FAQFAQ  CalendrierCalendrier  AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Are you fuckin' following me ? [ PV Chase ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Akira U. Matuszak
+~.Dream.~+
+~.Dream.~+
avatar

Masculin Age : 22

Carte du Joueur
◊ Power: Contrôler son ombre
◊ Orientation Sexuelle: Hétérosexuelle
Your Relationships:

MessageSujet: Are you fuckin' following me ? [ PV Chase ]   Mar 26 Juin - 11:36

    Halloween Town, une ville conçue juste pour les tarés. Rien que de nom ça n'inspire pas confiance. Et une fois entré dedans, c'est finis. Vous avez intérêt à avoir l'air sûr de vous si vous ne voulez pas vous faire violer ou agresser à chaque coin de rue. A moins que vous soyez LA personne influente, il est bien utile de savoir courir vite. C'était l'avis globale qu'avait Akira sur cette ville. Pourtant elle le fascinait. Cette atmosphère dangereuse et menaçante qui plane au dessus de sa tête, ces ruelles sombres vides et inhabitées, les ivrognes, les dealeurs, et le meilleur pour la fin : les entremetteuses, inconsciemment il aime ça - pas les putes, mais le danger - . Certes, il garde sans cesse sa main sur son arme – on est jamais trop certain de ce qui peut se passer – mais au fond de lui, c'est agréable. C'est ces petits moments là qui rajoute du piquant à sa vie, loin des instants minables où il se saoule seul dans sa chambre d'hôtel.

    Il avait toujours une bonne raison de venir ici. Premièrement, ce n'est jamais pour boire. Akira accepte les boissons médiocres, mais son palais à certaines limites. Cela doit faire plus d'un bon mois, voir deux ou trois, qu'il gambade à travers Wonderland, il ne s'y habitue toujours pas. Deuxièmement, jamais pour voir quelqu'un. Il ne connaissait pas grand monde. Ou c'est plutôt que les seules personnes à Wonderland qui seraient aptes à venir qu'il connait, il ne les apprécie pas forcément. C'est donc alors que vient sans transition Troisièmement, juste pour le boulot. C'est la seule raison qui le pousse ici en général. Enfin dans ce cas il y en a plusieurs autres, comme le fait que cette ville est proche de Christmas Town, et que justement depuis quelques soirées il chercher à fuir cette ville un petit moment. Vous comprenez … Trop de niaiseries et de sucreries pour un seul homme. Mais sinon habituellement s'il y vient, c'est pour voir ses clients. Cette phrase sortie de son contexte sonne de manière un peu étrange et grivoise. Akira n'a rien d'un homme de joie, il est juste une sorte de mercenaire, un homme à tout faire. D'habitude il va chercher un objet ou une personne à l'autre bout de Wonderland pour la ou le lui ramener. Après … ça change selon le client...

    Mais la n'est pas le sujet, enfin plus ou moins, mais surtout moins. S'il était venu ici c'était certes pour retrouver son clients, s'il arrivait à le trouver. Ça faisait une bonne heure qu'il jouait à cache-cache avec lui sans arriver à le trouver. Il traversait les ruelles sombres à sa recherche, se mêlait dans la foule rien que pour lui. Comble de stéréotype : la nuit était en train de tomber. Akira commençait à presque plus rien voir. Il finit par abandonner. En plus de la fatigue, c'est une enseigne qui le découragea :
    «Scary Brains»

    Il soupira et s'arrêta juste devant, contemplant la porte du bistrot. Ses petits yeux du bleu clair qui fascine étaient cernés de taches marrons, mais ça ne l’empêchait pas de voir. Il était en plein milieu du passage et gênait des gens, mais il ne bougeait pas. Il restait merveilleusement immobile devant l'enseigne. Et puis après avoir longuement hésité et être resté une bonne minute comme un abrutis devant le bar, il se décida d'entrer, une bonne pause bien méritée.
    Il se faufila parmi les clients pour trouver une bonne place isolées. Dans un coin comme d'habitude. Qu'allait-il prendre cette fois-ci ? Il y réfléchissait. Enfin il aurait voulu mais il n'y arrivait pas. Il se massa les tempes en posant sa main sur son front, accoudé à sa table, en attendant un serveur. Ne sachant que prendre, il demanda juste un cocktail, la spécialité, un truc, n'importe quoi, juste qu'il soit alcoolisé et peu cher. De toute façon peu lui importait, il voulait juste se désaltérer et somnoler d'un regard vitreux. Enfin plus ou moins, vu comment sont les habitants ici, il y a peu de chance qu'Akira trouve une réelle tranquillité.
    Le serveur lui apporta sa boisson, puis repartis en lui jetant un rapide coup d’œil. Quant à lui, Akira, il resta appuyé sur son poignet jusqu'à en avoir une trace rouge sur la joue. Il regarda le gobelet : Un forme de crâne, c'est original pour cette ville, puis il examina le liquide. Celui-ci était rougeâtre, comme ses cheveux, de consistance proche à celle du sang à première vue. Tant qu'il y a de l'alcool et que c'est buvable … Pourquoi pas. Akira s'attendait déjà aux pires choses dans cette ville. Ça l'étonnait même d'ailleurs de ne pas avoir à la place d'une rondelle de citron un joli globe oculaire.

    Il prit le verre dans sa main et fit de petits ronds avec, et regarda le liquide se mélanger de manière chaotique. Il leva les yeux pour regarder les gens autour de lui. Il y en avait pas mal. Il avaient tous aussi fière allure que le rouquin, voir même pire. Il étaient pas mal, dix ou quinze, et discutaient entre eux. Akira était assez éloignés pour ne pas être dérangé, mais assez proche pour les entendre parler. Il écoutait alors les conversations. Quand l'une l'ennuyait, il passait à une autre. Et bizarrement rien ne l'étonnait. Il était pratiquement stone, un vieux papi dans son fauteuil.
Revenir en haut Aller en bas
Cheshire Cat
+~.Beginner.~+
+~.Beginner.~+
avatar

Féminin Age : 22

Carte du Joueur
◊ Power:
◊ Orientation Sexuelle:
Your Relationships:

MessageSujet: Re: Are you fuckin' following me ? [ PV Chase ]   Lun 2 Juil - 10:36

    D’un Christmas Town jusqu’à un Dream Town où on part chercher ce dont on a besoin, où on arrête un temps pour se ressourcer, même si d’un côté, la foule qui l’habite nous dérange, pour finalement s’arrêter à un Halloween Town aussi sombre que ces neuf mois d’hiver au pole nord. De noël à la fête des morts. On aurait dit un film de Tim Burton. Vous voyez lequel ?

