arborer ce sourire lunaire, croissant de lune démentiel et surréaliste le temps d'un instant, satisfaite d'entendre ses réponses. Tic-Tac-Tic-Tac, Les premiers battements revinrent dans son cœur serein, courage Chase tu avances vite, très vite. Alors qu'il luttait contre sa peur, ses peurs, alors qu'il affirmait fièrement à ses plus noirs souvenirs qu'il devenait venir la chercher. Oui je pense que désormais vous avez compris, une chose lui fit perdre sou sourire. Un grondement sourd, comme un éclair, un coup de tonnerre qui raisonne dans son être. Son jeune cœur, fraichement pulsant, se serra sous les derniers paroles du jeune chat, avait-il seulement réaliser? Hélas non, finalement ce n'était peur pas lui qui devait venir la sauver...

    "Pour devait-il conclure par cela. Après cette étrange sensation, après cette douce profanation, après ce que nous venions de vivre, alors qu'il m'avait regarder dans les yeux en disparaissant. Je pensais qu'il avait compris, ce que je sais mais que je ne peux avouer. Ce que je connais, mais que je ne peux prononcer. Ce que je suis mais que j'ai oublier. Alors que tout avait laisser place au calme, la confiance. La gangrène commença de nouveau à ronger mon esprit détraqué. Finalement je sais pourquoi j'ai oublier. Cette souffrance encore, cette douleur... « Cette Euphoria. Elle a gâché mes cheveux. Combien de temps est-ce que je vais devoir prendre ma douche pour retirer tout ce sang. Aussitôt que je la trouve, je vais me venger. » Chase étais-tu sérieux lorsque tu prononça ses mots? Chase pourquoi me dire ce genre de chose alors que tu disais que tu venais me chercher, chase je pensais que toi, tu me comprendrais. Finalement toi aussi tu voudrais te venger... Alors tu n'avais pas réaliser. Je sentis gronder ma rancœur, je sentis de nouveau cette douleur dans mon cœur, mes mains se serrèrent sur mon buste, j'aurais voulu lui crier, j'aurais voulu lui rappeler. Chase, regardes-moi. Mais je ne pouvais bouger, je n'étais que spectateur. Ici nos souvenirs finirait sans doute par se rejoindre. Si j'ai pu voir les tiens, je te laisse voir l'un des miens..."


Devant ses yeux fuchsia et fendu une porte apparut, son nom? Project AD044-E. Vous vous demander dans doute ce qui pouvait bien se cacher derrière ces initiales, je crois qu'il est temps pour moi de vous le racontez, ce que Chase découvrit quand la porte s'ouvrit devant lui. Chambre d'Asile, chambre humaine, sur une table accrochée, se tenait cette enfant étrange. Ses cheveux de blé était maculé de sang, sur ses tempes se dessinaient les traces de ses traitements. Le docteur n'était pas là, non il était parti après l'avoir une fois de plus traiter. Oui chase, admire ce visage d'enfant, le reconnais-tu? Les lèvres bougent lentement, essai-t-elle de dire quelques chose? As-t-elle vu son chat dans l'encadrement de la porte? Allez-savoir... Alors qu'elle ferme doucement les yeux, un murmure s'échappe, elle chuchote. « Le Projet Alice, Delirum, Euphoria, test 44 – Création de démence pour échapper à la douleur. » Et son sourire s'étira doucement.

Puis se fut de nouveau le noir, le tumulte de son être. Tout n'était qu'illusion souvenir et dans le noir la voix d'Euphoria put enfin raisonner aux oreilles du chaton, elle ne pouvait pas encore se montrer, avait-elle honte? Alors qu'elle poussa un léger soupire, une lumière doucement s'approcha du jeune homme, étrange étincelle qui réagissait au variation de sa voix:


-Pardonnez-moi Chase, je ne voulais vous faire de mal.. Mais vous avez promis de venir me chercher... Alors je vous ai montrer... Pardonnez-moi Chase... car désormais nous sommes ici, et je crois que vous aussi vous allez lutter avec votre passé... Pardonnez-moi Chase, je crois qu'il faut que vous compreniez pour que je puisse me montrer... Pardonnez-moi Chase, je crois que je ne vais pas pouvoir vous suivre désormais... C'est à vous d'avancer... je vous attends de l'autre coté. Avec une tasse de thé... comme il y a bien longtemps... Mon Cheshire Cat Adoré.

