FAQFAQ  CalendrierCalendrier  AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 ▬ Tik tok, on the clock, with a fire ball. ♪

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Little Match Girl
+~.Newcomer.~+
+~.Newcomer.~+
avatar

Féminin Age : 25

Carte du Joueur
◊ Power: Contrôle du feu ♥
◊ Orientation Sexuelle: Bisexuelle
Your Relationships:

MessageSujet: ▬ Tik tok, on the clock, with a fire ball. ♪   Sam 7 Juil - 0:51

Cela fait ... deux semaines (?) que tu es là. Peut-être un peu plus, tu ne t'en rends pas compte exactement. Tu ne vois pas le temps passer, tu te contentes de profiter de ce monde si étrange, de découvrir chaque nouvelle chose avec un enthousiasme qui te convient bien. Tu observes avec attention, tu examines et tu juges. Que pourrais-tu faire brûler aujourd'hui ? Quel objet servira à apaiser tes pulsions et à assouvir tes désirs les plus primaires ? De quelle source proviendront les flammes qui te lècheront les doigts avec appétit, qui te rendront vivante et qui se reflèteront dans tes iris vairons ? Tu ne sais pas, tu ne sais rien. Tu te satisfais de vivre simplement, écoutant distraitement les ordres de la reine Rouge qui te parviennent par différents intermédiaires, souvent colporteurs en tout genre et dont tu ne te soucies que très peu. Crimson Soul, oui, et alors ? Tu préfères te dire « neutre », cela cause moins de problème.

Alors tu marches, tu vagabondes. Tu traverses ce monde si étrange, tu te faufiles dans les ruelles des différents quartiers, tes allumettes entre les doigts, prête à n'importe quoi. Tes yeux ne s'arrêtent jamais, ton regard parcourt Wonderland, passe sur les gens pendant que tu traces ta route. Parfois, tu craques une allumette et tu te plonges dans la flamme, si intensément qu'on dirait que tu n'es plus qu'esprit et que ton corps n'est là que pour te permettre de voir et de ressentir la douche chaleur réconfortante de ces flammes. Peut-être est-ce réellement cela, d'ailleurs. Peut-être n'es-tu arrivée ici que pour continuer à jouir de la splendeur du feu, ce que tu n'aurais pu faire si tu étais tout simplement morte. Peut-être, peut-être. Tant de suppositions qui resteront à jamais en suspens.

Te voilà à Wonderland West. Que fais-tu ici ? Tu dodelines de la tête, tu ne sais pas. Ce sont tes pas qui t'ont mené en ce lieu et ton corps qui t'a dit : « Stop, on s'arrête là. » Alors ton esprit n'a pas eu d'autre choix que d'obéir et te voilà à l'entrée du quartier, nez levé vers le ciel et vers le soleil, caché derrière les nuages. Devant tes yeux s'élève l'horloge, aussi bancale que Big Ben est droite. Les aiguilles tournent doucement et tu observent leur lente course, sachant que l'une finira par rattraper l'autre et inversement. Cercle vicieux et inébranlable.

Tu t'approches, tu poses ta main contre la pierre rugueuse et tu inspires doucement, comme si la fragrance de cette horloge aussi vieille que Wonderland allait pénétrer tous tes sens et t'apprendre de nouvelles choses. Un léger sourire étire tes lèvres et d'un geste vif, tu frottes un de tes bâtonnes inflammables contre cette roche taillée. Une étincelle et tu l'attrapes, tu la saisis, tu la fais grandir. Contrôler le feu, n'est-ce pas merveilleux ? Tu souffles doucement et tout s'éteint, flamme éphémère.

Comme dans toutes les horloges, il y a un escalier. Tu n'hésites pas, tu fonces et faisant fi de ces marches de bois, abîmées par le temps, tu grimpes. Tes pas sont légers sur les paliers et tu imagines ce que cela ferait, si tu faisais tout flamber. Le feu prendrait juste à l'intérieur de la tour, chauffant la cloche qui trône du haut de son perchoir. Est-ce que tout s'écroulerait ? Sans doute pas car la pierre résisterait. Tu ne le feras pas, non, mais tu t'aurais bien mise au défi d'essayer de faire flancher cette roche qu'on dit immuable. C'aurait pu être amusant et si tu ne craignais pas tant les conséquences, voilà longtemps que tu l'aurais déjà fait.

Tu arrives en haut de l'horloge, tu glisses ta tête au dessus d'un des rebord et tu observes le monde comme tu ne l'as jamais vu. Tu glisses un regard vers le bas et tu t'aperçois que la hauteur est sacrément importante. Qu'importe. Tu aimes le risque et tu te penches encore en avant, à moitié en dehors jusqu'à que tu aies l'impression que tu vas tomber. Tes mains te retiennent, accrochées à la pierre comme su ta vie en dépendait. Peut-on mourir, à Wonderland ? Tu n'as jamais posé la question mais cela te titille l'esprit depuis un bon moment. Tu hausses les épaules et de tes lèvres s'échappe un rire incontrôlable, presque dément. Tu sens bien, là haut, perchée au dessus du vide alors que l'adrénaline te parcourt par vagues. De ta poche, tu sors plusieurs allumettes et tu y mets feu avant de brandir ce flambeau improvisé droit devant toi. Tes yeux s'illuminent et tu ris, tu ris car tu crois que rien ne pourra t'arrêter.

Tu es tellement concentrée que tu n'entends même pas les bruits de pas derrière toi. Pauvre petite adolescente imprudente. Que se passerait-il si l'on te poussait ? Douce jeune fille téméraire. Ne regarde pas vers le bas, tu aurais le vertige. Et surtout, surtout. Ne te retourne pas. Car le loup est derrière toi.
Revenir en haut Aller en bas
Bleue Caterpillar
+~.Newcomer.~+
+~.Newcomer.~+
avatar

Masculin Age : 25

Carte du Joueur
◊ Power: Polter-Blu
◊ Orientation Sexuelle: Bisexuelle
Your Relationships:

MessageSujet: Re: ▬ Tik tok, on the clock, with a fire ball. ♪   Sam 7 Juil - 6:18

"Rien n'est éternel, pas même ma mémoire."

