FAQFAQ  CalendrierCalendrier  AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Partagez
 

 Love me tender, love me truuuue <3 [Maxxie et Moe]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


Love me tender, love me truuuue <3  [Maxxie et Moe] Empty
MessageSujet: Love me tender, love me truuuue <3 [Maxxie et Moe]   Love me tender, love me truuuue <3  [Maxxie et Moe] HorlogeoLun 25 Juil - 9:42

" ♪ ♫ Hôpital en cavale,Insectes dans la nuit. Viens toucher la lumière.C'est mort mais c'est tant pis ♫ ♪ "

Roule... Roule... Roule encore plus vite...

"♪ ♫ Alice au bout des rêves; Quand fait suinter l'aiguille. Pour un tour aux merveilles Et Dieu, entre tes bras!♫ ♪"

*Dis Max... Il est pas un peu petit ton vélo?*


Max s'en fou, il est sur son tricycle jaune, Daisy posée sur son épaule, la mèche et la langue au vent.

"Taillons la route camarade, le temps nous rattrapera et ne nous laissera pas le choix."

Le prince de la nuit avait trouvé son vélo derrière une poubelle.
Curieusement, il était tombé amoureux de cet affreux deux roues jaune... Pas si curieux que ça en fait ... Il s'était mit à chanter à tue tête au deuxième coup de pédale... Autour de son poignet droit, on aurait put voir, s'il avait roulé moins vite l'imbécile, une ficelle soigneusement nouée, reliée à quelque chose qui rebondissait derrière lui. Il passa en trombe devant un stand de barbe à papa évitant de peu un groupe de Dodo attroupés là... Et soudain, il effectua un sublime dérapage. La chose accrochée à son bras décrivis un magnifique arc de cercle pour venir s'écraser... En plein dans le torse de notre chaotique amis qui bascula dans la poussière.Daisy s'envola elle aussi et atterrit à quelques mètres de là.

*Alors là... Merveilleux...*

*Magique*
*shaaaa~...*

Le jeune homme se redressa d'un bond en essayant de faire comme si de rien n'était. Ce qui était relativement difficile vu qu'il était couvert de poussière et d'un liquide brunâtre... Soudain, une première personne réalisa ce qu'il tenait entre ses bras... Le liquide n'était autre que du sang coagulé et le trophé qu'il brandissait ressemblait comme deux gouttes d'eau à une tête ... Une tête qui avait dut être jolie et blonde par le passé mais qui n'attirait maintenant plus que les mouches. Pourtant son propriétaire ne paraissait pas plus dégouté que ça... Il s'était assis en tailleur au milieu de l'allée et semblait en pleine discution avec l'appendice sectionné:

"Tu comprends, tu étais tellement jolie, mais ton corps prenait vraiment trop de place..."

"..."

"Je sais bien que tu comprends! Allez, fais un bisous à papa!"

"..."

"J'ai dit fais bisous!!!!" Le ton montait lentement...

"..."

" SALE GARCE!!! "

Comme un diable qui sort de sa boite, le cauchemars ambulant se redressa d'un bond et jeta son macabre trophée vers la foule qui s'éparpilla en piaillant. Dans la panique, une mère lâcha même la main de sa charmante progéniture... Une petite blonde...

"ENCORE??? ça devient ridicule les enfants!!"
"On en voit partout en ce moment..."
"Mais peut être que c'est elle !"
"Je ne crois pas... Elle est bien trop jeune..."
"Shaaaaa~..."
"Alors toi tu sers vraiment à rien ..."
"Excusez moi..."
"Mais c'est faux il à une utilité..."
"EXCUSEZ MOI MAIS ELLE TOUCHE DAISY!!!"

Les gens assistaient attéré à ce monologue... Maxxie changeait d'intonation à chaque réplique comme s'il jouait une pièce de théâtre... La vérité était bien plus terrible que ça ... On peut dire que le jeune homme n'était pas seul dans sa tête... Les psychiatres qui s'étaient penchés sur son cas avaient recensé 6 personnalités bien distincte et une septième qui ne se manifestait jamais ... Et il arrivait parfois qu'ils entrent en conflit... Tous les sujets étaient bon mais il en était un sur lequel ils étaient tous d accord. Personne ne touchait à Daisy! Jamais au grand jamais! Et cette petite peste était en train de poser ses doigts crasseux sur le manche lustré de sa belle amie. D'un bond il fut sur l'enfant, lui le fou, le mauvais, le gentil psychopathe... Tous unis dans la même volonté. Pareil à des serres, les doigts de Max s'enroulèrent autour de la gorge de la blondinette et la soulevèrent sans effort. Des larmes commençaient déjà à perler sur ses joues rosées:

"Tu as peur des cauchemars petite?"