Cette voix, ses expressions, ce petit rire maladroit, presque rougissant après ses quelques mots, Chase devait les connaître, les reconnaître doucement. Bien qu'il ne puisse pas encore vraiment se l'avouer sans doute. La lumière s'agrandit lentement, Euphoria savait qu'elle ne devait pas en dire d'avantage pour pouvoir tout savoir pour pouvoir tout comprendre, il lui fallait encore avancer, plus profonds encore dans sa propre existence. Le vrai combat venait de commencer... Des épreuves il devra en passer.... Courage Chase. Mais ne soit pas en retard. D'accord?

[HRP: Je te laisse trouver un autre souvenir de Chase! Je t'expliquerais un peu plus en mp, donc dis-moi si tu ne comprends pas]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


L'amoureux des haut de forme [Euphoria] Empty
MessageSujet: Re: L'amoureux des haut de forme [Euphoria]   L'amoureux des haut de forme [Euphoria] HorlogeoLun 27 Juin - 7:27

Alice
Ma douce Alice
Mon Alice
Emplie de malice
Dépourvue d’inutiles artifices

Alice
Ma douce Alice
Mon Alice
Mon avarice
Le secret de mes caprices

Alice
Ma douce Alice
Mon Alice
Ma chère complice
Mon petit délice

Attendez-moi, ma tendre Alice
Je viens vous sortir de ce rêve factice



    Fredonnant ces paroles sans cesse, marchant droit devant lui sans accorder d’importance à ce qui l’attendait, il allait là où il devait se rendre, sans se demander si ce chemin était bien le bon. Le Cheshire Cat adorait marcher dans Wonderland ainsi, fermer les yeux et laisser ses jambes le porter. Pourquoi pas le faire ici alors ? Ses yeux ne lui servaient pas de toute façon et en agissant ainsi, il allait bien tomber sur Alice à un moment ou à un autre. Il avait donc fermé les yeux et récitait les paroles d’une chanson qu’il avait inventé lui-même il y a de cela bien longtemps. Seulement, il avait rajouté un petit couplet "pour mettre en contexte" disait-il toujours, car, du plus loin qu’il se rappelle, jamais ces dernières paroles n’avaient été les mêmes.

    Et comme pour lui donner raison, une porte apparut brusquement devant lui. Ses jambes l’avaient bien porté, car quand la porte s’ouvrit dans un affreux grincement le visage enfantin de son Alice apparut devant lui. Pauvre créature, attaché à ce lit, forcée à subir de ces tortures qu’un enfant ne devrait pas avoir à subir. Torturée, brusquée, prisonnière de son esprit, voilà exactement comment était la Alice d’aujourd’hui celle que Chase avait pour mission de retrouver. Un sourire se dessina doucement sur les lèvres du chat, presque en même temps que celui de la gamine alors que le décor s’effaça pour replonger le chaton dans l’océan obscur. Et pourtant, le Cheshire Cat put discerner une lumière dont l’intensité changeait à mesure que la voix de celle qu’il recherchait résonnait autour de lui. Son sourire s’agrandissait à mesure qu’elle parlait, malgré la tristesse de sa voix. À la fin de ses propos, il finit même par rire.

    Avez-vous si peu confiance en moi, milady ? C’est vous qui m’avez fait entrer ici et vous doutez dès l’ors de mes capacités ? Ne vous inquiétez donc pas, je serai à l’heure. Cependant, j’ai encore quelque petites choses à régler. Veuillez patienter encore un peu, milady, je vous rejoindrai bientôt.

