FAQFAQ  CalendrierCalendrier  AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 ~Oh it's so cold and shivery outside my cocoon~ [ PV Candy ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: ~Oh it's so cold and shivery outside my cocoon~ [ PV Candy ]   Jeu 27 Oct - 10:35

~ Absorbing your pills, drinking your whiskey ~

Un verre, rien. Une cigarette, rien. Que faire pour arrêter ça. Douce mélancolie envahissante. Que lui veux-tu ? Il est innocent, laisse le vivre tranquillement. Laisse cette bête inoffensive découvrir ce monde. Laisse-la explorer toutes les possibilités existantes. « BAM » un bruit sec, comme un fracas. Le jeune homme c'était levé d'un coup, agacé, faisant tomber la chaise où il était assis quelques secondes plutôt. « Assez. » Ce ne fut qu'un souffle. Il enfila une veste, mit son écharpe, sortit de sa maison et marcha, droit devant lui. Le soleil se levait à peine. Lui, il n'avait pas dormi.

~ Marche droit devant toi, Marche droit devant toi ~

Pauvre enfant, quand allait-il arrêter de tant se torturer ? « Jamais » Un second souffle. Il enfuit sa tête dans son écharpe voulant se réchauffer comme il pouvait, le vent frais du matin lui hérissant les poils.. Quelle idée de sortir par ce froid.. « Tais toi » Ritsuka est tourmenté, Ritsuka est tourmenté, faisait une petite voix enfantine dans la tête du jeune hybride « Je t'ai dit de te taire. » Il s'arrêta, il avait trouvé quelque chose, un endroit.. Aquatique ?

Cascade chimérique, ou vas-tu eau téméraire ? Tu coules et t’écoule à l’infini. Une continuité déconcertante, sans retour en arrière. Et il t’observe de son œil pervers, toi si pure, toi si innocente Mais à quoi bon faire des tours et des détours pour parler de l’essentiel, de cette essentielle à tous.. De cette eau ruisselant en cascade dans cette fontaine. Un lieu ? Non, une beauté. Une première pour Ritsuka, ce lieu était-il là avant ? Pourquoi ne l’avait-il jamais vu ? Tel merveille mériterait d’être connue de tous. Que voyait-il de si splendide en une simple fontaine ? Un reflet, le reflet de son cœur si pur et innocent, naïf ? Presque.

Un pilier central, un chef-d'oeuvre à lui seul. Pas besoin de milliers d'arabesques, juste une colonne plus ou moins simple ou siégeait en sa hauteur un crane, sculptait dans la masse, à la fois brute,mais raffinée. Sombre et limpide, un paradoxe ? Je n'osais pas le dire. Le lierre avait pris possession de ce lieu, trouvant le milieu fort plaisant certainement. L'eau qui s'y écoulait été claire et cristalline, la vasque ou s'écoulait cette eau l'était tout autant. Elle était immense et à même le sol. Son fond était encore clair avec quelques nénuphars par-ci par là. Tout simplement magique.

L'eau a l'air si douce.. Le félidé voulu savoir si elle était à la hauteur de son apparence. Il s'approcha doucement de l'eau, comme pour ne pas l'effrayer. Il retira ses chaussures ainsi que ses chaussettes, d'abord le côté droit puis le gauche. Une fois les petons à l'air il mit son pied sur le rebord du bassin et remonta délicatement son pantalon de façon à faire des ourlets pour ne pas le mouiller, d'abord le côté droit puis le gauche. Une fois la préparation finie, il laissa glisser subtilement son pied dans cette masse, d'abord le côté droit/ Je crois que vous avez compris. Si l'eau était bonne ? Autant que la température extérieure nous dirons. Mais cela importait peu pour le chat. Un chat qui aime l'eau, cela existe ? Eh bien oui, il en est la preuve vivante. Enfin vivante... Tout dépend du point de vue après tout, il est déjà mort.