    Un Halloween Town cependant bien décevant pour un chat fan de friandises. Cette ville n’avait rien de « Halloween ». C’était simplement une ville pleine de malfaiteurs cachés dans l’ombre qui vous regarde, vous épie et vous envoie des sourire édentés comme si de rien n’était. Et ensuite ils vous dérobent, vous viole ou vous ouvre simplement la gorge pour ensuite vous vider de vos organes. Organes qui se retrouvent par la suite sur un marché noir. Marché noir s’appelant Halloween Town, parce que oui, la ville entière est un marché noir.

    Tant d’horreur. Mais la fête d’Halloween n’est pas nécessairement une fête d’horreur. On entend les enfants rire et crier, tout excités à l’idée de faire une collecte de ce précieux sucre. Et sont-ils tous déguisés en monstres ? Bien sûr que non ! Il y a des chats, des licornes et des fantômes si mignons que s’ils ressemblaient vraiment à ça, notre souhait le plus cher serait d’être capable de les voir. La fête de l’Halloween, c’est la fête des bonbons. Halloween Town a-t-elle en son sein une seule friandise ? Chase a passé une éternité à en chercher. Il n’y en a aucune.

    Mais bon, donnez un défi au Cheshire Cat et vous verrez que jamais il n’abandonne. Il s’acharne. Si fort que s’il en avait vraiment la volonté, il pourrait soulever une montagne… après bien sûr des millénaires d’essais échoués. Il s’acharne dans tout, même les combats… et il s’acharne sur les gens qu’il trouve intéressants, sur ceux qu’il a pris pour cible, ceux avec qui il veut jouer.

    Chase n’est jamais quelque part pour rien. Il est allé à Dream Town pour s’acheter du tissus, mais il est tout de suite retourné à Halloween Town… parce qu’il s’acharne sur quelqu’un.

    Halloween Town est peut-être la seule ville de tout Wonderland qui reconnais le visage du Cheshire Cat. Seuls quelques commerçants honnêtes ne savent pas à quoi il ressemble, mais ils sont cependant conscients qu’il vient souvent visiter. Pourquoi viendrait-il dans un endroit aussi malfamé ? Encore une chose qu’on ne saura jamais sur lui. Sur son passage, les murmures des tueurs s’éteignent, les regards se défilent et les ombres continuent leur chemin. On le voit. On le reconnaît alors on évite de lui parler, car au nombre de rumeurs qu’on a entendu, on ne veut pas le rencontrer. On sait qu’on peut récolter de l’information de sa part… de l’information vraiment très intéressante pour un voleur ou un assassin aux sombres dessins, mais le risque n’en vaut pas la chandelle.

    Il s’arrêta devant le bar Scary Brains, mais n’y entra pas. Il en fit le tour et s’arrêta devant la porte de derrière, qui, évidemment, était barrée. Mais aucun verrou ne résiste au frivole Cheshire Cat. Ce dernier disparut brusquement, laissant derrière lui une fumée multicolore. Et il est réapparu dans l’arrière boutique du bar où s’empilaient les boîtes de vin… ou de sang, peu importe. Il entreprit alors sa fouille. Il lui fallait trouver un seul bonbon, une minuscule petite friandise pour qu’enfin il ait la preuve que quelque part dans Halloween Town, on vend ce genre de chose. Une boîte après l’autre, une bouteille à la fois, il examine le tout. Il en fait presque l’inventaire. Mais rien. Pas la moindre trace de sucre. Que de l’alcool à l’odeur et aux souvenirs amers. Des souvenirs si profondément encrée dans l’âme de Chase qu’un brin de folie vint l’envahir et que, l’une après l’autre, les bouteilles vinrent se fracasser sur le sol dans un boucan infernal. Une folie née d’une souffrance si intense qu’il en oubliait la vraie raison de sa présence dans le bar.

    Le propriétaire qui avait été alarmé par le bruit vint voir ce qui se passait dans l’arrière boutique pour tomber sur un Chase s’étant transformé en tornade. L’homme piqué au vif attrapa le chat par le collet et le traîna jusqu’à l’avant en criant, fou de rage, qu’il devrait payer son alcool. Puis, il rajouta :

    – Si tu veux boire, t’as qu’a payer, sale ivrogne !

    Quelque chose se brisa encore une fois dans la tête du Cheshire Cat. Il se retourna vers le proprio et enfonça sa main dans son thorax pour en arracher le cœur. Pendant un court instant, le regard de Chase s’était empli d’une rage destructrice. Plusieurs clients reconnurent le visage du célèbre chat et ils partirent silencieusement, comme une ombre silencieuse. Dans le bar restait Chase qui avait repris ses esprits en reconnaissant le joli minois de celui qu’il suivait. Le dernier client du bar. Le jeune Akira. L’attitude désinvolte de Chase réapparut aussi vite qu’elle était partie.

    Ah ! Je te cherchais justement !

    Le Cheshire Cat laissa le cœur encore chaud qui reposait dans sa main, comme si de rien n’était et vint se joindre à la table du jeune homme, comme il l’avait fait dans une taverne, dans un tout autre environnement.



[HRP : Désolé, ça a pris plus de temps que prévu ^^'']



You speak the truth ?
I pose that the untruth
of this truth upon truths
holds truer.

The Cheshire Cat
knows all truths and
finds as yet no
contradictions nor chaos.

To trust or not to trust ?
I trust you'll decide.
Revenir en haut Aller en bas
Akira U. Matuszak
+~.Dream.~+
+~.Dream.~+
avatar

Masculin Age : 22

Carte du Joueur
◊ Power: Contrôler son ombre
◊ Orientation Sexuelle: Hétérosexuelle
Your Relationships:

MessageSujet: Re: Are you fuckin' following me ? [ PV Chase ]   Mer 4 Juil - 2:33

    Affalé sur son siège, il savourait sa boisson avec lenteur. Lorsqu'il fermait les yeux, il était dans un autre monde. Un monde où il n'y avait personne, où il y avait juste calme et sérénité. Cet endroit lui appartenait entièrement. Il était une sorte de dieu, maître d'un monde qu'il façonnait comme il voulait, quand il voulait. Il était dans un bar mal famé et pourtant il arrivait à sentir une douce brise lui effleurer le cou et remonter jusqu'à ses paupières en passant par ses lèvres. Un agréable parfum fort le maintenait à moitié éveiller, de manière à ne pas le laisser s'endormir dans un endroit aussi dangereux. Il jeta sa tête en arrière et entrouvrit les yeux pour apercevoir le plafond, mais la réalité trop cruelle il préféra les refermer de suite. Il maintenait son crâne contre lui pour garder l'arôme toujours prêt de ses narines. Ça l'apaisait. C'était sa manière de se reposer. Dormir ? Un peu … Mais les cauchemars n'enlèvent pas les craintes, les évasions si. Et surtout l'alcool.