    Sur ses mots, Chase fit une révérence, malgré le fait que la présence de son Alice lui sembla avoir disparut. C’est ainsi qu’il avait toujours fait alors ainsi continuera-t-il à faire. Il se remit ensuite en marche, cette fois dans le silence pourtant. Pourquoi était-il brusquement tendu ? Était-il certain d’y arriver ? Et s’il échouait ? Resterait-il coincé ici à jamais, contraint à errer dans ce noir infini jusqu’à sa mort ? Si, bien sûr, mourir soit encore possible. Pouvait-il encore mourir ? Mourir comme il était mort la première fois. Ressentir cette étrange sensation, comme si notre corps se vidait. Ce sentiment d’apaisement comme si tout à coup tous les problèmes qui se mettaient en travers de son chemin s’écartaient brusquement pour lui ouvrir le chemin vers le ciel. Allait-il encore vivre ça ?

    Chase dû rapidement mettre ses doutes de côté, car il entendit un bruit étrange résonner dans l’obscurité. Le bruit se rapprochait très rapidement. Un frisson d’horreur parcourut son échine quand il reconnu le bruit du moteur vrombissant d’un bus scolaire suivit de près par le klaxon assourdissant du poids lourd. Le nez de l’autobus apparut brusquement juste devant Chase qui, par réflexe, essaya de se téléporter, ayant cependant oublié que l’usage de son pouvoir n’était pas autorisé dans ce lieu sombre. Il ferma donc les yeux, craignant la douleur qu’engendrerait l’impact. Il entendit le bruit du klaxon s’allonger, puis disparaître. L’engin lui avait passé au travers. Son cœur battait à une vitesse folle, si bien qu’il avait l’impression qu’il allait sortir de sa poitrine. Il resta immobile encore quelques minutes avant de reprendre sa route d’un pas hésitant.

    Le vide d’un noir d’encre qui l’entourait l’inquiétait maintenant, comme si un autre autobus pouvait sortir de nulle part et lui foncer dessus encore une fois. Les poils de ses bras étaient hérissés comme un frisson perpétuel. Il avait eu moins peur que ça face à son père alors pourquoi était-il si effrayé maintenant ? Avait-il si peur de mourir ? Depuis quand ? "Le Cheshire Cat n’a peur de rien" se répétait-il en boucle dans sa tête.

    À mesure qu’il marchait, il remarqua la présence d’une douce lumière plus loin. Il pu distinguer les draps blanc d’un lit dont la structure était en bois sculpté. De minces feuilles d’or avaient été ajoutées à la tête du lit, pour démontrer la richesse de la personne qui dormait dans ce dernier. Personne que Chase connaissait d’ailleurs très bien. Sa mère était étendue sur le matelas, elle semblait mal en point. Son visage était jeune et pourtant, elle semblait avoir mille et une rides. Chase reconnu les cheveux sombres de sa mère, morte alors qu’il n’avait que 4 ans. À ce moment là, il n’avait pas été conscient que ces instants étaient les derniers de sa mère, atteinte d’une maladie incurable que même les médecins n’avaient pas réussis à identifier, mais là c’était différent et il se rendit brusquement compte qu’elle lui manquait. Elle croisa son regard et un faible sourire illumina son visage. Elle murmura quelque chose d’inaudible, forçant alors son fils à se rapprocher. Quelque chose d’horrible se produisit alors. Sa mère qui était sensé mourir dans les minutes qui suivaient se mit à hurler.

    – POURQUOI M’AS-TU ABANDONNÉ !? TU NOUS AS ABANDONNÉ ! TU NOUS AS ABANDONNÉ ESPÈCE DE FILS INDIGNE ! NE T’AVISES PAS DE T’APROCHER DE MOI OÙ JE T’ÉGORGERAI ! JE VAIS TE TUER ! JE VAIS TE TUER !!! QU’ON LUI TRANCHE LA TÊTE !!!

    Les yeux de sa mère jusqu’alors d’un bleu étincelant étaient devenus injecté de sang et son visage déformé par la haine ressemblait à celui d’une sorcière. Elle ne ressemblait en rien à sa mère. Effrayé, Chase se mit à courir dans la direction opposée, mais aussitôt eut-il fait trois enjambées qu’une guillotine apparut devant lui, le dominant du haut de ses 5 mètres, sa lame maculée de sang scintillant su gré du feu qui dansait dans la cheminée richement décorée. Il la fixa pendant un instant qui sembla durer une éternité, ses yeux représentant clairement le sentiment de terreur qui l’animait. Le son assourdissant d’une vieille horloge sonnant les 12 coups de minuit, à peine audible à cause de sa mère s’époumonant le fit se réanimer et reprendre sa course. Plus loin, il repéra une porte et, sans se demander ce qu’elle pouvait bien faire ici, il y entra et s’y enferma.

