FAQFAQ  CalendrierCalendrier  AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Two Bishops, one Queen — Cheshire Cat&Violette

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Mad Hatter
+~.Beginner.~+
+~.Beginner.~+
avatar

Féminin Age : 66

Carte du Joueur
◊ Power: Omniscience/Annulation passive des pouvoirs
◊ Orientation Sexuelle: Hétérosexuelle
Your Relationships:

MessageSujet: Two Bishops, one Queen — Cheshire Cat&Violette   Mar 27 Nov - 6:08


Je suis haut. je suis haut et lui.. En bas. Il est moins haut, plus bas. Haut de forme. Aucun rapport. Il est en bas, là, sur ces dalles grandeur non-nature. Presque à se donner des baffes. Dalles vraiment géantes. Encore tachées de sang, et de feuilles, et de pétales séchées. Ahh.. ces si douces Reines. Je, nous. Nous sommes donc sur l'Echiquier. Oh tiens ? Je croyais être demain. En hauteur, sur le fauteuil. D'un autre côté, je suis en hauteur sur la tête d'une tour. Bien plate. Petit rebord ou y poser un livre. Actuellement, j'y ai bel et bien posé un livre. Je l'entend pester contre lui-même. Belle enluminure, de cuir, cuir d'un bleu nuit. Titre marqué en lettres d'or. Ou dorées. Après tout, c'est celui qui m'a donné ce livre qui me l'a rammené.. En fonction de la personne volée, cela peut très bien être quelque chose de précieux, ou de beaucoup plus toc. A moitié allongé, le dos contre un des petits mâchicoulis de la tour, mon chapeau tellement penché que son rebord pourrait presque toucher mon nez, je tourne une page.

« Mon cher, veuillez vous adresser à vous-même avec un peu plus d'égard ! »

Insultes qui volent à je ne sais même plus qui. Comment suivre son flot de paroles ? C'est à peine si je suis les miennes. Chance exceptionnelle que de trouver mon ami aujourd'hui. Le Chat du Cheshire, ou la personne la moins prévisible de Wonderland. Profondément agaçant. Nous sommes tous les deux assez agaçants, et je pense qu'au fond, nous nous sommes assez bien trouvés. Bien que je ne m'amuse pas à apparaitre et disparaitre partout.. Ce qui est assurément la chose la plus frustrante que vous n'aurez jamais à experimenter. Si seulement il avait pu être un chien, ça aurait facilité tellement de choses, n'est-ce pas ? Mais non. Non, c'est un chat, qui sourit, trop, et qui a tellement de personnalités que nos parties en deviennent insupportables. « Pion en B4. » Alors bien sûr, je connais d'avance ses coups, le challenge étant de jouer à proprement dit. Il bougera sa prochaine pièce en B4. Mais, Chapelier, tu sais ce qui est le plus insupportable, c'est qu'autant tu prévois ses actions, autant tu ne sais pas du tout lorsqu'il montrera le bout de sa truffe. On a toujours eu ce rendez-vous. Je tourne la page. On a toujours eu l'habitude de jouer aux échecs, non par plaisir, mais plutôt pour se retrouver autrement qu'autour d'une tasse de thé — les personnes importantes méritent plus original, n'est-ce pas ?
Le problème est que nous ne savons jamais quand ces parties auront lieu, merci le Chat.
Après, une fois que le hasard a bien fait les choses, il y a toujours la phase assez dure qui est de deviner qui s'est aujourd'hui réveillé chez lui. Je vous assure que jouer avec un duo de psychopathe et d'enfant chignard, c'est assez rude. Actuellement.. Je ne saurais le dire. Trop occupé à lire sur cette tour à moitié détruite par les batailles consécutives des deux royaumes.
"Alice, ou la création d'un Mensonge Merveilleux." Et bien, ça aussi c'est rude. Enfin.. Le titre est à l'égal du contenu de ce bouquin de pacotille. Nouvelle page vierge que je tourne. Il n'y a strictement rien à lire mais diable, je trouve cela fort intéressant. Comme un long silence. Un long silence de.. 639 pages. Intéressant. Non ? Non. « Non. » La prochaine fois, je me contenterai de billes de bois de la part du Chat.