Tandis qu'il flânait, laissant l'eau lui caressait les jambes, ses oreilles se dressèrent ; un bruit ? Quelqu'un ? Vite, il faut se cacher ! Ritsuka courut se cacher derrière le pilier suffisamment volumineux pour cacher son corps. Dans sa course, il avait fait bien plus de bruit qu'un troupeau d'éléphants apeurés. Avez-vous déjà tenté de courir dans la mer ou bien dans une piscine ? Le résultat était le même, éclaboussure et vacarme. Lui qui ne voulait pas se mouiller.. Mais revenons en à ce bruit.. L'avait-il inventé ? N'était est-ce que le fruit de sa stupide imagination ? Une illusion auditive ? Un bruissement de feuille mal interprété ? Une seule façon de le savoir...

« Y a quelqu'un ? »
Timidement, mais au moins c'est dit.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: ~Oh it's so cold and shivery outside my cocoon~ [ PV Candy ]   Dim 30 Oct - 14:08

Pourquoi est-ce que je marchais ? Je ne savais plus rien de mon itinéraire, je ne savais pas non plus pourquoi j’avais eu droit à cette non-vie pitoyable, j’avais quasiment tout oublié. On me l’avait enlevé. On m’avait arraché ce second cœur, reprenant ce souffle qui m’apaisait. Ma sucrerie, douce sucrerie, m’avait été volée. Un être était arrivé et avait décidé, d’un claquement de doigts, d’un simple mot, de tout me prendre. Tout mon univers était tombé. Où se trouvait ce délicieux passé que j’aimais tant ? Où est passée mon envie de vivre ? Et si je mettais ces nouveaux souliers pour remplacer les anciens ? Non, eux sont trop laids, ils ne me vont pas. Ma non-vie me déplaît, je veux me venger avant de m’éteindre à nouveau et ne plus jamais revivre. Je ne suis pas un phénix, je ne veux pas l’être … Laissez-moi abréger mes souffrances … S’il vous plaît.

Et je marche, encore et encore, coquille vide … Je n’existe plus que dans les songes les plus délurés, viendra-t-on me ramasser … Ou dois-je me laisser dépérir ? Suis-je suicidaire ? Me déteste-je autant que je le prétends ? Je soupirai, mon pied allant heurter un caillou, ce qui le fit ricocher contre un arbre avant d’arrêter sa course de manière lamentable. Je ne me souvenais plus de rien … Ma mémoire m’avait-elle été arrachée, elle aussi ? Ou étais-je juste trop concentrée sur sa disparition pour récupérer mon bonheur ? Nouveau soupir. Je n’étais absolument pas dans mon assiette et je n’arrivais pas à me convaincre pour le devenir. Sadique ou masochiste, les deux me convenaient, je ne pouvais que désirer la destruction de toutes sortes de choses.

Un bruit attira mon attention. Un bruit puis un brouhaha impossible. Je soupirai une troisième fois, tournant la tête. La fontaine ? Je ne la connaissais pas … Je m’approchai doucement, avec une démarche des plus prédatrices. Mon aspect d’ombre vide devait être terrifiant, vu de l’extérieur. Plus j’avançais, plus je sentais une tension se libérer dans l’air avant de se faire bien plus violente. La source d’eau qui, de base était une pure merveille, se brisa d’un coup, ne devenant rien de plus que des ruines. Et, derrière cet amas de saletés poussiéreuses, se trouvait un chat. Un homme adorable qui, dans mon état normal, m’aurait vue courir jusqu’à-lui pour l’embrasser de partout.

Mais l’inverse se produisit. Des larmes chocolatées vinrent caresser mes joues, les tâchant au passage de la couleur marron du délice. Je baissai la tête. Oui, il y avait quelqu’un, ici. Il y avait … Moi. Mais je n’étais qu’une ombre dépourvue de vie réelle alors il ne fallait pas se soucier de mon apparition, n’est-ce pas ?

Chat. Souvenirs. Jester. Jester ? Jester ! … Jester ? Jester … Jester … SILENCE !

