FAQFAQ  CalendrierCalendrier  AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Le reflet.. De ton reflet.. Du reflet. [PV Akira Matuszak]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Mad Hatter
+~.Beginner.~+
+~.Beginner.~+
avatar

Féminin Age : 67

Carte du Joueur
◊ Power: Omniscience/Annulation passive des pouvoirs
◊ Orientation Sexuelle: Hétérosexuelle
Your Relationships:

MessageSujet: Le reflet.. De ton reflet.. Du reflet. [PV Akira Matuszak]   Lun 26 Nov - 1:33


« Ma chère, vous êtes bien gentille, mais j'aimerai vraiment.. »

« Non. » Non ? Haute comme trois pommes, avec des joues capables d'en avaler le même nombre. De pommes. Le même nombre de pommes. Elle les plante, les pommes. Pas des pommiers je parle. Des flèches. Son numéro. « .. Non ? » Retard sur mes pensées. Il faut dire que je ne comprends pas vraiment l'intérêt d'avoir dans un cirque une femme capable de tirer à l'arc. Je veux dire. « ..Occupés, les répétitions sont déjà bien assez.. » Rien de bien spectaculaire. Bientôt il y aura un écureuil capable de manger des noix, et le public entier se lèvera de joie. « .. Alors vous allez pas commencer à jouer votre rigolo de service parce que je.. » Parle beaucoup. On me dit bavard, essayez seulement de vous concentrer en l'entendant papoter, cette femme. Mes yeux se portent sur le chapiteau, les bancs de bois, les paquets de nourriture laissés ça et la. Et ça parle, et ça parle.. « Qu'est-ce que.. » D'un geste j'écarte Mademoiselle Blah, et descend les escaliers menant à la scène. Ou arène, plutôt. Y a-t-il un mot pour décrire ça ? Aucune idée. Occasion d'un créer un.
« Ce n'est pas contre vous, mais je dois vraiment voir quelqu'un d'extrêmement important ma chère petite naine. » D'un signe je lui adresse un dernier salut, et continue ma progression vers ce qui semble être des.. Jongleurs. « Eh, r'gardez qui arrive ! » Fantastique. Je me retourne. « Qui est-ce qui arrive ? » A part la briseuse de pommes qui s'essouffle pour revenir à ma hauteur. Des rires se font entendre. « Vous ! Vous êtes le Chape- » « Messieurs.. Je sais qui je suis. Et je sais que j'arrive. C'est évident. » Evident. Ils passent de la moquerie légère à une sorte d'interlocation. Ce mot n'existe pas ? Bien. Prenons le donc pour appeler ce qui n'est ni une arène ni une scène. Vous me suivez ? Oh non dear, je ne parle pas de toi et de tes pommes. Et voilà qu'elle me tire mon merveilleux costume. « Pouvez-vous me m'ouvrir exceptionnellement le Mirror's Castle ? Je n'y attends pas quelqu'un. » « Mais vous aviez dit.. » « Silence, petite Lady. » Enjoué, je la vois en coin lancer un regard furibond aux jongleurs qui ont du mal à se contenir. Avant de remonter les marches et de sortir du chapiteau sans un mot.