Refermant le livre, je caresse pensivement sa belle couverture - avant de le lancer par dessus la tour. Nous aurons bien le temps d'y écrire de l'air plus tard. Je me relève enfin, et m'assoit sur un mâchicoulis, les pieds suspendus dans le vide. Mon chapeau manque de tomber, et je e rattrape in-extremis du bout de ma chaussure. Bien.
« Dis.. » Je le replace sur ma tête. « Pion en B4. » Impression de déjà vu. Ou déjà dit. De toute manière, ce qui n'a pas été dit est l'une des raisons principales de nos rencontres autour.. Sur.. Un plateau d'échec. Même si lui est jaloux, et encore cela dépend quelle personnalité, de ce qu'il sait; et que moi je préfère laisser un peu de surprise planer, on s'échange d'habitude quelques nouvelles de Wonderland. Des infos, des rumeurs, des ragots. Lui il sait des choses entendues, ou vues, et moi j'affirme. Bien sûr, nous n'allons pas intervenir. Les gueguerres entre les différents fragments ne nous concernent pas. N'est-ce pas ?
Je m'éclairci la gorge avec la délicatesse d'un Jabberwocky, et clame un peu plus fort un
« A deux cases de ta personne et de ton cerveau décidément trop lent et étriqué pour savoir raisonner rapidement, tu avances ton pion, Chase. C'est le but de ce jeu, en vérité, et ce peu importe si tes moeurs du jour son totalement douteuses ou bien juvéniles ! » Je lève les yeux aux ciels, les bras tendus comme dans une tragédie, et finalement secoue la tête, un sourire aux lèvres, avant de marmonner pour moi même « Le jour ou je m'en mangerai le chapeau, tu auras intérêt à m'en voler un de qualité le Chat.. »

Bonjour, cher tour, je te présente Chase, ce qui se rapproche le plus d'un ami, s'il n'avait pas tant de personne de dedans sa tête.
Revenir en haut Aller en bas
Cheshire Cat
+~.Beginner.~+
+~.Beginner.~+
avatar

Féminin Age : 22

Carte du Joueur
◊ Power:
◊ Orientation Sexuelle:
Your Relationships:

MessageSujet: Re: Two Bishops, one Queen — Cheshire Cat&Violette   Mer 28 Nov - 12:04

    Qu’est-ce que le présent, voulez-vous bien me l’expliquer ? Je veux dire, c’est vrai, de combien de temps est le présent ? Le passé, on le sait, c’est combien de temps on a vécu sur cette terre depuis notre naissance. Et le futur. Simple. C’est tout ce qu’il s’en suit qui peut aller jusqu’à l’infini. Le présent, alors ? C’est entre les deux ? Mais combien de temps entre les deux ? Une minute ? Une seconde ? Une milliseconde ? 0,0000000000000000000000000001 seconde ? Si le présent est indéterminable…

    alors est-ce que ça veux dire qu’on vit dans le vide ?

    Il secoua la tête, puis fixa ses yeux sur le jeu. Il ne pensait à rien. Que du blanc. Puis, un de ses yeux clignait. Obsolète. Où est-ce que j’ai entendu ce mot là, déjà ? Qu’est-ce que ça veux dire ? Quelque chose de périmé ? Pourquoi est-ce que j’ai ça dans la tête ?

    De nouveau la tête qui se secoue, puis un arrêt complet. Ses yeux se fixent de nouveau sur la planche de bois. Encore quelques petites secondes de silence total, puis il relève brusquement la tête. Sa tête. Il avait secoué sa tête. Ses cheveux devaient être décoiffés. Il fouille frénétiquement dans son sac de voyage qu’il avait déposé près de sa chaise et en sort un petit miroir portatif tout craquelé. Il retire une épingle, replace ses cheveux, la remet à sa place et répète les mêmes mouvements à plusieurs reprises pour mater quelques mèches rebelles. Il replace ensuite soigneusement son miroir dans son sac et repose ses yeux sur les petites figurines.