    Mais un vacarme désagréable le tira de son monde. Il se redressa et rouvrit les yeux, il vu un homme s'empresser d'aller voir l'arrière boutique et se mettre à crier avec fureur. Akira soupira, le jour où il touchera la paix arrivera-t-il bientôt ? Il l'avait chercher en même temps, ce n'est pas à Halloween Town qu'on trouve le calme. Il y eu un court laps de temps avant d'entendre des gens hurler d'affolement et décamper aussi vite qu'ils le pouvaient. Akira, lui, il n'en avait strictement rien à faire. Quelqu'un d'effrayant ? Il n'avait pas peur. Il comptait bien rester assis et boire tranquillement. En plus il n'y avait personne, raison de plus.


«Ah ! Je te cherchais justement !»

    Cette voix... Il l'avait fuit le temps d'une nuit en se réfugiant dans l'alcool. Il la reconnaissait, étrangement. D'habitude il oubliait, mais la non, il s'en souvenait clairement. Il entendit des pas se diriger vers lui, mais il resta dos à lui. Il avait confiance cette fois-ci. Il savait à qui il avait à faire et il connaissait ses risques. Enfin ça c'est ce qu'il pensait. En tout cas, il n'avait aucune raison de paniquer aujourd'hui. En fait il s'en foutais complètement. Il balança de nouveau sa tête en arrière pour le regarder dans les yeux, d'un regard profond, fatigué mais indifferent.


«Tiens... Si je m'y attendais. V- Tu as oublié quelque chose ? Perdu des boutons ?»

    Il redressa sa tête et prit une gorgée d'alcool mais ne l'avala pas, il garda ce goût dans la bouche plusieurs secondes avant de l’ingérer plus tard. Un peu comme on peut le faire avec du tabac, mais la c'était de l'alcool. Il reposa le crâne de verre sur la petite table bancale et se leva en s'étirant de tout son long. Après ça, il baissa sa visière et jeta hâtivement sa veste sur sa chaise tout en regardant l'autre homme. Puis quelque chose attira son œil... Quelque chose de vif... de rouge... de liquide... qui se rependait comme un poison sur le sol miteux du bar... Du sang. Il se dirigea vers le fluide pourpre qui s'étalait sur le sol en prenant soin de ne pas marcher dedans, non pas par dégout, mais plutôt pour éviter de se tacher encore plus.


«C'est bête. J'aurais du lui demander de me resservir juste avant.»

    chuchota-t-il d'un ton toujours aussi glacial. Non pas parce que c'est un sans cœur – quoi que... - mais c'était plus car il côtoyait la mort depuis un certain moment, avant même qu'il ne soit sur Wonderland. Alors le sang, les organes, tout le reste... Il a apprit à rester neutre devant ce genre de scène. Ça lui arrive d'être dégouté ou même de redonner liberté à ses derniers repas non digérés, mais la non. Il resta quelque temps devant le cadavre, regardant le trou béant dans sa poitrine déchirée, ses yeux grands ouverts d'affolement, ses mains crispées par son décès. Il soupira une nouvelle fois puis ce tourna vers l'homme félin sans le regarder pour autant. Il avait vaguement son regard vers lui mais il ne le visait pas particulièrement, même s'ils étaient sûrement les deux seuls hommes dans la pièce. Il recula en évitant de tacher ses chaussures et se laissa tomber sur sa place, d'un air naturel.


«C'est de toi, hein ?»

    Il n'attendait pas de réponse réellement, c'était rhétorique. Déjà parce que c'était évident. La réponse était elle même sous ses yeux. Le cœur, la main tachée de sang, le corps... Et puis secondement parce que même si ça n'était pas le cas, ça ne lui ferait rien. En fait il y avait tellement de chose dont il se foutait. Il préférait se contenter d'uniquement des choses qui le regardait. C'était mieux ainsi pour lui. Et puis même s'il lui avouait, que ferait-il de ce meurtre? Il le crierait sur tous les toits ? Qui s'en soucierait ? Il irait se plaindre à la police ? Quelle police ? Au maire de la ville ? Il en serait féliciter probablement ... A un être quelconque ayant une puissance incroyable et une justice inviolable en ce monde ? Quelle blague...


«Bah après tout... Quelle importance...»

    Il prit son verre pour le finir et le contempla vide. Une forme bien étrange tout de même... Quelle idée de s’embêter à faire des verres de cette forme ? Ça n'a rien de pratique, et en plus ils peuvent se faire casser facilement. Il le fit tourner sur lui même en l'examinant puis le reposa doucement.
    Il releva la tête en se souvenant qu'il n'était pas seul. En effet il avait de la compagnie actuellement, aussi pénible qu'elle était. Il l'avait chercher depuis ? Pourquoi faire ? Akira refusait d'y croire. Il n'a rien d’intéressant. Le banal reste banal. C'est tout. Il mène juste une vie banale en essayant de survivre malgré le fait qu'il a quelques penchant suicidaire.


    «Alors, tu me cherchais pour quoi ?»
Revenir en haut Aller en bas
Cheshire Cat
+~.Beginner.~+
+~.Beginner.~+
avatar

Féminin Age : 22

Carte du Joueur
◊ Power:
◊ Orientation Sexuelle:
Your Relationships:

MessageSujet: Re: Are you fuckin' following me ? [ PV Chase ]   Mer 11 Juil - 15:29

    Le Cheshire Cat.



    Qui ?

    Le Cheshire Cat.

    Ah… Qui ?

    Le Che-shi-re Cat !

    Ah… lui…

    Oui. Lui. L’homme, le fou, le chat, le collectionneur, le séducteur, le calculateur… le tueur ?

    Qui l’aurait cru ? Qu’un chaton mignon comme tout, ronronnant, miaulant. Qu’un chaton aux yeux brillants, pétillants puisse avoir créé cette marre de sang. Non ! Pas lui ! Jamais ! Franchement !