Telles furent les premières pensées de Caterpillar en cette journée. L'homme, ou plutôt la chenille bleue et sa chicha, étaient restées en retrait depuis bien des lunes attendant dans l'ombre et conseillant diverses personnes à l'occasion, quoique même ça c'était du passé à présent. Il avait vécu en ermite depuis bien longtemps, une relique du passé tout juste bonne à faire office de pièce de collection dans un musé plein de vieillerie inutiles. Et c'était ce qu'il était devenu, une inutile et pathétique petite chose tout juste qualifiable de larve informe. Même sa collection privée de canard était restée relativement statique ces dernières années. Il suivait encore son quota journalier certes, mais il n'en ressentait presque plus l’intérêt. Il mourrait à petit feu, ses souvenirs et sa personnalité elle même étaient en train de s'éroder. Même ses petits plaisirs épicuriens lui étaient interdis car il ne sortait plus de chez lui. Sa dernière dose d'herbe fut consommée il y a deux jours, ce fut la gout d'eau qui fit déborder le vase. La brigade de protection du maire était relativement inactive, tous étaient donc d'oisifs garde du corps sans missions ou occupations réelles et lui n'en pouvait plus d'attendre ses ordres. Un vaste hurlement retentit dans tout Dreamtown, audible en faisant sursauter tous les habitants et glaçant le sang d'une bonne partie de la populace qui put croiser dans les rues ce jour là une chenille bleue, chicha à la main, au regard colérique marmonnant divers jurons dans sa barbe. Sil eut été plus fort, le pavage aurait craqué sous ses pieds tant sa colère était palpable. Une veine sur le point d'exploser palpitant au rythme de son avancée à travers les boutiques locales, des dents dont l'emprise se relâcha à mesure qu'il se remplit la panse et les poumons de divers substances sous différente phase. Caterpillar était de retour et en grande pompe.

Il stimula ses sens lors du premier jour de son *réveil*, remettant en état tous ces appendices oxydés tout en mettant à jour son système d'exploitation et sa banque de données en lisant les nouvelles fraîches une tasse de café à la main sur une terrasse ensoleillée. Tout allait mieux à présent, il était sortit de sa période un peu plus sombre sans trop d'accroc bien qu'il doive avouer que le passé le rendait si nostalgique. Si seulement le temps n'était pas aussi linéaire à si petite échelle, si seulement il n'altérait pas les êtres à mesure qu'il ne défile. Ses souvenirs, sa mémoire était encore terriblement embrumée malgré tous les remontant qu'il s'était enfilé. Il ne pouvait se permettre d'oublier, en plus d'être son fond de commerce une bonne partie de ces souvenirs étaient la clef de voûte de sa santé mentale. Après avoir finit sa lecture rapide, et acheter de quoi l'alimenter pour l'aller/retour il prit ses cliques et ses claques pour se diriger vers un endroit qu'il affectionnait énormément autrefois. Clock Tower, cette vieille tour décrépie toute tordue et bancale. Du moins elle était ainsi aujourd'hui, il n'y a pas si longtemps sa majesté en aurait épaté plus d'un. Le temps est cruel, c'est un fait. Le manque d'entretient n'avait pas fait de bien à l'endroit. Cela faisait de la peine à voir, mais tout ceci faisait du bien à la vieille chenille. Se tenir là, au pied de ce vieil ami, lui arracha un étrange sourire. Nostalgie quand tu nous tient. L'âge d'or de Wonderland, tout cela était si loin à présent et ne signifiait plus rien pour les nouveaux arrivants. Décrépit, décadent, chaotique et au bord du gouffre, ce monde était à l'image de ce vielle horloger. Il ne demandait qu'une chose, que l'on s'occupe de lui, qu'on le sauve de son destin funeste. Et pour faire preuve de bonne volonté, il se débattait, remplissant sa fonction primaire avec une efficacité qui forçait le respect et l'admiration. Une bouffée de cigarette électronique aromatisée d'un mélange perso diminua le flux d'informations qui se précipitait dans le crane de Caterpillar tuant dans l'oeuf la migraine qui aurait put en résulter. Secouant rapidement sa tête de droite à gauche et faisant virevolter sa natte, surnommée Junior pour les intimes, il jeta un oeil à la vielle porte vermoulue au mécanisme rouillé se situant sur sa gauche. Ouverte...

Comme pour attirer son attention un gloussement parvint à ses oreilles provenant d'un emplacement inconnu mais se situant grosso mierdo au dessus de son pif. Là où il aurait put se manger une fiente de mouette rieuse, chose possible et plausible à l'écoute de la précédente esclaffade, ce fut sa vision qui fut sollicitée à la place de son touché et de son odorat. Une fille se tenait sur le rebord, au plutôt au-delà, tout juste retenue par une vielle brique branlante. Elle riait à gorge déployée, gigotant comme un oisillon tout juste sortit du nid tout en brandissant un duo de flammèches. A peine eut il le temps de se dire "What the frack?!" que d'un seul mouvement il entama l’ascension vers le sommet de cette vielle connaissance sa clope disco au bec. Il avait encore un quota de bonnes actions à respecter aujourd'hui, et elle ferait amplement l'affaire. Ses pas semblaient sonner creux, vides de toute existence propre quand il atteignit le clocher manquant de très peu de se manger la vieille cloche trônant fièrement là-haut, bien qu'inutilisée depuis des années. Il ne lui fallu pas longtemps pour remarque la jeune petite chose jouant au niveau du rebord de l'endroit. Elle semblait délirer, absorbée dans une transe étrange et complètement déconnectée de la réalité. Une Caterpillar en herbe quoi, sauf qu'elle le faisait au dépend de sa propre survie et pour ça elle méritait un bon gros 0 sur son carnet de notes. Des fissures parcouraient sa prise, grandissant de secondes en secondes et émettant un crissement caractéristique: celui d'un pierre qui se déchausse.