Je m’infligeai une claque mentale pour me réveiller. Pas d’effet. Juste une colère brune qui s’emparait de moi. Mon sang se mit à bouillir, mon corps fut pris de légers spasmes tandis que je succombai à une nouvelle crise. Jester … Les tremblements se firent plus forts, plus douloureux. J’en tombai, me retrouvant à genoux. Oui, ici, il y avait quelqu’un … Une personne étrange, qui était apparue de nulle part et qui pleurait … Plutôt étrange, n’est-ce pas ? Pauvre chat … Pauvre petit … chat

Je hurlai. À m’en déchirer les cordes vocales. Je hurlai son nom, entre deux cris de douleur. J’étais vide. J’étais détruite. Comme la fontaine. Voire encore plus. Mes mains se posèrent contre la terre, mes doigts allant la creuser comme pour serrer une matière inexistante. Jester. Jester. Jester. Jester …

    « … JESTEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEER !! »


Nouvel hurlement … Et ma tête s’abaissa. Je me mordis les lèvres à sang, ne prenant même pas la peine de transformer l’hémoglobine en chocolat. Je saignai. Cette désagréable texture, ce goût horrible, la douleur que cela me procurait … Toutes ces choses me rappelaient à quel point j’étais vivante. À quel point j’étais seule. À quel point j’allais mal. Mais aussi à quel point je me laissais ronger par cette douleur. Je ne voulais pas aller mieux, était-ce un réel problème ? Pour moi, oui … Mais … pour les autres, non. Ce n’était rien. J’étais fautive, après tout. Je m’étais attachée à lui. Idiote.

When you’re gone …
The pieces of my heart are missing you …

Je n’avais plus qu’un choix : souffrir en silence. J’étais condamnée à avoir mal. Éternellement. Jusqu’à ce que l’on se décide à abréger mes souffrances. Mais qui le ferait ? Qui m’aiderait ? Voulais-je de l’aide ? Réellement ? Je ne savais plus rien. Et mes repères s’envolaient doucement, emportés par le vent. Oh que j’avais mal … Je ne faisais même plus attention à ce pauvre être. Mes larmes me submergeaient encore et encore, je ne trouvais de refuge que dans la douleur que me procuraient mes morsures. Elles étaient seules maîtresses de mon corps. Avoir mal me calmait. Avoir mal ne m’importait que très peu. J’étais, de toute façon, déjà très bas dans l’échelle de bonheur. J’avais creusé le fond pour tomber un peu plus.

Mais ce chat … Pauvre chat. Pauvre de lui. Tomber sur … moi. Je me calmai doucement, mes tremblements s’arrêtant avec une lenteur presque sadique. Toujours sensible, je gardai la tête penchée vers le bas, ne faisant qu’entrouvrir les lèvres pour ne pas éclater en sanglots en plein milieu de ma réplique.

    « Je … je suis … désolée … Je suis Candy … et désolée de cette étrange scène que tu viens de … de voir … »


Entrecoupées de sanglots, mes paroles ne ressemblaient à rien. Mais mon image n’était qu’un détail. J’avais mal. Et je voulais hurler à m’en égosiller pour expier. Le pourrais-je seulement ? Et lui, au final … Qui était-il … ?

HRP’~ :
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: ~Oh it's so cold and shivery outside my cocoon~ [ PV Candy ]   Dim 11 Déc - 9:34

Quelqu'un, quelque chose, un être, une ombre, une force surnaturel ou bien naturel était là, Ritsuka en était à présent sur.. Tout avait changé, la fontaine, ancienne havre de paix était devenu montagne de ruine, l'eau était devenue croupi puis peu à peu c'était écoulé à travers de nombreuses fissures, la vasque avait vieilli de plusieurs centenaires en quelques secondes, s'effritant, s'écroulant ne pouvait plus jouer son rôle de gardienne des eaux. Tout avait changé, l'atmosphère était devenue bien sombre et funeste.. Comme si un fantôme tourmenté avait fait sombrer le calme de ce lieu.. Un fantôme qui aurait perdu quelque chose, quelqu'un...