    Et oui ! Lui. Là, devant vous, le dos bien droit, abordant fièrement ce même sourire innocent. Seulement, ce visage angélique cache derrière lui un décor inquiétant. Le sang couvre le sol, ses mains et sa chemise blanche aux fines rayures grises.

    De sang froid ? Comme ça ? Sans arrière pensée, rien ?

    Rien. Que du vide, un vide inquiétant, troublant. Qui a dit que Chase était un gentil chaton tout mignon ? Vous n’avez donc pas entendu parler de lui ?

    Pas à ce point là. Il raconte, il donne de l’information. Il connait tout, oui, ça on le sait, mais pourquoi tuer ? Qu’est-ce que cet homme a bien pu lui faire ?

    Qu’est-ce que…? Ah, oui ! Ça je le sais. Je sais ce que ce vendeur a fait pour fâcher le Cheshire Cat, pour le mettre dans une colère si aveugle, si noire, qu’il l’a tué, sans y repenser une deuxième fois. Je le sais… mais je ne vous le dirai pas ! Pourquoi ? Pourquoi ! Et bien parce que sinon la surprise serait gâchée ! On veut garder le secret longtemps, on veut le préserver, garder ce mystère précieux comme on garde un anneau doré. Ne vous en faites pas, peut-être on jour allons-nous l’apprendre, mais pour l’instant, non. Qui de plus mystérieux que le mystérieux Cheshire Cat aux milles personnalités ? Il n’a pas que de belles qualités ce minou. Tout le monde a ses côtés sombres comme la lune scintillante a sa face cachée à l’humanité.

    Ce qui est drôle chez lui, c’est qu’il peut parfois agir bizarrement. Pas bizarrement dans le sens de tuer des gens, mais bizarre bizarre.

    Il était là, debout, immobile, alors qu’Akira, lui, s’agitait. Il réfléchissait, commentait, parlait, interagissait. Chase, lui ? Pas un seul mouvement de sourcil. Un sourire figé dans le temps, un regard perdu dans le vide. On aurait dit que pendant un instant, son cerveau avait pesé sur pause. Pourquoi ? Encore des pourquoi ! On ne sait pas. Peut-être le temps qu’il efface quelque chose de sa mémoire, qui sait. Il était là alors qu’Akira lui posait des questions, et agissait tout en buvant. Il ne répondait pas, il n’était plus là mentalement. Bizarre n’est-ce pas ?

    Mais il est revenu juste à temps pour entendre la dernière question du jeune homme. À cet instant, il posa un œil sur sa chemise souillée et lâcha un cri de surprise.

    Ma si belle chemise ! Qui a osé !?

    Il regarda ses mains, lâcha un autre petit cri.

    Mais je ne suis pas du tout présentable !

    Et il disparut en fumée. On entendit un bruit d’eau qui coule dans l’arrière boutique suivit du refrain d’une berceuse pour enfant. Au clair de la lune. Vous connaissez ? Il reparut ensuite, tout propre avec une toute nouvelle chemise. Par quel miracle ? Voyons ! Nous sommes à Wonderland !

    Le Cheshire Cat prit ensuite place face à Akira.

    Pourquoi est-ce que je te cherchais ?

    Il leva les yeux au plafond, réfléchissant, puis reposa les yeux sur lui, fier d’avoir trouvé la réponse.

    Pour rien !

    Et oui… Ce Cheshire Cat là.




You speak the truth ?
I pose that the untruth
of this truth upon truths
holds truer.

The Cheshire Cat
knows all truths and
finds as yet no
contradictions nor chaos.

To trust or not to trust ?
I trust you'll decide.
Revenir en haut Aller en bas
Akira U. Matuszak
+~.Dream.~+
+~.Dream.~+
avatar

Masculin Age : 22

Carte du Joueur
◊ Power: Contrôler son ombre
◊ Orientation Sexuelle: Hétérosexuelle
Your Relationships:

MessageSujet: Re: Are you fuckin' following me ? [ PV Chase ]   Mar 17 Juil - 4:24

    Immobile comme un mort, il se décida finalement à répondre au rouquin. Celui-ci s'étant finalement éteint quand l'autre renaissait. Il avait prit la place d'Akira. Il bougeait, il parlait, il bougeait, il parlait, il parlait, il bougeait. Encore et encore... Enfin peu-être moins qu'Akira. Ça lui arrivait des fois. La plupart du temps silencieux et passif, les gens ont tendance à croire qu'il est un boudeur muet. Mais des fois... Il se lâche totalement. Comme si tout ce qu'il avait voulu dire sortait d'un coup. Il le fait en parlant normalement évidement. Vous avez en face de vous Akira... L'homme banal, l'homme non connu qui tire une tronche de blasé cinquante heures sur vingt-quatre. Et puis il redevient silencieux après s'être soulagé, comme si rien ne c'était passé. C'est ce qu'il vient de faire.


    Il le regardait s'agiter, s'étonner, crier, disparaître, revenir … Une vraie girouette le félin. Étrangement, ça ne dérangeait pas Akira comme la dernière fois. La il était calme et surtout stone. Il avait ce qu'il voulait: Un fauteuil, de l'alcool et un bar vide. Ou presque.


« Pourquoi est-ce que je te cherchais ? »

    Akira hocha brièvement la tête et le regarda, s'attendant à un sourire diabolique et une réponse à s'en tordre de rire mentalement. Ce ne fut pas le cas, et il n'en fut pas spécialement déçu. Mais plutôt intrigué par la réponse qui le laissa perplexe une bonne dizaine de minute.

« Pour rien ! »

    Pour rien... Pour rien... Aucune raison, rien, nothing, nada, niente, nichts, nichego, nic ! Juste comme ça ! Parce que l'envie lui venait ? Comme une envie de … Ou parce qu'il passait par là. Il a vu de la lumière, il est rentré et Pouf ! Akira ! Non en faite c'est peu probable, car dans la phrase : « Alors, tu me cherchais pour quoi ? » il y a le verbe Chercher, se verbe ne pouvant impliquer un hasard total. Donc il est venu le chercher avec absolument aucune raison. Pour son joli minois, son caractère blasé, son alcoolisme...