"Espèce de fenouil décérébré!" lâcha-t-il en tendant la main pour atteindre la sienne alors que la pierre ne s'arracha du piller où elle résidait autrefois

Elle allait tomber, il devait faire quelque chose. Sa main ne fut pas assez rapide et elle avait presque atteint le point de non retour. D'une seule impulsion il imita le précédent geste de la jeune fille, passant presque par-dessus bord à son tour mais retenant leurs deux carcasses respectives à l'aide d'une prise qu'il espérait sûre. Ce ne fut pas le cas. A son tour il perdit l'équilibre et fut entraîné en direction du vide. Il ne lui restait plus qu'une dernière chance de survie qui se manifesta sous la forme d'une planche arrachée au plafond du clocher qui pendait timidement auprès de l'extrémité de sa natte. Fermant les yeux, serrant les dents, il se concentra et leur chute fut stoppée net. Bloqué dans une position semblable à celle d'un ex roi de la pop dans l'un de ses clips les plus célèbre, il usa de toute ses forces pour se redresser et ramener cette jeune chose sur un sol plus stable et réel. Essoufflé, il sortit un éventail aux motifs marins dune poche située à l'intérieur de son ensemble s'asseyant à même le sol pour s'éventer le visage. Lâchant un petit rire nerveux et garnissant ses lèvres d'un sourire trop beau pour être vrai et sincère, il détendit l'atmosphère à l'aide d'une petite remarque maison.

"J'espère que tu as bien regardé car je suis pas près de recommencer."

Puis il redressa son vieux monocle du bout de ses doigts gantés, fixant cette étrange petite chose droit dans les yeux. L'inconscience de la jeunesse, jusqu'où les mènera-t-elle? En tout cas ce fut presque jusqu'à la tombe pour celle-ci, heureusement que la chenille avait encore quelques quotas à remplir avant le coucher du soleil. Une nouvelle bouffée de cette douce vapeur aromatisée, un coupe faim sous la forme d'une petite pilule bleue et le grand machin se remit debout, continuant à fixer les pupilles marrons de la demoiselle en silence depuis ses hautes guibolles. Un léger bug survint alors qu'il n'analysait son apparence assez chétive et enfantine, bug qui fut réglé d'une mandale bien placée et d'une tête se secouant dans tous les sens en faisant un bruit hilarant. Prit d'une étrange fatigue et sur le point de perdre pieds sous le coup du sommeil Caterpillar contra d'un high Kick dans sa propre face. Me demandez pas comment il a fait pour faire ça, j'essaye toujours d'imprimer l'info actuellement. La recherche était terminée, il s'agissait là d'une parfaite inconnue. Dès qu'il se met à trop chercher dans son ciboulot ce genre de chose arrive fréquemment, en plus avec toute l'endorphine qu'il produit alors c'est à peine s'il avait remarqué que son cuire chevelu était à vif après la cascade de tout à l'heure. Mais tout cela importait peu, car il devait se comporter en gentleman et se présenter auprès de la demoiselle qu'il venait de sauver. Un air sérieux, une main sur le coeur et se penchant brièvement en avant il fit le premier pas dans cette rencontre.

"Je me nomme Caterpillar, enchanté. Essayez de faire plus attention à l'avenir"
Revenir en haut Aller en bas
Little Match Girl
+~.Newcomer.~+
+~.Newcomer.~+
avatar

Féminin Age : 25

Carte du Joueur
◊ Power: Contrôle du feu ♥
◊ Orientation Sexuelle: Bisexuelle
Your Relationships:

MessageSujet: Re: ▬ Tik tok, on the clock, with a fire ball. ♪   Dim 8 Juil - 22:38

Tic. Toc. On the clock. Derrière toi, les aiguilles continuent leur course, inlassablement, et chaque cliquetis qui ponctue leur mouvement cadencé est comme un rythme hypnotique qui s'envole et se mêle aux bruits environnants, dans une mélodie qui te berce et te porte jusqu'à un état d'extase transcendant et merveilleux. Tout ton être, ton âme même, est tendu vers les flammes qui consument ces allumettes et qui s'approchent dangereusement de tes doigts, ultime rempart, ultime combustible. Et toi, toi tu es là, piégée dans ce tourbillon infernal sans pouvoir en ressortir. Sans vouloir en ressortir. Tes yeux fixés sur le cœur de ces étincelles ardentes, tu t'abandonnes doucement. Tu lâches prise, tu plonges tête la première, âme en avant. Même la berceuse des aiguilles a disparu de ton esprit. Tu es tellement absorbée dans ton propre monde qu'il n'y a plus que toi qui existe ainsi que ces flammèches faiblissantes et qui finissent par s'éteindre dans un léger nuage de fumée. Tu lâches les minuscules bouts de bois consumés et noircis et tu regardes leur lente descente jusqu'à ce qu'ils finissent par s'écraser sur la terre, quelques mètres plus bas.

Sous ta main, la pierre qui te retient est instable mais tu ne bouges pas pour autant. Ton rire s'est éteint en même temps que le feu et tu restes silencieuse, tu fermes les yeux. Des flammes dansent dans ton imagination fertile et un sourire radieux étire tes lèvres, alors que tu observes ces jouvencelles flamboyantes derrière tes paupières fermées. Puis dans un dernier sursaut, tu sens ta prise sur cette horloge lâcher. Et ton corps bascule en avant sans que tu n'aies esquissé le moindre mouvement pour te jeter en arrière, pour survivre un dernier instant encore. L'adrénaline de la chute te parcourt par vagues, s’infiltre dans tes veines mais tu n'as même pas la force de crier. Tu ouvres les yeux une dernière fois, comme pour voir sur quoi tu vas t'écraser. De ton point de vue, le sol fonce droit vers toi mais tu te doutes que l'inverse est plus plausible : c'est toi qui fonce droit vers le sol.