    Silence. Concentration. Il regardait les pièces comme si la partie était déjà bien avancée. Concentration. Comme s’il réfléchissait à la façon de bouger son prochain pion en fonction des ennemis qui pourraient le tuer. Encore concentration. Mais la partie n’était même pas encore commencée. Puis frustration. Tous les pions étaient encore placés en deux rangées parfaites de chaque côté de la planche carottée. Profonde frustration.

    Il lâcha un grognement qui résonna dans le lieu de guerre délabré. Une salve de jurons s’élève dans le ciel. Est-ce seulement du français ? Non, c’est un mélange d’espagnol, d’allemand, d’anglais et de… japonais ? D’où lui viennent toutes ces langues ? Probablement de ses connaissances.

    Son cerveau jaillis d’idées, de paroles, de souvenirs du passé. Son passé ? Non. Bien sûr que non ! Celui des autres. Seulement. Seulement celui des autres. Mais cela ne devrait pas l’empêcher de jouer aux échecs !

    Non, en effet.

    S’il ne jouait pas avec Mad Hatter, il n’aurait aucune misère à se concentrer.

    Je m’explique.

    Mad Hatter sait tout. Dans le sens d’absolument tout. Tout tout tout. Tout simplement tout. Et Chase ? Il sait tout. Mais il sait ce que les gens savent. Cependant, Hatter en sait tellement qu’il serait impossible pour Chase de tout savoir ce qu’il sait. Aussi, Chase ne sait jamais tout d’une personne. Une partie, peu importe laquelle, demeure toujours floue. Avec Hatter, cependant, deux choses l’obstruent. Les choses normalement floues et les choses qui deviennent floues à cause de la trop grande présence d’information.

    Conclusion, mes chers amis ?

    Chase ne sait pas quels pions vont bouger.

    Mais il sait, de source sûre que Hatter va gagner.

    Il essai donc de contourner le destin.

    Par moment, le chat levait des yeux inquiets sur le gentilhomme au-dessus de lui. Quand enfin il apercevait son chapeau, bien droit sur sa tête, il lâchait un petit sourire soulagé et retournait à sa planche de bois. D’autres fois, il levait la tête au ciel, complètement hypnotisé, puis revenait à lui et rebaissait la tête. 17 : 22 il est 17 : 22. 30 minutes. 30 minutes avant le dîner. Quel dîner ? Ah. Celui-là.

    Chase grogna de nouveau, cette fois pour lui-même, au lieu de le crier au monde entier, puis s’évapora pour réapparaître de l’autre côté de la planche de jeu. Du côté des noirs. Peut-être que comme ça… Non. Marche pas. C’est les blancs qui doivent commencer. Pas les noirs. Puis il retourne à sa place dans un nouveau nuage rosâtre.

    Il entend finalement un des commentaires de son ami. Un sourire vient fendre ses lèvres. Ses yeux restent toujours fixés sur la partie alors qu’il lance d’une voix moqueuse :

    Tu me connais bien mal, mon ami. C’est parce que je suis trop rapide que je ne sais pas par où commencer.

    Il s’était mis à compter les pions d’une main distraite. «Je pense, donc je suis.» Elle était de qui celle là déjà ? Nietzsche ? Non, lui c’est le mec à la pomme. Non, ça c’est Isaac Lincoln. Les fourmis ont six ou huit pattes, déjà ? Il arracha une des pièces de sa position et l’observa de plus près. Elle était d’ivoire. Elle représentait la tête d’un cheval. Un cheval affreux, pour sa part. Quoi que pour un homme détestant les chevaux, il serait difficile de concevoir qu’il en aime le visage.

    D’après toi, qui va trouver Alice en premier ?