« Ah … Vraiment … Pour rien. Mais c'est biensûr. »

    Il passa sa main crade, tachée de terre probablement, dans ses cheveux et essuya son front d'un revers, après avoir poser sa casquette sur ses genoux. Il regarda son verre puis soupira. Vide. Il avait envie de quelque chose de plus fort comme d'habitude. Les alcools en dessous de 20° lui faisait peu de chose. Certains étaient agréables et rafraichissant … Mais sans plus. Il pourrait boire de l'eau, ça lui ferait le même effet. Non. Ce qu'il aime, c'est le fort. Whisky, Rhum et surtout Vodka. Rien que d'y penser il eu une envie pressante d'en avoir. Il se leva et posa son précieux couvre-chef sur la table, puis se dirigea vers la réserve.


« Tu penses qu'ils ont de la vodka ici ? »

    Il contempla les bouteilles de vins éclatées au sol, haussa un sourcil puis marcha parmi elle, commençant sa fouille. Prenant une à une les bouteilles, il les posait délicatement puis les remettait à leur place avec soin. Au contraire du sagouin qui avait massacré les fiasques. Il trouvait que c'était un énorme gâchis, le vin, ça se fait pas comme ça. Il y a toute une préparation.


« Et puis de toute façon c'est pas comme ci quelqu'un s'en soucierait. »

    Il trouva sa divine bouteille, saine et sauve. Il sauva sa princesse et la prit dans ses mains. Il fit tourner le bouchon, huma son parfum pour s'assurer de son degrés, puis en souriant il en bu une bonne gorgée. Plusieurs même. Il avait presque entamé un quart de la bouteille en un coup. Quelque chose de rare à faire. Mais les brûlure de l'alcool pure lui faisait plus de bien que de mal. Habitué à la faire, il y arrivait parfaitement. Pas comme le café. Biensûr, il ne peut avaler en une fois la bouteille entière. Seule une personne morte ou qui ne sens plus sa gorge peut le faire... Akira ne lui conseillerait quand même pas de le faire. Oui il a essayé étant plus jeune, et il a bien comprit les limites de l'homme.


« Ah... Enfin une bonne bouteille … Ça fait du bien. »

    Il emporta la bouteille avec lui, la tendant au félin pour partager. Certes c'est un alcoolique, mais un alcoolique partageur.


    « Tu en veux ? »
Revenir en haut Aller en bas
Cheshire Cat
+~.Beginner.~+
+~.Beginner.~+
avatar

Féminin Age : 22

Carte du Joueur
◊ Power:
◊ Orientation Sexuelle:
Your Relationships:

MessageSujet: Re: Are you fuckin' following me ? [ PV Chase ]   Dim 29 Juil - 10:30

  • On rêve, on rie, on pleure. On s’amuse, on réfléchit, on fait des plans pour le futur, des plans pour des événements qui, peut-être, n’arriveront jamais. On se pose des questions. Qui suis-je ? Pourquoi suis-je là ? On a des deuils et des souvenirs inoubliables. On a de mauvaises expériences, on a ce qu’on appelle des mauvaises passes. On change et on nous le fait remarquer… ou non. On fait des bons et des mauvais gestes. On fait des erreurs. On gagne des choses, mais on a toujours l’impression qu’on en perd plus. Des amis vont et viennent, la famille fait de même. Un bébé par-ci, la tombe de grand-maman par-là. On fait la fête et parfois on reste seul chez soi. Film d’amour, film d’horreur. Pop corn, pizza, salade verte. On en entend des bonnes, certaines même nous font rire aux larmes. Tsunami par-ci, tremblement de terre par-là. Catastrophe, record mondial. Des voyages, des découvertes ainsi que quelques jours qu’on passe en ermite.

    Des souvenirs.

    Voilà ce que l’on garde de plus cher en nous. Bons ou mauvais, on s’en rappelle et ils font de nous ce que nous sommes aujourd’hui.

    Ils font de nous ce que l’on appelle un être humain.

    La question que je me pose maintenant est : Les habitants de Wonderland sont-ils humain ? Vivent-ils de la même façon qu’ils vivaient avant ?

    Bonne question n’est-ce pas ? Je pense que c’est le cas pour la plus part des habitants, mais que, pour d’autres, c’est différent.

    Chase observait Akira aller et venir. Il ne plaçait aucun commentaire. Il le regardait faire, tout simplement. Chercher une bouteille de vodka par-ci, s’en délecter par-là, le Cheshire Cat contemplait la scène, un petit sourire au coin des lèvres. Il était indifférent à la situation. Pas grand-chose d’intéressant.

    Jusqu’à ce qu’Akira ait la très bonne et merveilleuse idée d’offrir de cet alcool immonde à Chase. Pendant une seconde, son sourire disparut complètement, son visage tombant comme si Akira venait de dire la plus horrible des choses. Puis, le Chat s’évapora, laissant derrière lui une trainé de fumé parsemé de petites étoiles multicolores.

    Il réapparut derrière le jeune homme et, aussi vite que l’éclair, attrapa sa main droite, la plaqua sur la table et enfonça dans sa paume une fourchette en plastique. Une fourchette aux abords inoffensive qui pourtant avait passé à travers la main d’Akira pour aller se loger dans le bois de la table.

    Chase retourna par la suite s’assoir tout en parlant.

    Je pense que je ne me suis pas encore présenté correctement.

    Alors qu’il parlait, un phénomène étrange semblait se manifester sur son visage. Ses joues semblaient fondre, dévoilant des rangées de dents physiquement impossible à avoir, concrétisant un sourire gigantesque et monstrueux. Ses yeux aussi avaient changés. Ses pupilles normalement rondes étaient maintenant verticales comme celles des chats. Une fois la transformation terminée, Chase reprit la parole.

    Vois-tu, Akira, ici, à Wonderland, on m’appelle le Cheshire Cat.

    Il lui souria, si c’était possible de sourire plus qu’il ne souriait déjà.

    Tu dois en avoir entendu parler. Dans les comptes. Ce chat qui guide Alice à travers Wonderland. C’est moi.

    Il vint caresser les doigts d’Akira. Ceux dont la main était toujours prisonnière de la fourchette.

    Je suis très connu, tu sais ! Pour plusieurs raisons, mais surtout une en particulier.

    Il se leva lentement.

    Vois-tu, j’ai un travail. Comme la plus part des gens ici à Wondeland. Je suis informateur. Je donne de l’information aux gens. Parce que je sais tout. Et cela pour une poignée de boutons. Je ne prends pas l’argent.

    Il s’arrêta alors derrière le jeune homme, lui soufflant dans l’oreille.