« La voilà partie.. En vérité, je ne voulais pas qu'elle sache qui est la cause de ma venue ici. Elle pourrait ne pas apprécier. » Clin d'oeil, voix abaissée, penché vers eux sous le signe de la confidence. Les voilà pendu à mes lèvres, leurs balles tombées sur le sol de.. L'arène ? La scène ? L'interlocation. « Elle est vraiment spéciale à mes yeux.. Si vous voyez de qui je veux parler. » Les leurs s'écartent, tandis qu'ils se regardent. « Vous parlez de l'équilibriste ? Drago ? » Drago. Ça sonne beaucoup mieux qu'interlocution comme nom. Me redressant, je laisse un sourire énigmatique sur mon visage, tout en faisant tourner ma canne.« Qui sait, gentlemen.. Je vous fait confiance pour ne pas laisser quiconque m'importuner en ce lieux. C'est compris ? » Des images de la dénomée Drago défilent devant mes yeux, sont passé, son futur, et aussi son présent. Comme ce que j'avais vu toute à l'heure, elle fait une petite sieste. Parfait. « Heu.. Ouais ouais m'sieur, pas d'problèmes ! »
Et ils cafteront, et la pauvre petite femme deviendra une fois de plus d'un rouge écrevisse. Tant mieux. Trop de sommeil nuit à la santé, petite Drago, quite à te faire insulter de tous les noms.
Remontant alors les marches, je claque des doigts, et immédiatement un jongleur saute par dessus l'estrade pour me rejoindre.
« Tu as les clefs ? » Il hoche la tête. « Y'a pas d'clef m'sieur l'Chapelier, y'a jamais eu de cadenas là-bas. » Je sais. Cadenas, qu'est-ce que ça sonne mal. « Pourquoi es-tu venu alors ? » Son grand sourire gentil laisse place à de l'incompréhension. « Tu aimes bien Drago, je me trompe ? Si tu sors avec moi de ce chapiteau, la gérante n'osera pas moufter quant à ton entrainement loupé. » Je pousse les rideaux, et la lumière extérieure nous aveugle une fraction de seconde, avant de continuer « Ce n'est pas cette personne que je veux voir, de toute manière. Apporte des fleurs à ta demoiselle. Lys. Blancs. » Symbole de lâcheté. « Elle adorera, parole de Chapelier. » Allergique chronique. Plaques rouges sur son visage que je peux d'avance prévoir. Ses yeux, ronds comme des soucoupes me fixent. En vérité, tout son corps reste fixé sur le sol, lui et sa machoîre décrochée, avec un de ces parfaits sourires niais qui présage tout de bon. Sans me retourner, je frappe le sol de ma canne et lui lance « On ne fait pas attendre les filles, gamin ! » J'entends ses chaussures crisser, et courir en quatrième vitesse. Bien bien bien.
Une bonne chose de faite.

Plus beaucoup de monde ne va dans cette attraction. Y aller une fois suffit amplement. Des miroirs, des miroirs, et encore des miroirs.. Qui vous déforment, vous glorifient, vous enlaidissent.. J'arrive devant la petite tente et y enlève les cordes qui maintiennent la porte de tissus avec les autres pans. Entrant en ce lieux dans l'obscurité la plus totale, seules quelques bougies égrenées ça et là permettent de voir le reflet que vous avez. Ce n'est pas amusant pour moi, car là ou certains miroirs révèlent votre vraie nature, en vous transformant en créatures cauchemardesque, ou au contraire, en d'autres nettement plus mignonnes, moi, je reste tel quel. Déprimmant. Enfin, au moins, je peux rencontrer cette personne si spéciale.
Un salut de main.

« Bonjour Chapelier. Nous nous retrouvons donc. » Me perdant volontairement entre cette multitude de miroirs, je m'enfonce de plus en plus dans le labyrinthe. « Oui Chapelier, j'ai attendu ce moment très longtemps. » « Ah, et moi alors ! Et il faut que je sois déformé. Ne me regarde pas, je me fais honte. » « Il n'y a pas de honte à être un reflet. » « C'est assez moyen niveau rencontre, tu as vu ce taudis Mad ? Allons. » « Trop précieux pour aller autre part mon cher. Tu en trouveras ne t'en fais pas. » « Je te fais confiance. » « Tu ne devrais pas. » « Vu que cette discussion n'est qu'en fait en parfait monologue, je sais que tu as arrangé une crise de larme avec une jeune fille qui viendra se réfugier ici. » « Très bonne déduction, mais ce n'est pas.. » Nous nous interrompons. Un éclair de lumière, vif, synonyme d'une nouvelle personne, vient tout juste de se faire voir. « Yoohoo ! Il y a quelqu'un ? » Akira Matuszak en vérité. Etrange. Me penchant vers mon reflet, je lui, me, murmure quelques mots, et me dirige tant bien que mal vers le nouvel arrivant. L'un des défauts de toujours tout savoir es que les labyrinthes perdent en difficulté. Gauche, droite, droite, gauche, droite, gauche, gauche, bonjour. Faisant un salut magistral au dos du jeune homme, je toussote pour signaler ma présence. « Chapelier Fou, pour vous servir. » Ce à quoi mon reflet toussote à son tour.
Revenir en haut Aller en bas
 

Le reflet.. De ton reflet.. Du reflet. [PV Akira Matuszak]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
+°°Alice's game°°+ ::  :: The Dark Woods Circus :: Mirror's Castle-