Tu t'attendais à ce que ta vie défile devant tes yeux, comme on le dit souvent mais tu ne vois rien. Soit parce que tu es déjà morte, soit parce que tu as l'impression que l'on vient de t'arracher le bras, alors que ta chute se stoppe brutalement l'espace d'une seconde. Avant de recommencer. Tu sens une main autour de ton poignet mais tu n'oses pas lever les yeux, de peur d'y voir quelque chose de déplaisant. Et enfin, dernier arrêt, le sol. Surprise d'être encore en vie et surtout, les deux pieds sur Terre, tu ne comprends pas immédiatement ce qu'il t'est arrivé. Ton épaule te fait souffrir mais c'est là le moindre souci de tes problèmes. Tu baisses les yeux et fouille dans tes poches pour voir les dégâts, inquiète et les sourcils froncés : rien de trop grave, la plupart de tes boîtes d'allumettes sont encore là. Tu pousses un léger soupir de soulagement et le sourire te revient.

"J'espère que tu as bien regardé car je suis pas près de recommencer."

Cette phrase accompagné d'un rire nerveux te fait relever la tête et tu observes avec attention ton sauveur, assis à même le sol et s'éventant avec une certains arrogance propre aux gens de bonne éducation. Vêtu entièrement de bleu, il détonne un peu dans ce paysage gris et monotone. Il te fixe dans les yeux et tu lui rends son regard avec insolence et impudence, comme tu sais si bien le faire. Vos iris ne se lâchent pas alors même qu'il se remet debout et tu te dis que tu as affaire là à un spécimen bien étrange. Comment peut-on aimer le bleu au point d'en mettre de partout ?

"Je me nomme Caterpillar, enchanté. Essayez de faire plus attention à l'avenir"

Caterpillar ? Pas étonnant que cet homme soit étrange, vu le nom qu'il porte. Cela dit, tu es assez mal placée pour parler, de côté là, mais qu'importe. Il s'incline devant toi, main sur le cœur, et tu hausses un sourcil, dubitative. Bon sang, mais de quelle époque vient-il ? Cela fait des siècles que les révérences galantes ne sont plus à la mode, mais tu t'abstiens de commentaire. Après tout, il vient de te sauver la vie. Tu hoches la tête doucement, histoire de te remettre de tes émotions.

« Ravie de faire votre connaissance, Caterpillar. Je m'appelle Shama. »

Tu te souviens encore des règles de politesse, c'est déjà ça. Tu esquisses un pas vers lui avant de te raviser. Ce n'est pas dans ton comportement habituel d'hésiter mais il n'arrive pas non plus tous les jours que tu sois sauvée d'une mort certaine et tu ne sais pas vraiment comment faire face à cette nouvelle situation. Enfin ... Après tout, pourquoi ne pas agir normalement ? D'un mouvement fluide et dansant, tu t'approches de lui et pose une main délicate sur son épaule pour le faire relever.

« Merci de m'avoir sauvé. Vous n'êtes pas blessé, j'espère ? » Puis tu ajoutes. « Comment pourrais-je vous remercier ? » Contracter des dettes envers quelqu'un, très peu pour toi. Il est pénible d'être redevable et tu le sais. Avec un sourire mi-amusé mi-embêté, tu demandes. « Voulez-vous une boîte d'allumettes ? » Et c'est un énorme sacrifice pour toi que de devoir se séparer de ces petits cartons si précieux à tes yeux, même si tu sais que Caterpillar ne peut se rendre compte de cela. Tu retires ensuite ta main de son épaule prestement. « Oh, désolée. Je ne voulais pas paraître familière. »

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Bleue Caterpillar
+~.Newcomer.~+
+~.Newcomer.~+
avatar

Masculin Age : 25

Carte du Joueur
◊ Power: Polter-Blu
◊ Orientation Sexuelle: Bisexuelle
Your Relationships:

MessageSujet: Re: ▬ Tik tok, on the clock, with a fire ball. ♪   Mer 11 Juil - 9:31

Les longs et lents tic tac de la tour retentissaient dans l'esprit de Caterpillar. Son coeur et son âme s'étaient synchronisés sur ce rythme étrange et hypnotisant. Ses gestes étaient eux aussi calés sur le mécanisme de l'horloge, se faisant terriblement mécaniques et périodique comme si la chenille était devenu une figure de plomb animée par un remontoir se situant dans son dos. Chose que vérifia furtivement notre homme d'un petit regard furtif. Rien à part ses belles omoplates bien définies et une cloche rouillée pas loin derrière. Focalisation à nouveau toute son attention sur la demoiselle lui faisant face, croisant ses bras et penchant la tête tout en souriant à cette petite chose fragile, il retira de sous ses fringues une sorte de petit carnet Azuré rempli d'étranges symboles et de chiffres dont le contenu n'avait aucun sens pour une personne autre que son propriétaire. Tel un caméléon il avait à présent un oeil sur elle et l'autre sur la petite masse de papier éphémère qu'il tenait entre ses long doigts filiformes, du moins c'était l'impression qu'il donnait métaphoriquement. En réalité ses mirettes faisaient de très fréquents et rapides allez/retour entre information et jolie demoiselle, son logiciel de partage des taches fonctionnant étonnamment bien à cet instant précis. Du bout de son pouce il faisait défiler les pages une à une, scannant en quelques instant leur contenu avant de passer à la suite. Il marmonnait dans sa barbe un charabia à peine compréhensible. La pauvre Shama, car tel semblait être son nom, ne devait en assimiler qu'une infime partie et encore ça devait pas l'aider à piger ce qu'il faisait. Il venait d'atteindre la page qui l'intéressait, les quotas d'aujourd'hui et des jours à venir. Celui d'aujourd'hui était rempli même si les chiffres n'avaient pas encore été mis à jour. Dire qu'il avait sauvé cette petite chose respirant l'arrogance et une trop grande assurance. Ses yeux luisaient presque, laissant entrevoir son caractère de feu, son coeur en fusion. De longs cheveux parcourant ses épaules comme des flammèches dévorant corps et psyché sans distinction. Les flammes de la folie, c'était ce que voyait Caterpillar.