    Le front accoté sur la porte, il tentait de reprendre son souffle, les yeux fermés, le cœur battant plus fort que jamais, il tenta de reprendre ses esprits, jusqu’à ce qu’un bruit étrange lui vienne à l’oreille. Bip…bip…bip. Une ligne verte faisant des hauts et des bas sur l’écran. Bip…bip…bip. Une respiration constante. Bip…bip…bip. Une chambre hôpital d’un blanc immaculé. Bip…bip…bip. Bonjour, bel étranger ♥

    Chase se retourna lentement et se retrouva face à un jeune homme couché dans un lit d’un blanc aussi éblouissant que les murs. Le garçon avait les cheveux d’un brun foncé presque noirs et incroyablement longs. Il semblait dormir dans un sommeil profond. Deux médecins, un portant un document à la main entrèrent dans la salle par une autre porte. Ils se postèrent près du patient et l’un deux ouvrit le dossier, lisant quelques ligne rapidement.

    – Du nouveau ? Demanda l’un d’eux.

    – Rien. Ses plaies de lit son plus pires que jamais. Après toutes ces années, je ne crois pas qu’il y ait espoir qu’il se réveille. Il faudrait penser à le débrancher.


    Chase fronça les sourcils. Ce n’était pas un de ses souvenirs. Il ignorait qui cette personne pouvait bien être.

    – Chase Campbell, mh ? Est tombé dans le coma après avoir fait une tentative de suicide en se plaçant devant un autobus. S’il voulait se suicider, ça ne changera pas grand-chose qu’on le débranche.

    L’autre médecin hocha la tête alors que le Cheshire Cat contemplait son propre visage sur son propre lit d’hôpital. La seule pensée qui lui passa par l’esprit fit "Je suis en vie". Mais non, il ne pouvait pas être en vie, il devait être mort. Il devait s’être à jamais séparé de cet enfer. Et si jamais il se réveillait ? Il recula, essayant d’attraper la poignée de la porte, mais la porte elle-même n’était plus là. Il posa désespérément ses yeux où aurait dû être la seconde porte, celle par laquelle les médecins étaient entrés, mais elle non plus ne répondait plus à l’appel. Il vit l’un des médecins s’approcher de la machine qui le maintenait en vie et finalement, il se mit à hurler. Il se laissa tomber à genoux, fermant les yeux, se bouchant les oreilles, hurlant le plus fort qu’il le pouvait. Et pourtant, un "bip" constant résonnait dans sa tête, indiquant que son cœur ne battait plus. Il continua de hurler ainsi jusqu’à ce qu’il perde son souffle, jusqu’à ce qu’il se retrouve de nouveau dans le noir et le silence complet.

    Seul.

    Et pourtant... Pourtant, un petit rire pu s’échapper de la gorge du chaton qui se releva lentement, replaçant du mieux qu’il pouvait ses cheveux maculés de sang sec.

    Je comprends. Je comprends que vous n’ayez pu sortir d’ici, ma tendre Alice si c’est ainsi que se déroulaient chacune de vos journées. C’est à rendre fou. Malheureusement, je le suis déjà et je dois malgré tout continuer à avancer. Peut importe les épreuves, je vous retrouverai, Milady. À n’importe quel prix… à n’importe quel prix…

    Bip…bip…bip… Farewell my dear myself.

    Biiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiip….



[J'espère ne pas en avoir trop fait ^^']
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




L'amoureux des haut de forme [Euphoria] Empty
MessageSujet: Re: L'amoureux des haut de forme [Euphoria]   L'amoureux des haut de forme [Euphoria] Horlogeo

Revenir en haut Aller en bas
 

L'amoureux des haut de forme [Euphoria]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
+°°Alice's game°°+ :: Les Archives D'Alice's Game version 1.0 ♥ :: RP.-