FAQFAQ  CalendrierCalendrier  AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Les contes du chat perché...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Joachim Klaus-Jürgen
+~.Newcomer.~+
+~.Newcomer.~+
avatar

Masculin Age : 28

MessageSujet: Les contes du chat perché...   Sam 28 Juil - 23:03

« Tu t'échappes petite rose au cœur doucereux,
Et le trépas te guette dans un océan de goudron.
Lorsque ta chétive carcasse foulera le loch sirupeux.
L'obscurité se régalera de toi telle la boëte au bout de l'hameçon. »

Le visage d'un garçon se découpa dans la lumière blafarde d'un rayon de lune souriante. Il était là, perché sur un haut mausolée de marbre gris, les pieds ballottant dans le vide au gré de son humeur. Nul n'aurait su dire comment il avait grimpé là, car dans les minces rayons qui perçaient encore les nuages, on distinguait clairement le fin voile laiteux qui recouvrait ses iris d'un béryl sauvage.

Il était aveugle à n'en pas douter, et le parier de sa main vous l'aurait fait gagner.

Mais sa présence avait quelque chose d'éthérée, comme si au fond ce n'était qu'un mirage étalé devant nos yeux rêveurs. Son corps maigrelet était vêtu à une mode surannée, d'un charmant costume opalescent dans le plus parfait style victorien, rehaussé alors de petits lunettes rondes dans les tons carmins. Le haut de forme reposait quelque part, négligemment posé sur une ornementation du mausolée ; tandis que d'une main il fumait la pipe et de l'autre jouait avec une canne ouvragée.

« Tu t'égosilles petite rose au cœur malheureux,
Car dans ta fuite le prédateur tu n'as pu distancer.
Alors il te déchire vivante de ses crocs amoureux,
Et tu me parais plus belle encore à mes yeux putréfiés. »

La tête blonde s'allongea sur l'échine d'ardoises du caveau, fredonnant cette fois un nouvel air singulier. Fermant les yeux durant de brèves secondes, il inspira l'air vicié du cimetière sentant chaque odeur des dépouilles sous la terre. Une femme ici, un enfant là. Rongés depuis dix ans, depuis un an, depuis cent ans. Joachim tira sur sa pipe tandis qu'un doux sourire étira soudain ses lèvres opalines.

« Tout ça me met en appétit Alister. Crois-tu que nous honorerons commande aujourd'hui ? A moins que nous ne soyons déjà en retard ? J'ai la mémoire défaillante ces temps-ci. »

Dans l'apaisante obscurité, l'expression du garçon se mua de tout au tout en un adulte à l'air joueur, pernicieux et tentateur. La voix quant à elle était bien différente de l’initiale, ravissante et suave, tout juste un souffle d'homme qui aurait ravi le ténor le plus intraitable. A n'en pas douter ce n'était point là que vulgaire vésanie à moins de supposer que la tête blonde ait quelques dons d'imitateur latents.

« Pour la première question, si c'est le cimetière que tu comptes distraire ainsi, je ne crois pas que tu obtiendras ton dû auprès de cette avaricieuse charogne . Pour la deuxième je n'en sais guère plus que toi, tu es le seul maître à bord ne l'oublie pas mon cher petit ange. »

Joachim éclata d'un rire clair et cristallin qui résonna dans le cimetière tout entier. Toujours alanguit sur les morceaux d'ardoises, il apprécia la fraîcheur du vent sur son visage tout en continuant de fumer la pipe. Le temps pouvait s'égrener ainsi des siècles durant qu'il n'aurait probablement pas bougé de son perchoir. Enfin jusqu'à ce qu'un messager le trouve sûrement pour lui rappeler à sa mémoire défaillante qu'il était en retard depuis quelques siècles déjà.
Revenir en haut Aller en bas
Jack L. Nightroad
+~.Newcomer.~+
+~.Newcomer.~+
avatar

Masculin Age : 21

Carte du Joueur
◊ Power: Admirer votre imagination et votre folie ~
◊ Orientation Sexuelle: Inconnu
Your Relationships:

MessageSujet: Re: Les contes du chat perché...   Lun 30 Juil - 14:46

Qu’allons-nous donc dé
couvrir aujourd’hui mon, cher Jack ? Mais plus important comment vas-tu faire pour ajouter un nouveau trésor sur ta liste de trouvailles ?