Elle avait hoché la tête à la suite de la révérence formelle et respectueuse de la chenille bleue mais le coeur n'y était vraiment pas. Enfin elle faisait des efforts et il était nécessaire de le souligner. En effet jusqu'à présent elle s'était comportée comme une vraie lady alors autant lui faire honneur. Il y avait une telle grâce dans ses mouvements, une telle fluidité comme si elle était composé de ce même plasma qu'il avait vu entre ses mains peu auparavant. Étrange jeune fille que voici, mais après tout qui n'est pas étrange ici à Wonderland? L'homme maintenait son sourire alors qu'un crayon bleu ne volait depuis l'une de ses poches à sa main suspendue dans les airs à la suite d'un vif mouvement de bras. Il commença à crayonner sur son calepin, écoutant attentivement ce qu'avait à dire la jeunette alors qu'un vaste éclat de colère ne le fit fracasser son crayon contre la surface cuivrée de la cloche qui laissa s'échapper un sourd grondement. Il en sortit un second de sa poche et continua son oeuvre. Elle enchaînait les questions une à une, passant du coq à l'âne en un instant. D'ailleurs malgré tous les mouvements de ce dernier elle avait gardé sa main sur l'épaule de la chenille, main qui lavait sortit de sa révérence un peu plus tôt. Un problème pour focaliser son attention ou un léger trouble de la perception. Elle venait enfin de tilter et retira brusquement sa main, terriblement gênée. Cette gêne qui semblait l'habiter depuis qu'il l'avait remontée, trop de fierté dans cette petite tête? Allez savoir, c'était pas la première occupation du Caterpillar qui testait le crayon du bout de la langue avant de commencer à écrire à nouveau, du même mouvement mécanique en phase avec la machinerie se trouvant sous leur pied qui animait le reste de son être depuis un moment déjà.

Il continua à écrire pendant de longues minutes, focalisant son attention sur les informations qu'il inscrivait là dedans maintenant que la demoiselle n'avait finit de parler. Puis, soudainement et d'un coup de main experte, il referma le calepin avant de le remettre à sa place, à l'abri des regards. Il considéra des yeux le crayon entre ses doigts durant quelques secondes avant de n'hausser des épaules et de lancer au loin l'outil. Conservant son attitude lente et posée, il soupira puis prit une grande inspiration avant de sortir son mélange perso balancé sous forme de vapeur par un engin électronique. Cyber clope en bouche, il fit craquer ses articulations avant de se pencher en avant pour se retrouver au même niveau que la demoiselle. C'est qu'il était haut sur pattes l'engin. Il se gratta la tête et amena à ses yeux ce qui ressemblait à une goutte de sang, ou du Ketchup de très mauvaise facture. Il essuya ses mains d'un mouchoir sortit de sa poche, bleu bien entendu, et se décida ENFIN à répondre. Que c'était éreintant de s'adonner à son petit manège quand même.

"Que des petits bobos à signaler, rien de sérieux. Je n'attends aucun remerciement, juste que l'on apprécie mon investissement positif dans les affaires d'autrui et que l'on m'envoie balader dans le cas des actions négatives. Et pour ce qui est du feu...." dit-il en expulsant un peu de la vapeur qu'il respirait au nez de la demoiselle "...Disons qu'il n'est pas nécessaire avec mon attirail. Cependant si vous aimez la fumette, pour démarrer un petit *Calumet de la paix* fait maison..."

Il se releva soudainement, tapant du talon sur le sol alors qu'il ne prenait une bouffée plus longue et intense de sa vapeur aromatisée. Il se rendit compte qu'elle n'était pas assez chargée, donc il se mit à sortir une sorte de trousse remplie de bocaux multicolores qu'il se mit à verser frénétiquement dans le conteneur central de la clope de fer. Elle devait se demander de qu'elle planète il venait ce coco là, la pauvre. Il fallait qu'elle soit sauvée par un OMGWTFBBQ ambulant assez gentleman et pourtant pas si aimable que ça. Un puits de science certes, mais un gros con à ses heures perdues. Le nouveau mélange lui rendait l'esprit tout léger et l'emplissait d'une très légère euphorie qui le fit lâcher un petit rire des plus étrange lors de la première prise. Il sentait ses membres se détendre, un nouveau rythme envahi son cerveau alors qu'il ne semblait flotter au gré de ce dernier. Il battait d'une main la mesure dans le vide, dansait un peu sur place puis....une idée lumineuse sembla s'allumer dans son cerveau. Du bout de son doigt il toucha la cloche qui de bleu se colora en un instant. Puis...elle se mit à bouger d'elle même, battant distinctement la même mesure que Caterpillar et il fallait dire que le tout avait du chien. Un charme étrange d'un autre temps amené sur le devant de la scène par un vieux je sais tout mélancolique mais un brin narcissique et une dame distinguée mais fatiguée et aux articulations grinçantes. Il toucha ses chaussures à leur tour, les colorant elles aussi avant de faire de même pour la demoiselle qu'il avait aidée, complètement hermétique à ses éventuelles contestations. Puis il se mit à danser, pour de bon cette fois. Ses mouvements étaient terriblement classiques, mais leur exécution était parfaite. Il enchaînait les pas de dance avec une aisance à peine croyable, s'approchant dangereusement du bord. Il prenait plus de risques que nécessaire, mais il était serein. Il était accompagné dune partenaire invisible. Puis, il fit un pas dans le vide, puis un autre, et encore un autre. Il dansait à présent au-dessus du vide, son esprit était ouvert et attentif à son entourage immédiat ce qui avait renforcé son pouvoir au point de lui permettre ce petit tour. Sa natte virevoltait de droite à gauche, décrivant des trajectoires étrangement reptilienne alors qu'elle ne fouettait un petit nuage de vapeur s'échappant de la bouche de Caterpillar. Il revint auprès du bords, se tenant du bout de ses pieds sur la terre ferme et tendant une main amicale à la demoiselle tout en lui offrant le plus beau de ses sourires. Il avait bien fait de sortir aujourd'hui, cette visite avait ainsi que cette rencontre avaient stimulé son vieux coeur.