    Ce n’est pas moi qui t’ai cherché. C’est toi qui m’as trouvé. Il y a quelque chose que tu veux savoir, n’est-ce pas ? Quelque chose qui te tourmente. Je sais que tu meurs d’envie de me poser la question.

    Il s’évapora de nouveau et réapparut sur sa chaise, le coude sur la table, le menton dans la paume de la main. Son sourire était redevenu normal, ses yeux aussi. Il le regardait, rayonnant.

    Pour toi, je peux faire ça gratuitement ~♥

    Un moment passa et il répondit finalement à la lointaine question d’Akira.

    Ah et non merci pour l’alcool. Je répugne.

    On se posera la question : Chase est-il humain ?

    Et bien, j’ai la réponse.

    Chase est probablement l’être le plus humain de tous les humains peuplant Wonderland. Il l’est parce que ses actions et ses réactions, ses mouvements comme ses gestes, ses sourires comme ses mines boudeuses sont tributaires de ses souvenirs.

    Il se souvient de son ancienne vie, même s’il ne le laisse pas le croire et il fait tout le contraire de ce qu’il faisait avant.

    Avant riche, maintenant pauvre.

    Avant prisonnier de son héritage, maintenant libre de ses décisions.

    Avant alcoolique… maintenant sobre.

    Vous comprenez ?



You speak the truth ?
I pose that the untruth
of this truth upon truths
holds truer.

The Cheshire Cat
knows all truths and
finds as yet no
contradictions nor chaos.

To trust or not to trust ?
I trust you'll decide.
Revenir en haut Aller en bas
Akira U. Matuszak
+~.Dream.~+
+~.Dream.~+
avatar

Masculin Age : 22

Carte du Joueur
◊ Power: Contrôler son ombre
◊ Orientation Sexuelle: Hétérosexuelle
Your Relationships:

MessageSujet: Re: Are you fuckin' following me ? [ PV Chase ]   Ven 3 Aoû - 22:54

    Ce n'est pas souvent qu'Akira partage. Habituellement il garde tout l'alcool jalousement pour lui. Non pas parce qu'il est méchant, non... C'est juste...qu'il descend l'alcool à une vitesse tellement incroyable que vous n'avez même pas le temps de songer à vous servir un verre. Ou peut-être est-ce car vous êtes trop impressionné pour pouvoir vous désaltérer. Il n'y a, ou plutôt avait, qu'une seule personne avec qui il partageait. Vous l'auriez comprit, j'espère, cette personne n'est plus. Donc fin de l'histoire, au revoir, la suite ?

    Quitte à avoir de la compagnie autant boire avec elle. Il était persuader qu'avec quatre litres d'alcool dans le sang il se sentirait vite de meilleure humeur. L'ivresse le rend joyeux. Joyeux ? Plutôt... compréhensif, pouvant apprécier toute personne. Les gros chieurs ? Il les laisse parler, en profitant pour vagabonder spirituellement. Les gens sont plutôt poli dans cette situation. « Non merci je ne bois pas. » « Juste un doigt. » « Oh oui merci. » Et pourtant là... Il y a une seule explication rationnelle à ça. Le félin est un habitant de Wonderland. A force d'y rester on devient complètement taré... Parce que là...

    Akira vu le sourire s'effacer du visage du matou, laissant place à une expression grave. Avait-il dit quelque chose de mal ? Le chat disparut dans un nuage de fumé multicolore accompagné de petites étoiles brillantes. Akira cligna des yeux par réflexe, ne cherchant pas vraiment à savoir où l'homme allait réapparaître. Il ne se doutait de rien à vrai dire, et comment aurait-il pu s'en douter ? Le reste de la scène passa tellement vite que le rouquin ne pu même pas songer à se défendre, ou même détacher une syllabe. Il resta vulnérable quelque temps. Vulnérable à quoi ?

    Il sentit le corps du félin proche du sien. Il tourna rapidement sur la gauche son visage pour lui dire de s'écarter et se stoppa net avant d'envisager de reculer. Il sentit sa main droite se faire plaquer sur une surface plane avant de s'engourdir. Quelque peu effrayé, il posa lentement la bouteille sur la table et tourna ses pupilles azures écarquillés vers sa main tremblante et crispée. Quelque chose lui faisait mal et la retenait. Une fourchette en plastique ? Akira se mit à pâlir d'un coup, encore plus blanc que d'habitude, encore plus blanc qu'un drap propre, encore plus blanc que blanc, lorsqu'il vu la fourchette entièrement planté dans sa main. Il regardait fixement le couvert blanc se tacher du rouge. Il bomba son torse en prenant une grande inspiration, mais n'alla pas plus loin. Lorsqu'il entendit la voix du matou il se retourna pour le regarder, abandonnant sa main à son sort.

    Un sourire diabolique impossible figea le polonais sur place une nouvelle fois, le faisant hoqueté tout en gardant son torse gonflé. L'affolement venant chatouiller sa respiration, elle restait tout de même presque silencieuse même si l'on pouvait voir le buste du jeune homme bouger trois fois par seconde. Il était le prédateur et Akira la proie.

« Je pense que je ne me suis pas encore présenté correctement. Vois-tu, Akira, ici, à Wonderland, on m’appelle le Cheshire Cat. Tu dois en avoir entendu parler. Dans les comptes. Ce chat qui guide Alice à travers Wonderland. C’est moi.  »

    Akira voulu hocher négativement la tête, mais son corps ne lui obéissait plus. Le silence cousu sur les lèvres du rouquin, il poursuivit tout en se relevant :


« Je suis très connu, tu sais ! Pour plusieurs raisons, mais surtout une en particulier. Vois-tu, j’ai un travail. Comme la plus part des gens ici à Wondeland. Je suis informateur. Je donne de l’information aux gens. Parce que je sais tout. Et cela pour une poignée de boutons. Je ne prends pas l’argent.  »

    Akira le regarda se déplacer jusqu'à lui, ressentant de nouveau cette sensation de contact presque acquis. Son regard se posa de nouveau sur sa main ensanglanté, sentant le souffle frais à en frissonner sur son oreille.

« Ce n’est pas moi qui t’ai cherché. C’est toi qui m’as trouvé. Il y a quelque chose que tu veux savoir, n’est-ce pas ? Quelque chose qui te tourmente. Je sais que tu meurs d’envie de me poser la question.  »

    Puis il disparut de nouveau, l'air plus naturel cette fois-ci lorsqu'il réapparut sur sa chaise.