Jack aime chercher, c’est une chose qui est sûre. Courir après ses rêves les plus fous, dénicher des indices pour les rattraper, ou tout simplement se poser des questions que la logique aurait préférer laisser dans les méandres de l’impensé. Mais la quête du jour était beaucoup plus réaliste et vitale. Même s’il aurait pu aisément survivre sans la compléter. Mais vous savez qu’avec Jack… Moins la mission est utile, plus est importante ! Vous le connaissez si bien maintenant ! Vous savez qu’il est un homme loyal, patient, réfléchit et calme. Qu’il aime aider son prochain et ne pose jamais de question indiscrète. Pardon ? Ce n’est absolument pas le portrait que vous peignez de lui ? Eh bien vous l’aurez compris, Jack est homme de mensonges et de tromperies ! Non, non, je vous rassure, il n’est pas le « bad guy » de vos surproductions américaines ! Il ne joue pas carte sur table voilà tout. Il est insensé, s’égard souvent et passe du coq à l’âne ! Comme moi me direz-vous… Mais je ne suis pas Jack. Ou peut être que si. Mais en plus censé dans ce cas. Et un Jack censé n’est pas Jack…

Mais la seule chose intéressante de ce paragraphe était l’aspect guère honnête de notre ami – vous êtes son ami, vous n’avez pas le choix. Et je disais donc qu’il aimait simplement à détourner la vérité, la déguiser, la cacher, sans jamais la corrompre réellement. Et c’est là qu’intervient sa mission du jour. Trouver de nouveaux ingrédients et ravitailler ses stocks vides. Dans un cimetière. Oui. Les morts renferment bien des secrets et son esprit – trop – imaginatif bien d’autres. Certains clients passent leurs journées à tenter de percer les mystères de fabrication de ses chocolats. Passion qui a le mérite d’être ennuyeuse je vous l’accorde, mais après tout il faut de tout pour occuper le peuple de Wonderland. Quoiqu’il en soit, peu de ces personnes, nobles comme vauriens, ne peuvent se douter que Jack récupère des morceaux de cadavres pour les incorporer dans ses confiseries aux spécificités plus qu’étrange. Cannibalisme et nécrophagie insidieux ? Mais non voyons… Si Jack n’a jamais fait part de ce détail c’est bien parce que personne ne lui a jamais demandé !
La nuit noire. La lune argentée.

Monsieur Nightroad n’appréciait le cimetière qu’en ces conditions. Selon lui, une ambiance moins étrange serait néfaste à sa récolte de chair poussiéreuse. Et ce vaste jardin, réduit à ne jamais fleurir, puisque personne ne viendra déposer de bouquet sur votre tombe, est toujours vide en de pareille occasion. Ou alors un ou deux marginaux y traînent de temps à autres. Des gens spéciaux. La race que préfére Jack ! Certes ils peuplent Wonderland, mais certain le sont plus que d’autres… Et les meilleures rencontres se font ainsi.
Mais vous voudriez savoir ce que fait Jack en ce moment même non ? Plutôt que de lire des paragraphes sans intérêt concernant l’action. Eh bien, levons ce mystère.

Il marchait. Longuement, mais calmement. Le cimetière ne l’effrayait en rien, en effet, il le trouvait même reposant. Sans mauvais jeu de mot. Il s’approchait des deux énormes grilles prévues pour dissuader tout vandalisme, bien qu’à présent totalement inefficaces à cause de leur grand âge. Il les ouvrit d’un coup sec. Peu discret me direz vous. Mais il ne servait à rien d’être discret. Jack voulait seulement collecter ses ingrédients et prévenir de sa venue. Si quelqu’un se trouvait dans les environs, soit la curiosité le poussera à venir le chercher, soit la peur le fera fuir. Au pire des cas, ils se rencontreront par hasard. Ou pas du tout.
Une douce brise caressa son visage, soulevant sa frange blanchâtre. Un creux noir et hideux apparut. En temps normal Jack préférait le cacher, se souciant tout de même des gens qu’il croisait. Mais ici au milieu de ceux qui ne pouvait plus le voir, il se sentait un peu plus libre qu’à la normal. Il s’arrêta un instant contemplant les tombes. Finirait-il dans une de celle-ci ? Jamais ! Il ne pouvait se contenter d’une fin si banale. Enfermé dans une boîte comme un jouet cassé dont on aurait trop de pitié pour le jeter. Il voulait une fin originale. Ou peut être même pas de fin du tout. Une seule lui avait suffit.

Il secoua légèrement la tête, laissant le vent le rafraîchir une seconde fois. Il ferma les yeux. Prit dans cette atmosphère si singulière, il finit même par entendre une voix lointaine. Il fronça les sourcils et les rouvrit, scrutant les environs de son seul iris. Jack avait beau être fou et avoir un début de schizophrénie, du aux visions de sa sœur, entendre des voix n’était pas de ses capacités. Pas encore. Il se concentra quelques secondes, utilisant son pouvoir pour se changer en radar. Oh l’outil bien pratique pour savoir qui se trouve un peu trop près. Deux. Ils étaient deux. Deux de trop peut être.