"Oublions donc tout cela et profitons de ces quelques notes pour esquisser quelques pas de danse. M'accorderiez vous le privilège de cette dernière?"
Revenir en haut Aller en bas
Little Match Girl
+~.Newcomer.~+
+~.Newcomer.~+
avatar

Féminin Age : 25

Carte du Joueur
◊ Power: Contrôle du feu ♥
◊ Orientation Sexuelle: Bisexuelle
Your Relationships:

MessageSujet: Re: ▬ Tik tok, on the clock, with a fire ball. ♪   Ven 13 Juil - 22:37

Quel homme étrange, quelle impression bizarre. Tu n'es pas très à l'aise avec cet énergumène vêtu de bleu qui te fixe intensément comme s'il était capable de sonder ton âme d'un simple coup d’œil. Il a sortit un petit carnet coloré et depuis, il se tait et fait défiler les pages, cherchant quelque chose que lui seul connait. Tu sens son regard qui fait des vas-et-viens entre son calepin et toi mais tu te moques bien de ce qu'il peut faire. Il t'a sauvé la vie, n'est-ce pas suffisant ? Mitigée, tu ne sais pas réellement si tu aimerais qu'il s'en aille ou reste ici. D'un côté, tu le trouves tellement singulier que tu n'as pas vraiment envie d'être en sa compagnie mais de l'autre, toi qui déteste la solitude, tu ne peux repousser cette présence humaine qui te rassure faiblement (même si ta fierté t'empêcher de te l'avouer consciemment). De sa bouche s'échappe un grommellement continu qui semble n'avoir aucun sens et même en tendant l'oreille, tu ne peux rien discerner. Sur quoi es-tu donc tombée ? Tu te doutes bien que Wonderland est rempli de gens pas bien nets mais pour l'une de tes premières rencontres, tu as fait fort. Un peu comme quand on tire le gros lot au loto, quoi.

Vous échangez ainsi quelques paroles de politesse et tu continues de l'observer, essayant vainement de déchiffrer cet esprit tortueux. Caterpillar ne semble pourtant pas très âgé mais les gens d'ici ne paraissent souvent pas ce qu'ils sont réellement. Peut-être est-il simplement sénile (quoi que tu en doutes fortement quand même) ? Il sourit et tu penches un peu la tête sur le côté, dans cette pose habituelle qu'ont les gens curieux et intrigués par quelque chose. Alors, sous tes yeux ébahis, s'envole un crayon bleu et atterrit dans sa main tendue. Un télékinésiste ? Parfaitement probable. Tu t'es rapprochée de lui d'un pas dansant et léger mais tu ne sais pas bien comment réagir maintenant. Ta main sur son épaule ne semble pas le gêner le moins du monde car il s'agite dans tous les sens, allant même jusqu'à briser son stylo sur la cloche derrière lui, te faisant sursauter. Tu as l'air plus sensible aux bruits alentours mais tu sens que cette impression va bientôt disparaître, simple résidu de l'adrénaline qui t'a parcourut tout à l'heure. Bientôt, une immense fatigue te submerge et tu donnerais tout pour pouvoir t'allonger dans un lit confortable, afin de dormir des heures et des heures. Oui, ce serait le paradis. Mais ce n'est ni le moment ni l'endroit.

Tu as enchaîné les questions, impétueuse jeune fille, mais il ne semble pas pressé de te répondre, continuant impassiblement à écrire frénétiquement sur son calepin. Puis subitement, tu te rends compte de ce que tu fais et tu retires ta main, allant même jusqu'à reculer de quelques pas pour rétablir une distance de « sécurité ». Ton talon bute contre la rambarde de pierre par dessus laquelle tu es passée tout à l'heure alors tu t'arrêtes. Il n'est pas question de retomber une seconde fois ! Tu jettes un coup d’œil derrière toi et tu te dis que tu as vraiment eu de la chance : c'est haut.

Clap. Le bruit d'un carnet qu'on referme te fait tourner la tête et tu focalises de nouveau ton attention sur celui qui t'a sauvé. Son expression est étrange, comme s'il était étonné d'avoir un crayon entre ses mains alors qu'il vient de passer au moins cinq bonnes minutes à écrire. Tu as l'impression que c'est un homme lunatique qui passe son temps la tête dans les nuages, à jouer avec les étoiles. Il change d'humeur comme il respire et son comportement en pâtit beaucoup. Tu ne sais même pas comment réagir face à quelqu'un comme lui. C'est alors qu'il s'approche de toi et tu te rends compte qu'il est vraiment grand (il faut surtout avouer que tu es toi-même plutôt petite). Tu lèves la tête vers lui pendant qu'il se penche et te souffle (volontairement ou non) un nuage de fumée aromatisée à tu ne sais quelle saveur. Sur son doigt, une goutte de sang : il est blessé.

"Que des petits bobos à signaler, rien de sérieux. (...) Cependant si vous aimez la fumette, pour démarrer un petit *Calumet de la paix* fait maison..."