« Pour toi, je peux faire ça gratuitement ~♥  »

    Une ouverture visible, Akira profita de se silence pour enlever lentement la fourchette, s'infligeant seul un supplice insupportable qui lui arracha un cri de douleur assez fort pour qu'on l'entende à l'autre coin de la rue. Il laissa le plastique tomber au sol et plaqua sa main contre son ventre, sa main gauche par dessus comme pour essayer d’arrêter le flux continu de sang. Il était tellement pâle qu'il n'arrivait même plus à marcher correctement, déjà saoul ? Il essaya de se diriger vers le dit Cheschir Cat, pressant douloureusement sa main contre lui, puis s'écroula sur ses genoux en affichant une grimace haineuse. Haine contre lui même, sa faiblesse.

« Ah et non merci pour l’alcool. Je répugne.  »

    Akira voulu rire, était-il masochiste ? Il jeta un rapide coup d’œil à sa chemise blanche qui virait au rouge puis releva son regard.

« D-d-donc... C-ça v-v-veut dire non, hein ?  »

    Ses lèvres tremblotaient trop pour qu'il arrive à prononcer un mot sans bégayer. Il resta assis devant le félin, vulnérable, le regardant toujours avec son air neutre.

« E-en faites je... n'ai qu'une seule question.  »

    Son souffle c'était calmé, mais il était lourd. Il avait l'impression de ne pas respirer assez, comme si sa trachée était bouchée. Il baissa un peu la tête, le regard entrouvert, sur sa main. Il fallait qu'il arrête le sang de couler. Il déboutonna sa chemise pour laisser voir un corps frêle, trop fragile pour un homme, mais tout de même un peu musculeux. Le haut de son torse était bandé, se finissant à huit centimètres au dessus de son nombril. Lentement, il enleva son vêtement puis le noua autour de sa main. Sa chemise était déjà tachée, aucun problème alors pour s'en servir comme garrot. Et puis il a son propre sens des priorités. Jamais il n'a enlever ou n'enlèvera ses bandages en présence de quelqu'un. Il releva lentement le regard vers Cheschir tout en lui tendant faiblement la main, visiblement pas effrayé par le sadisme du matou. Il a vécu pire après tout...


«  Tu peux m'aider à serrer ma chemise ?  »
Revenir en haut Aller en bas
Cheshire Cat
+~.Beginner.~+
+~.Beginner.~+
avatar

Féminin Age : 22

Carte du Joueur
◊ Power:
◊ Orientation Sexuelle:
Your Relationships:

MessageSujet: Re: Are you fuckin' following me ? [ PV Chase ]   Dim 23 Sep - 11:43

    I think, therefore I am.

    Je pense, donc je suis.

    Nous pensons, donc nous sommes.

    Pensons, donc soyons.

    Oui. Mais la pensée reste un bien grand mot, car la pensé est vaste, la pensée peut-être mille chose à la fois comme elle peut n’en être qu’une seule. La pensée peut-être sensée comme elle peut être insensé. Si notre pensée est insensé, alors sommes-nous ?

    La pensée d’un fou fait-elle du fou ce qu’il est ? Et si la pensée est folle… peut-on appeler ça une pensée ? Celui qui pense follement, alors ? Est-il ?

    La pensée est une chose bien étrange… bien folle. La pensée renferme les souvenirs et la raison. Non. Peut-être pas la raison. La pensée renferme au fond tout ce qu’un homme peut accomplir. Et les souvenirs y sont rattachés, car un souvenir fait de nous notre façon de penser.

    Le souvenir, pour certains, est quelque chose d’oublié. Quelque chose de dissimulé. Certains ne veulent pas garder certains souvenirs, mais ils font tout de même de cette personne ce qu’elle est. Est-ce donc ce que voulait dire Descartes ? Que même une pensée ignorée fait de nous ce que nous sommes ? Que les pensées refoulées font certains monstres qui n’auraient dû exister ?

    Et si Descartes avait tort ?

    S’il ignorait certaines choses, certains… facteurs qui feraient en sorte que la pensée en elle-même n’est pas reliée à notre façon d’être ? Et si certains hommes faits seulement de glace ne se souciaient pas de leurs pensées pour être ? Seraient-ils, alors ?

    Cependant, les hommes de glace sont de glace parce qu’ils pensaient avant… et que leurs pensées ont fait d’eux ce qu’ils sont. Ce que Descartes dit est-il donc inévitable, incontournable… incontestable ? Ce que Descartes dit s’applique-t-il vraiment sur quelqu’un… quelqu’un comme le jeune Chadester Campbell ? Est-ce que cela s’applique vraiment sur le nouveau nommé Chase ? Sur le Cheshire Cat ?

    Posons-nous la question.

    Et trouvons alors la réponse.

    Après la dernière question d’Akira, l’aura meurtrière que dégageait le chaton s’évapora en un instant. Comme si jamais il n’avait enfoncé une fourchette dans la main du jeune homme. Comme si toujours il s’était comporté ainsi.

    Cependant, une chose différait de cet instant des instants précédents : Akira savait maintenant, ou imaginait, ce dont Chase pouvait réellement accomplir. Quel sombre monstre il pouvait être. Quoi de plus effrayant que de ne pas savoir jusqu’à quel point le pouvoir d’un prédateur s’étend ?

    Chase afficha un grand sourire candide et alla farfouiller dans son sac de voyage pour en sortir un morceau de tissu. Hors de question de déchirer ses magnifiques vêtements ! Il y tenait bien trop ! Il enroula le bandage de fortune autour de la main du jeune homme pour finalement se rasseoir devant lui, un air boudeur au visage, fixant les bandages sur son torse.

    Il s’approcha à quelques centimètres de son visage et dit d’une voix d’enfant.

    Je ne te respecte pas.

    Il leva les yeux au ciel, l’ai penseur.

    Si tu ne t’étais pas caché, je t’aurais respecté, mais je ne te respecte pas.

    Il lui offrit un autre sourire et pointa ses bandages, l’air innocent.

    Pourquoi tu les enlève pas ?

    La pensée d’un passé oublié, non, d’un passé refoulé fait de Chase ce qu’il est aujourd’hui. Qu’est-ce qu’il est ? Alors là, je ne peux dire. À vous de le savoir. N’est-ce donc pas assez clair ?

    Je pense, donc je suis.

    Qu’elle phrase simple.

    Et pourtant si pleine de sens qu’il nous est impossible de la contester.



[HRP : Je suis vraiment désolé pour le temps ^^' (d'autant plus que ma réponse est plus petite que je ne l'aurais espéré)]



You speak the truth ?
I pose that the untruth
of this truth upon truths
holds truer.