Ne préférant pas être interrompu pendant qu’il faisait ses affaires, l’albinos décida d’aller observer ces inconnus. Il s’approcha le plus discrètement possible. Autant vous dire qu’il fit tomber plusieurs vases et ne manqua pas de réveiller quelques oiseaux endormis… Il arrive enfin devant un grand mausolée, plutôt joli pour un endroit aussi sinistre. Il la vit enfin, la source de ces désagréments. Mais quelque chose clochait. Il ne vit qu’un jeune homme, plutôt mignon de loin, il faut l’avouer. Penchant la tête sur le côté, il continua de l’observer, tout en faisant un rapide saut dans « son petit monde ». Il y avait bien deux auras. Et celles-ci se superposaient parfaitement. Son pouvoir ne se trompait jamais. Pas de doute il n’était pas en tête à tête avec le jeune homme. Dommage.

Mais alors quoi ? Un dédoublement de personnalité ? Il avait déjà eut à faire à de tels cas, mais les auras qu’il percevait étaient trop différentes. Premier spécimen du genre… Cela éveilla la curiosité de Jack. Que faire maintenant ? Lui parler ? Fuir ? Continuer à l’observer ?

Non, Jack ne fit rien de cela. Il prit une pierre. Une belle pierre. Et l’envoya en plein dans la tête de l’inconnu. Il ne cherchait pas les problèmes. C’était juste sa façon à lui de signaler sa présence !

[HRP: Je pensais pas que ma réponse était aussi longue, je vais essayer de me calmer pour les prochaines. ><]
Revenir en haut Aller en bas
Joachim Klaus-Jürgen
+~.Newcomer.~+
+~.Newcomer.~+
avatar

Masculin Age : 28

MessageSujet: Re: Les contes du chat perché...   Lun 30 Juil - 22:51

La Lune était déjà haute dans le ciel lorsque soudain gagné par le sommeil, il entendit siffler non loin de son visage opalin un projectile qu'un pauvre hère lui destina en vain. La petite pierre trouva le chemin de l'ardoise sur laquelle elle rebondit d'un "poc" avant d'aller rejoindre ses jumelles sur le sol.

Ô il avait déjà deviné la présence de ce sale petit chenapan au fumet délectable, qui errait ça et là sans même se faire discret. Mais il n'était point dans ses habitudes de s'insurger conte l'impolitesse, après tout au Wonderland chacun avait pour lui ses propres notions quand bien même il se serait fait à l'instant une joie de lui arracher la dextre sans compassion.

Alors ce fut tout en baillant qu'il se redressa, s'étira sur l'échine du caveau sans âge. Il laissa passer une seconde, puis deux qu'il compta mentalement avant qu'il ne tourna ses iris aveugles dans la direction que lui indiquait ses sens.

Une pointe de musc et tout juste ce qu'il fallait de sucre, mêlés à cette étrange odeur âcre de la chair qui sur ce corps lentement se gâtait. Ô si agréable parfum entre tous, qui lui fit se lécher les lèvres d'un geste inconscient, tandis qu'avec agilité il descendit de son perchoir comme le renard avec le corbeau charmant.

Mâchonnant sa pipe il s'avança sans trop de difficultés vers l'odeur par laquelle il était attiré. Un doux sourire vint fendre ses lèvres exquises tandis qu'il s'inclina face à son visiteur, dans une attitude qui se voulut faussement courtoise.

« Bien le bonsoir. Êtes vous venu profiter d'une agréable promenade ou est-ce pour d'autres desseins que vous vous êtes aventuré en ces lieux innommables ? A moins qu'à l'odeur singulière que je puisse deviner sur vous, vous n'êtes venu assister à votre propre mise en terre. »

L'expression changea soudain, dévoilant sur ses traits encore juvéniles l'expression d'un adulte ensorceleur, à la voix plus grave et désirable encore que le jeune corps qui l'hébergeait.

« Ma foi mon amphitryon n'a d'égal que sa perspicacité puisque en ces lieux la charogne n'a rien de convenable si ce n'est le goût. A qui avons nous l'honneur si nous nous permettons ? »

Alister était ma foi d'humeur joueuse et se permis ce petit excès de langage qui arracha au premier un rire cristallin. Bien qu'agréable de prime abord, Joachim n'en restait pas moins un conteur solitaire, celui qui chez les Sweet Pawns portait l'évocateur surnom de Putrescence, mais que mystérieusement on oubliait au fil des jours, des siècles et des Printemps.

Pourtant il était toujours le premier à semer la désolation, lorsque d'humeur il devenait trop sombre. Car de son pouvoir naissait la putréfaction, qui chaque jour un peu plus rongeait ce mince filet de conscience ; encore qu'il était peu sûr qui lui en restait.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les contes du chat perché...   

Revenir en haut Aller en bas
 

Les contes du chat perché...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
+°°Alice's game°°+ ::  :: Quiet Cimetery-