Il a refusé tes allumettes et même si le soulagement te rempli le cœur, tu es vexée. Tu n'es pas très susceptible mais il ne rend vraiment pas compte de ce que tu viens de lui offrir. Tes boîtes sont ton trésor, tes biens les plus précieux. Quand tu les proposes, c'est que tu es vraiment reconnaissante. Mais il a refusé. Tu hausses les épaules : après tout, il fait bien comme il veut. C'est tant mieux pour toi et tant pis pour lui.

« Oh, d'accord. » Tu ne sembles pas très certaine de ce que tu dois dire mais que répondre à cela ? Tu continues. « Je ne fume pas, désolée. »

C'est dommage pourtant, c'est vrai. Toi qui manie le feu comme personne, tu pourrais enflammer tes cigarettes comme tu le veux et respirer à pleins poumons cette fumée âcre du goût de beaucoup de personnes. Mais justement. Tu ne veux pas te ruiner la santé (et tu as beau être déjà morte, c'est important pour toi). Tu le vois alors qui remplit de nouveau sa cigarette métallique (drôle de chose, en passant) et prendre une longue bouffée. Tu as affaire à un accro de tabac et autres substances plus ou moins nocives : sympathique, tu sens que tu vas adorer (sentez toute l'ironie de la phrase). Et pendant que tu l'observes attentivement, tu as l'impression qu'il est en train de planer. Très loin et surtout, très haut. Ses yeux ont l'air d'être embrumés, reflets de son âme et de son esprit sûrement pas clair du tout. Bon sang, mais qu'a-t-il respiré pour que cela le mette dans un état pareil ? Il riait même, pauvre fou. Toi qui croyait être pas mal question démence, Caterpillar te bat haut la main, et de loin. Quelle folie !

Et subitement, derrière lui, la cloche qui se colore de bleu. Tes yeux s'écarquillent de surprise et même ta bouche laisse échapper un petit hoquet de consternation. Vient-il sérieusement de colorer le carillon de l'horloge ?! En bleu ?! Bon sang, mais que fait-il ? Puis la cloche se balance et ding, dong, elle bat la mesure. Elle bouge toute seule, guidée par un fil invisible et qui semble provenir de ce gentleman d'une autre époque. Tu n'en reviens pas. Tac, tac. Vos chaussures se colorent de bleu et c'est maintenant un cri horrifié qui s'échappe de ta gorge. Non, tu ne veux pas !


« Mais que diable avez-vous fait ? »

Pas de bleu, tu déteste le bleu ! Tu exècres cette couleur qui te rappelle celle de l'eau, élément que tu ne supportes de voir du plus profond de ton âme. Toi qui es de feu, tu ne peux souffrir d'être mouillée ou de voir de l'eau de trop près. Cruel acte que d'avoir coloré tes chausses de cette teinte maudite. Et puis il danse et ses mouvements t'ensorcèlent. Exécution parfaite, déplacements contrôlés. C'est comme s'il contrôlait au muscle près chaque partie de son corps. Impressionnant, vraiment. Il revient alors vers toi et te tend la main, t'offrant par la même occasion un sourire. Lui qui semblait si peu aimable, on dirait qu'il tient à se rattraper.

"Oublions donc tout cela et profitons de ces quelques notes pour esquisser quelques pas de danse. M'accorderiez vous le privilège de cette dernière ?"
Tu rougis violemment et tu hésites. « C'est que ... » Tu as honte de l'avouer. « Je ne sais pas danser. » Tes joues sont enflammées et tu détournes le regard, fixant le sol comme une enfant. « Désolée. J'aurai trop peur de me ridiculiser face à vous. »

Ton bras reste ballant le long de ton corps. Tu ne peux concevoir poser ta petite main dans celle de Caterpillar pour quelque chose que ton corps ne connait pas. Tu n'as jamais dansé de ta vie, à part peut-être dans la paume de Dieu qui s'est beaucoup amusé avec toi et ta famille. Petite, tu n'étais pas assez heureuse pour esquisser ses petits pas que l'on sait par instinct. Tu n'es jamais montée sur les pieds de ton père pour qu'il te fasse tournoyer en riant : il n'était jamais là. Les sourires sont douloureux à ta mémoire et tu les chasses vivement. Ce n'est pas le moment de t'apitoyer sur ton enfance. Tu relèves la tête et dans tes yeux brillent une nouvelle lueur. La rougeur de tes joues a un peu disparu et c'est tant mieux.


« Mais dansez donc, vous le faîtes tellement bien. Vous n'avez pas besoin de moi. »
Revenir en haut Aller en bas
Bleue Caterpillar
+~.Newcomer.~+
+~.Newcomer.~+
avatar

Masculin Age : 25

Carte du Joueur
◊ Power: Polter-Blu
◊ Orientation Sexuelle: Bisexuelle
Your Relationships:

MessageSujet: Re: ▬ Tik tok, on the clock, with a fire ball. ♪   Jeu 19 Juil - 8:17