Le félidé était au milieu de tout ça, derrière ce qui lui servait anciennement d'abris aux regards des autres, de l'autre plus précisément.. Car désormais il la voyait, la jeune demoiselle qui avait créé toute cette agitation, comment douceur comme elle avait pu bousculer tous les horizons. Il voulut faire un pas, lui demander, mais... Une larme, puis deux, coulèrent,suivit d'un infini. Mais quelle couleur étrange, quelle douce candeur s'échapper de ses yeux ? Du chocolat, lui semblait-il..

A présent à genoux, elle hurlait. Le chaton était abasourdi, incapable de faire quoi que ce soit, toujours dans cette amas de débris sans nom. Il la voyait se briser de l'intérieur, planter ses dents dans sa chair, mais que pouvait-il faire ? Il ne savait rien d'elle. Alors, il restait planter là, comme une bête plante enraciner impossible d'aider quiconque. Mais réveille toi le chat ! Cours vers cette douce fleur, prend la dans tes bras ! Cours, vole à son secours. Ne reconnais tu donc plus le désespoir lorsque tu le vois ? Es-tu devenu si égoïste ? Chut, tais toi, ferme la ! Regarde ce sang, regarde la dépérir devant tes petits yeux de biche, lève-toi et marche ! Impossible.. Elle est trop... Réelle, trop vrai, trop triste...

La destructrice ouvrit doucement la bouche. Elle l'avait dit, son nom. Candy. Elle était pourtant à l'antipode de la douceur.Acet instant Candy était plutôt Misery... Mais ne jouons pas sur les mots. Elle avait osé parlait malgré tout le mal qu'elle semblait avoir. Il fallait agir, répondre, la prendre par la main et lui dire..

« Je suis là.. »

Les mots étaient sortis tout seul, comme une évidence, comme s'il ne pouvait s'empêcher d'aider cette Candy, cette fille qui, jadis, devait être douceur. Que lui était-il arrivé ? Une catastrophe, surement. Il voulait savoir, tout, tout ce qu'il était possible de demander, il voulait. C'était dans sa nature d'aider les gens, du moins lorsque vivant il était encore.
Après avoir dit ces quelques mots, il était sorti du champ de bataille qu'était la fontaine, avait avancé vers elle et c'était agenouillé à son tour quelques mètres avant elle, pour pouvoir mieux la voir, observer ses réactions, ses expressions.

« Je suis Ritsuke Aoyagi, Un hybride. Je sais qu'on ne s'est jamais rencontré, que rien ne nous lie, que mon avis te laissera peut être indifférente, que vraisemblablement tu n'as pas l'air de toute tendresse.. »

Hésitation..

« Mais , va savoir pourquoi, j'ai ce besoin de te connaitre, de lier nos âmes.. Alors, même si nous ne somme que d'humbles étrangers l'un envers l'autre, dit le moi. Dit moi ta douleur, exprime ce qui te ronge.. Crie le moi ,même, si seul cela peut t'aider.. »


Un pas, un rapprochement.. Un dernier pas, une collision. Etrange.

« ne me parle pas si tu n'en as pas l'envie, reste juste là et regardes moi fixement, prends moi dans tes bras, giflse moi, rions ensemble, partons loin, voyageons, battons nous.. »

Un geste. Ritsuka avait caressé la lèvre de la jeune fille, là ou le sang, horreur, s'écoulait au goutte à goutte.

« Mais quoi qu'il arrive, je ne te laisserais pas seule dans cet endroit - Il regarda autour d'eux- dans ce qu'il reste de cette fontaine. Tu n'es pas faite pour être si triste, je le sais, je le sens. »

Un sourire.

« Et franchement, avouons le, le rouge n'est pas ta couleur. Toi, tu es marron chocolaté, petite Candy. »
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: ~Oh it's so cold and shivery outside my cocoon~ [ PV Candy ]   

Revenir en haut Aller en bas
 

~Oh it's so cold and shivery outside my cocoon~ [ PV Candy ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
+°°Alice's game°°+ :: Les Archives D'Alice's Game version 1.0 ♥ :: RP.-