The Cheshire Cat
knows all truths and
finds as yet no
contradictions nor chaos.

To trust or not to trust ?
I trust you'll decide.
Revenir en haut Aller en bas
Akira U. Matuszak
+~.Dream.~+
+~.Dream.~+
avatar

Masculin Age : 22

Carte du Joueur
◊ Power: Contrôler son ombre
◊ Orientation Sexuelle: Hétérosexuelle
Your Relationships:

MessageSujet: Re: Are you fuckin' following me ? [ PV Chase ]   Jeu 1 Nov - 12:14

Le polonais retira sa main pour la poser sur sa cuisse, puis effleura la blessure par dessus le tissu avec l'autre. Pour une aussi petite douleur, il avait mal à s'en mordre les lèvres, à moitié vouté vers le sol. Douleur. Il se redressa lentement sur ses jambes tremblantes, puis posa ses fesses sur la table la plus proche derrière lui pour ne pas trop perdre l'équilibre. Ça s'arrangerait avec le temps. Douleur.
Reprenant une vue normale, il remarqua au sol sa chemise tachée de sang. L'envie de l'enfiler pour avoir moins froid lui passa à travers l'esprit, mais le peu de force qu'il avait lui servait à le maintenir conscient. Il frissonna en sentant de nouveau une goutte de sueur sur sa nuque et crispa une grimace dégoutée. Cette sensation désagréable mélangeant fatigue et douleur lui était bien trop familière. Les souvenirs douloureux refaisant surface, il eut une sensation de brûlure intense sur son omoplate nue couverte par cette marque maudite. Douleur. Il eut envie de la tâter, de sentir cette ancienne chaleur sur ses doigts froids. Il savait qu'elle était la, cette fameuse marque, un « S » inséré dans un grand « O », le tout en dessous de l'épaule droite du jeune homme. Ce n'était pas un tatouage ou une scarification. Non, c'était bien pire. C'est ce genre de cicatrice à vie qui vous rappelle à chaque instant un souvenir douloureux que vous préfériez oublier, ce genre de blessure qui vous fait sentir à quel point vous avez pu être faible, ce genre de douleur qui sert votre cœur et pourri votre moral. Une marque au fer rouge, voilà ce que c'est.
Le regard du rouquin affichait une sorte d'errance silencieuse qui se leva progressivement vers le félin. « Je ne te respecte pas. » Qui l'avait déjà fais auparavant ? Qui aurait pu ou voulu ? Personne, pas même lui, pas même sa conscience, pas même ses proches et encore moins sa propre ombre. Et il l'approuvait tout ça. « Je ne te respecte pas. » Lui non plus ne le respectais pas, et il n'avait aucune raison de le faire. S'amuser des malheurs des autres est autant respectable qu'enfoncer une fourchette dans la main de son interlocuteur, littéralement. Du moins pour Akira c'était ce qu'il pensait. « Je ne te respecte pas. » Alors aucun des deux ne se respectait, et c'était peut-être mieux ainsi. Cela fera peut-être avancer les choses, en bien ou en mal. Mais avancer quoi ?

      « Si tu ne t’étais pas caché, je t’aurais respecté, mais je ne te respecte pas. »


Cacher de quoi ? Il ne se cachait pas, jamais et de rien. Non, il ne se cachait pas. Il se voile juste la face. Il se ment à lui même, mais ça lui convient. Que ça plaise ou non aux autres, ça lui va. Et puis ces mensonges, à force de se les répéter, il devenaient vrai. Ils représentaient la vérité. Sa vérité. Il y avait certaines choses qui ne lui avait jamais plu, alors au lieu de se contenter de s'y habituer il préféra reconstruire son monde comme il le voulait. Akira, 19 ans et alcoolique.
Changement de sujet.

      « Pourquoi tu les enlève pas ? »


Akira leva les yeux pour voir où se pointait le regard prédateur de Chase, et il semblerait que ce fut sur les bandages du rouquin. Ils étaient blancs mais légèrement usés par le temps. Malgré leur propreté, il était facile de deviner qu'Akira ne les changeait presque jamais. Alors, pourquoi ? Parce que. Cela faisait un bon moment qu'il se bandait sans cesse le torse et que personne ne réussit à deviner la raison première. A première vu il ne semblait pas blessé. Alors pourquoi ? Parce qu'ils faisaient partit de lui maintenant. Akira sans bandages équivaut à Akira sans alcool. Cela n'aurait donc aucun sens.

      « Parce que c'est comme ça.»


Simple, efficace, et … faux. Ou presque. Il leva sa main intacte et tremblante pour la poser sur son torse, puis se baissa lentement et avec la plus délicate précaution pour ramasser sa chemise souillée. Il la passa sur ses épaules puis alla récupérer sa veste sans la mettre. Le regard un peu fuyard, il jetait quelque coup d’œil à Chase sans réellement l'observer avec attention.

      « On devrait partir d'ici, non ? Tu … ou plutôt on, pourrait avoir des emmerdes. »


Il fit une pause pour le dévisager rapidement, puis jeta un œil à la sortie. Il croisa difficilement les bras tout en frissonnant de nouveau.

      « Je veux dire... Je sais qu'un barman se remplace facilement, mais pour le moment je préfère rester neutre et discret... Surtout lorsqu'il ne s'agit pas de mes meurtres.»


Il commença à faire quelque pas lents et lourds, titubant de droite à gauche. Puis il s’arrêta subitement sans se retourner pour enfiler correctement sa chemise et attacher les boutons. Une fois fait il se couvrit de sa veste puis entrouvrit les lèvres sans parler sur le moment. Il soupira de mal-aise, puis ce décida à dire quelque chose.

      « J'y vais, avant que je ne regrette d'être resté trop longtemps. Tu me suis ? »


Qu'allait-il faire après ? Boire... ou dormir. Ou boire. Ou peut-être dormir finalement. Il poussa un soupire à nouveau en donnant un chassé dans la porte. Sa marche était lente de tel que le minou pouvait sans aucun problème le suivre à son envie. Le polonais ne savait même pas où il allait, mais il allait y aller tout de même.

« Bon... tu connais un endroit calme et reposant où je peux boire ou dormir ?  »
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Are you fuckin' following me ? [ PV Chase ]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Are you fuckin' following me ? [ PV Chase ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
+°°Alice's game°°+ ::  :: Halloween City :: Scary Brains-