Il était de bonne humeur, certes c'était temporaire et relatif mais il était assez content le Caterpillar. En partie à cause du fait qu'il avait rempli son quota et qu'il avait à présent les mains libres, mais aussi à cause de son mélange un brin corsé qui provoquait des effets euphorisants sur lui, et enfin il y avait elle. Cette petite chose un brin irrespectueuse et inconsciente mais possédant du feu dans ses veines. Ce type de personne était tellement plus intéressantes à cotoyer, ou chiante ça dépend des cas. Une discussion avec un inconnu c'est un peu une roulette potentiellement Russe, on sait jamais sur quoi on va tomber et autant dire que Caterpillar aurait pu tomber sur bien pire en particulier avec le très haut taux de TPK, taré par kilomètre carré. Que ça fait du bien de croiser quelqu'un qui ne vous saute pas à la gorge par les temps qui courent, avec un jolis minois qui plus es. Normal donc de proposer une petite danse à la demoiselle non? Bon il est vrai qu'elle n'avait pas l'air d'avoir apprécier la coloration forcée de ses chaussures en bleu, mais c'était nécessaire pour que Caterpillar puisse user de sa puissance. Avoir un contrôle quasi absolu sur les mouvements des objets bleu c'est sympa, mais il faut que l'objet soit bleu justement et là ça devient tout de suite beaucoup plus problématique. Bon pour en revenir à la situation actuelle, nous avions donc d'un côté Caterpillar moitié au dessus du vide, moitié pas, qui proposait une danse à la jeune demoiselle lui faisant face sur la terre ferme. Demoiselle qui avait observé chaque mouvement de la chenille sans en perdre une miette sans aucun doute à cause d'une curiosité semblable à celle d'un chaton découvrant le monde. Ah et elle faisait gaffe au rebord à présent, même si elle devait se demander comment faisait notre ami pour flotter dans le vide, chose qu'il ne faisait pas réellement techniquement parlant. Voyez vous, s'il se prenait un gadin dans cette position, c'était la chute quasi assurée. Tout ce qu'il faisait c'était recréer un semblant de sol avec ses pouvoirs télékinétiques sur la couleur favorite du gus, en aucun cas il ne pourrait stopper une chute même si ses fringues étaient de ladite couleur. Mais bon, le risque c'est le jeu et il aimait beaucoup jouer durant son temps libre.

La réponse vint enfin, elle venait de refuser. Quoi de plus normal quand vous ne savez pas danser. Elle voulait sans aucun doute éviter de se retrouver en mauvaise posture, tourner en ridicule devant un inconnu qui la surclassait clairement dans ce domaine. Humilité? Simple peur de l'échec ou fierté mal placée? Choisissez votre poison, c'est la maison qui offre. Toujours fut il que Caterpillar prit plutôt bien ce refus, se frottant l'arrière du crane pour signaler tout de même qu'il déplorait cet état de fait. Et oui c'était dommage de ne pas pouvoir partager une danse, cet art qui permettait d'en apprendre tant sur une personne en si peu de temps, bien plus qu'une discussion classique. Mais bon c'est la vie et Caterpillar n'allait pas déprimer pour si peu. Répondant d'un simple sourire, un second bien plus franc et marqué vint s'apposer sur ses lèvres lorsqu'elle lui demanda de continuer félicitant sa performance. S'il était un peu plus sensible et prompt à montrer ses émotions, elle en aurait rougis la petite canaille. Mais il n'en fit rien, claquant des doigts dans les airs avant de se retrouver bien au-dessus du vide d'une simple impulsion contrôlée. Il resta quelques instants, les bras ballants, hochant la tête lentement de droite à gauche. Puis, il prit une pincée de confettis bleus trônant au fond de l'une de ses innombrables poches intérieures, les lançant dans les airs durant un rapide tour sur lui même. Les petits bouts d’aluminium colorés se mirent à leur tour à léviter, décrivant d'improbables trajectoires et évitant à tout moment de rentrer en contact avec leur marionnettiste se situant au centre de la farandole. Bon, en vérité il y eu de très léger attouchement, mais ils furent aussi bref qu'élégant tout point de contact se mettant à décrire brièvement de petite ondes aqueuses autour de lui. Plus que de la danse, on aurait dit qu'il nageait au milieu d'un millier d'étoiles scintillantes, souriant devant la majesté de l'infini. Ses mouvements restaient cependant simples et cycliques. Lents sur la duré, il devenait progressivement changeant puis soudainement vifs, tranchants, juste quelques instants avant de redevenir placides et distingués. Un peu comme lui en résumé, la danse étant un acte intime il est tout à fait normal qu'un peu de sa personalité ne transparaisse dans ses geste. Il se mit à rire, à exalter son état d'esprit actuel. Il était heureux de relâcher un peu la pression, de montrer la grâce de ses mouvements à une tierce personne qu'il n'avait pas envie de piétiner au premier regard.

La danse continua, les flocons commençait à bouger de façon moins anarchique, se rassemblant au niveau de la paume de sa main droite restant stationnaire dans les airs. Les confettis s’agglutinèrent et formèrent une petite boule qu'il tint entre ses mains quelques instants avant de fermer les yeux et de l'écraser violemment dispersant au loin tous les éléments la composant. Il se mit ensuite à taper dans ses mains, avant de revenir enfin sur la terre ferme ressortant au passage son éventail. Il était assez fier de sa performance, et son côté vantard prit le dessus alors qu'il annonça amusé la phrase suivante.

"Je ne fais pas d'autographe au fait."

Imbu de sa personne? Nooooooooooooooon. Il était un brin épuisé par tout cela cependant, et s'assis en tailleur à même le sol continuant à éventer son visage tout en réhaussant son monocle doré. Ça faisait du bien quand même de se dépenser un peu, ses vieux membres rouillé en avaient bien besoin. Une chose cependant n'était en aucun cas rouillée chez lui: Sa langue. Cet outil qu'il maîtrisait si bien et dont il usait régulièrement pour martyriser les esprits faible. Il ne l'utilisa pas à de fin belliqueuse dans la conversation suivante cependant, il n'était pas d'humeur à faire de vacherie pour le moment. Son attention dirigé vers Shama, il s'éclaircit le gosier avant de parler à nouveau d'une voix claire, presque resplendissante, et parfaitement audible.

"Alors, une question me titille l'esprit et le sens commun, ce qui est assez rare pour être digne d'être mentionné au passage, depuis que je suis arrivé ici. Que faites vous ici? Je veux dire, personnellement je sais pourquoi je suis venu ici et c'est assez ennuyeux, un peu déprimant et très vieillot mais vous? qu'est-ce qu'une jeune et fragile, mais non moins délicieusement, petite chose telle que vous peut bien faire dans un endroit pareil?"
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: ▬ Tik tok, on the clock, with a fire ball. ♪   

Revenir en haut Aller en bas
 

▬ Tik tok, on the clock, with a fire ball. ♪

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
+°°Alice's game°°+ ::  :: The Clock Tower-