    Il remit la pièce à sa place et se mit à comparer l’échiquier miniature à celui, grandeur nature sur lequel il était assis. La petite table accompagnée de deux chaises (dont l’une d’elle s’avérait toujours complètement inutile) étaient placés en plein centre de l’énorme champ de bataille. Que du morbide.

    All a l’air de bien se débrouiller.

    Sous ces mots, il lâcha un rire étouffé comme s’il venait de raconter la meilleure des blagues. Il me faut spécifier, aussi, que le chat et la citrouille n’étaient pas en très bons thermes.

    Finalement, il leva enfin la tête vers l’autre fou blanc et rose. Ce demeuré utilisait sa couleur préféré à tout vent. Une chance que seuls ses yeux étaient de fuchsia sinon jamais il ne l’aurait pardonné. Il fit une mine boudeuse, puis disparut en poussière avant de réapparaitre sur le haut de la tour, près de l’associable, le jeu dans les mains et les yeux de nouveau fixés sur ce dernier.

    Qu’est-ce que tu lisais ?

    Il tripotait ses pièces sans pour autant en déplacer une seule. Ah ! Ça me revient ! C’était de Lupus Hitler la citation !



You speak the truth ?
I pose that the untruth
of this truth upon truths
holds truer.

The Cheshire Cat
knows all truths and
finds as yet no
contradictions nor chaos.

To trust or not to trust ?
I trust you'll decide.
Revenir en haut Aller en bas
Mad Hatter
+~.Beginner.~+
+~.Beginner.~+
avatar

Féminin Age : 66

Carte du Joueur
◊ Power: Omniscience/Annulation passive des pouvoirs
◊ Orientation Sexuelle: Hétérosexuelle
Your Relationships:

MessageSujet: Re: Two Bishops, one Queen — Cheshire Cat&Violette   Ven 18 Jan - 5:50



« Une table » Je plisse mes yeux. Regarde là-bas, sur le plateau, quelque chose a bougé. Ou vient de bouger. Attendez. « Oh. » Je viens de me retourner, et vois tout juste derrière moi, planté sur ma tour, Chase. Il est donc là. Rien n'a bougé, donc, pas même son pion. En B4. « Une table en B4 mineur. » Je fais de nouveau face à l'immense plateau. Quelque chose à vous donner extrêmement mal aux yeux si seulement les tâches de sang, et quelques os ne cassaient pas l'harmonie bien trop rigoureuse d'une case blanche succédant à une noire succédant à une blanche succédant à une noire.. Je soupire. B4. Je ne suis pas si impatient que cela d'habitude. Je m'habitue. Tout est une question d'habitude. Comme celle qui est de parler d'un sujet aprs qu'il ai été abordé, retard permanent. « Le jeune All ? Oui, oui, bien sûr, je crois même qu'il a déjà du l'approcher.. » Un regard en coin à mon ami, je lui montre mon cou et ajoute « .. D'un peu trop près. » Ce qui n'était pas totalement faux. Ce qui était même vrai. L'habitude, c'est la capacité à faire tomber son chapeau tellement de fois qu'on ne le salit même plus. L'habitude, c'est de gagner face à Chase. « Chaseboard. »
Pardon, c'était ridicule. Lui n'a pas l'habitude de gagner. « Alors, que vas-tu faire ? Bouger ton pion en B4, ou bouger ton pion en B4 ? » Je ne sais pas comment a-t-elle pu faire cela. C'est son monde. Elle s'est brisée en plusieurs parties, mais c'est son Monde. Ses règles du jeu. Mes pieds se balancent, et martèlent la tour au passage. Tic, toc, tic toc. Joue. Un chat qui ne veut pas jouer, je vous le demande.. Son Monde, que je pensais pourtant pouvoir prévoir à la seconde près. Et bien non. C'est comme le coup du lapin dans le chapeau, sauf qu'il n'y a plus de lapin, juste un chat qui hésite. Et mon chapeau remplis de poils. « Tu sais combien de temps ça prend, à enlever des poils de chat d'un haut de forme ? » Et si je mettais quelque chose comme, je ne sais pas, une pelote de laine en B4 ? « Six tables. » Une pour chaque mouton sans poil. Poil de chat-peau. Et ce All, ce All qui se fiche de retrouver Alice, c'est comme une maladie qui se propageait. Vous savez.. L'effet mouton.

Je.. Tourne.. En..
Rond.

Rond de cuir.
D'habitude je ne suis pas si impatient que cela. D'habitude, je sais ce qui se passe. On n'est pas impatient de savoir la suite d'une histoire lorsqu'on la connait déjà. Mais aujourd'hui, et bien, il y a comme une petite hésitation dans l'histoire. Un chat qui hésite, qui sort du chapeau. Pivotant sur moi même, je me met face à Chase, toujours assis sur le mâchicoulis. Ses yeux. C'est ça, une hésitation violette. Sans savoir pourquoi, ni comment
« Merci en tout cas pour le livre. » le conteur a comme envie d'ajouter quelque chose au conte. Livre balancé quelque part. Il a envie d'ajouter quelque chose, un "truc" pour vous faire enrager, vous, vous qui connaissez déjà tout et qui n'aimez pas forcément vous sentir impuissant.. Même si au fond, vous êtes curieux. Et impatient. Bien trop impatient qu'il montre son "truc", que le chat laisse place au lapin normal. « Ton truc, en B4, cher Chase. » Si tu souhaites mon humble conseil. Et impatience. Je me lève et fait quelques pas vers lui, penché sur son petit échiquier. Pion.. En B4. Là. Je le pose à sa place, et abaisse légèrement mon chapeau. Oh non non, ne me remercie pas. Puis je monte sur les mâchicoulis, et tire de mon chapeau un lapin chat canne. Une canne. Nom d'une part de cake, quel bestiaire. Ma canne, ma belle canne. Pas d'hésitation. La mienne. Fragment à l'intérieur, dans le pommeau, ma canne.
Son pion.
Je plisse les yeux dans l'espoir de voir quelque chose venir, bouger, n'importe quoi, là sur ce grand échiquier. Rien.
« Une chose est sûre, je ne parierai pas sur nous deux pour la retrouver. » Je souffle du nez. « Nous sommes bien trop occupés par notre formidablissime partie ! » Je frappe le sol de ma canne. Heureusement que lui et moi ayons nos priorités !


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Cheshire Cat
+~.Beginner.~+
+~.Beginner.~+
avatar

Féminin Age : 22

Carte du Joueur
◊ Power:
◊ Orientation Sexuelle:
Your Relationships:

MessageSujet: Re: Two Bishops, one Queen — Cheshire Cat&Violette   Ven 18 Jan - 13:37

J’ai déjà entendu dire…

J’ai déjà entendu dire que le vrai monde n’était pas celui-ci. J’ai déjà entendu dire qu’il existe des oiseaux qui ne volent pas. J’ai déjà entendu dire que la racine carré de 289 était 17 et que, par conséquent, 17 à la 2 donne 289. J’ai déjà entendu dire qu’un participe passé employé avec le verbe être s’accorde en genre et en nombre avec son complément. J’ai déjà entendu dire que les nuages sont faits d’eau, que le ciel n’est pas bleu, qu’Alice est vivante, que l’avion existe, peu importe ce qu’est un avion, qu’un bébé peut respirer sous l’eau, qu’Alice est vivante, que les arbres sont des êtres vivants comme les humains, que le temps est éphémère, qu’il n’y a pas d’ordre des choses, qu’Alice est vivante, que la vie ne dure pas, qu’Alice est vivante, qu’il est possible de ressusciter, qu’Alice est vivante, qu’on peut être immortel, qu’Alice est vivante, qu’Alice est vivante, qu’Alice est vivante, qu’Alice est vivante, qu’Alice est vivante, qu’Alice est vi…

Alice est vivante.

Que ce soit en pensée, physiquement ou en pièces. Pièces d’échiquier. Ces foutus pièces d’échiquier. Pourquoi ne voulaient-elles pas bouger ? Ça faisait déjà presque deux heures qu’il attendait que l’une d’elle se décide à avancer. Ou cela faisait-il seulement deux minutes ? Il accumulait. C’était un accumulateur. Accumulateur d’objets rares, non, de déchets. Ce dont on ne veut plus. Un accumulateur de «J’ai déjà entendu dire.» Il en a entendu dire des tonnes. Il en a des tonnes dans sa tête. Des tonnes de pièces détachées. De pièces d’échiquier qui ne veulent pas se déplacer. Pion en B4 ? Mad semblait s’impatienter. Depuis quand ce bougre s’impatiente-t-il ? «Votre appel est important pour nous.»

Ça faisait combien de temps qu’il la cherchait ? Qu’il cherchait des «J’ai déjà entendu dire» la concernant. Tout le monde la cherche. Tout le monde. Tout-le-monde. Des plus grands aux plus ingrats. On voulait se l’approprier, l’utiliser ou encore la vendre. Tant de mains souillées devaient déjà l’avoir touché. Tant d’infidèles et d’ignorants. Ça le mettait en colère. Qu’on la touche et qu’on se l’arrache des mains comme s’il s’agissait d’un objet. Terrible colère. Qu’on se batte pour elle, qu’on fasse la guerre pour elle, que des mains sales laides et puantes viennent la tripoter, qu’on l’abuse, qu’on trahisse sa pureté, qu’on trahisse le monde qu’elle a crée, qu’on la détruise, qu’on la viole, qu’on la déchire en milles morceaux !

Non. Non, ça, c’était déjà fait…

Mad semblait avoir une fixation sur les chats. Pourquoi ? Alors là, me demandez pas. Il leva les yeux sur le chapelier et retroussa le nez.

C’est toi qui sens le brûlé, Maddy ?

Ah non, tiens, c’était lui. La colère l’avait emporté. Une étrange fumée l’entourait. Rare qu’il perde ainsi le contrôle de lui-même.

Pion. B4. B quoi ? B4 ? Il fixa les yeux de nouveau son la planche. «Qu’on lui coupe la tête !»

Perdu dans ses pensées, complètement perdu. Mad aussi, on dirait. Deux fous sur une tour en train de jouer, non, d’essayer de jouer à un jeu complètement fou dans un lieu où seule la folie a sue diriger les camps rouge et blanc. Complètement fou. «Un fou qui est fou qui sait qui est fou est moins fou qu’un fou qui est fou qui ne sait pas qui est fou.»

Alice…

Voix nostalgique. La revoir. Pourquoi ne pas la revoir ? Mais quand ? Quand ?

Chase l’avait-il seulement déjà rencontré ? Était-il assez vieux pour l’avoir rencontré ? Quel âge avait-il ?

Il vit un des pions avancer en B4. Enfin, l’un d’eux s’était décidé. Il leva les yeux sur son ami.

Dis… j’ai quel âge ?

Il arrivait où, parfois, il se posait des questions sur lui-même. Ça commençait par son âge, mais ça pouvait aller plus loin et si on ne l’arrêtait pas… et si on ne l’arrêtait pas…

Hé…

Si on ne l’arrêtait pas…

Hé…

S’il n’arrêtait pas…

HÉ ! Mad !

Quoi !?

Quand est-ce que tu vas te décider à jouer, enfin ! Je vais tout de même pas attendre toute la journée !



You speak the truth ?
I pose that the untruth
of this truth upon truths
holds truer.

The Cheshire Cat
knows all truths and
finds as yet no
contradictions nor chaos.

To trust or not to trust ?
I trust you'll decide.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Two Bishops, one Queen — Cheshire Cat&Violette   

Revenir en haut Aller en bas
 

Two Bishops, one Queen — Cheshire Cat&Violette

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
+°°Alice's game°°+ ::  :: The Forsaken Chessboard-