La délicieuse créature couina au lieu de répondre... Quelle imbécile... Incapable de contrôler ses émotions. La secouant comme si elle était poupée de chiffon, Maxximilien se tourna vers son "public":

"Allons, on chante avec moi!♫ Nightmare, nightmare, wanna see the nightmare...♫"

Un silence oppressant lui répondit. Mais déjà il ne regardait plus la peuplade, un sourire extatique sur son visage. sa main devenait blanche... Pas un peu plus pâle, non, carrément blanche. Comme si elle se recouvrait de farine petit à petit. Arrivée au coude, la coloration cessa. Mais personne ne s'en rendit compte. Non, tout le monde était concentré sur les hurlements affreux que poussait l'enfant. Presque inhumain. Une odeur encore plus ignoble s'élevait maintenant dans l'air sucré, couvrant presque celle des pomme d'amour... La peau de la blondinette se nécrosait lentement là où la main de Max la tenait. Et puis soudain... Elle se décrocha... Pas la main hein? la tête ... Plus un son plus un frémissement... Tous observaient et personne n’intervenait... Il proféra alors d'un ton de docteur:

"Hélas madame... Je crois que votre fille à perdu la tête... Je ne peux plus rien pour elle"
et il éclata d'un rire terrifiant.


Maxxie jeta négligemment la tête et tourna les talons en ramassant Daisy... Il attrapa une pomme d'amour au passage et s'éloigna en la dégustant avec plaisir.

"Maintenant il faut trouver un chaaaaa~..."

Un pierre l'atteignit derrière la tête faisant gicler un peu de sang... Sans même se retourner, le psychopathe, courageux mais pas téméraire se mit à courir comme un dératé, abandonnant le tricycle... Il fut toucher par une multitude de pierre mais son rire semblait ne jamais vouloir s'éteindre. Il disparut finalement de la vue de ses poursuivants et finis par trouver refuge dans le train fantôme juste après l'entrée... Il riait encore de sa "bonne blague"... Se roulant en boule dans ce qui semblait être un cercueil, sans même se soucier du sang qui coulait de ses plaies, il s'endormit comme un bien-heureux.
Revenir en haut Aller en bas
Goldilocks Moe
Admin
Admin
Goldilocks Moe

Féminin Age : 28

Carte du Joueur
◊ Power: Passe-muraille/télékinésie
◊ Orientation Sexuelle: Hétérosexuelle
Your Relationships:

Love me tender, love me truuuue <3  [Maxxie et Moe] Empty
MessageSujet: Re: Love me tender, love me truuuue <3 [Maxxie et Moe]   Love me tender, love me truuuue <3  [Maxxie et Moe] HorlogeoMar 26 Juil - 1:47


Love me tender, love me truuuue <3  [Maxxie et Moe] Moeu
    « Wonderland, mon pays aux milles et une merveilles, surtout une. Je me rappellerais de ton visage jeune prince, comme je me rappellerais de nos baisers. Le passage désinvolte de tes mains, la chaleur de tes soupires, la froideur de ta folie. Ce n'est pas le calme que je veux, j'aimais nos explosions... Mon passé est un trésor. Tu n'es que souvenir pour mon cœur qui s'essouffle, j'ai encore perdu ma moitié, aimer de nouveau serait courir à ma souffrance. Oui j'ai perdu mon amour à nouveau, prince charmant aux cheveux d'or. Alors j'ai jurer, j'ai pleurer, mais j'ai promis de ne plus jamais m'égarer. Enterrée dans les souvenirs de mes amours passé, je reste coincé dans les profondeurs de vos sourires... Mon toit est un havre de paix, et ma mémoire ma liberté, laissez-moi oublier pour mieux avancer... »

Je ne serais vous dire depuis combien de temps notre douce princesse aux boucles d'or foule de ses vernis rouge le sol de cet étrange univers. Je ne serais vous dire le nombre de personnes qu'elle a connu, ceux qu'ils ne sont que passé et ceux qui cherche encore à voir renaitre son sourire angélique. Cachée dans les profondeurs de la forêt, blottit dans la chaleur de son chalet, la poupée s'amuse solitaire et lascive. Les jours se suivent, se ressemblent, s'échangent, elle en perdrait la notion du temps, elle en perdrait la raison. Comme une boucle inlassable, elle voudrait en voir la fin pour tout oublier... voilà qu'elle ne connait même plus leur noms, voilà qu'elle ne se rappelle plus de leur visage. Souvenirs vaporeux qui lentement laisse sur son visage d'ange un sourire aussi triste que ses yeux. Étendues violacées, turquoise qui ne possèdent plus aucun diamants de l'innocence. L'illusion de son passé, Momoe souffre de son passé, elle est malade de solitude.

Aujourd'hui: Une journée comme une autre, le soleil rieur était venu lentement caresser son visage endormie. Dans un soupire, gémissement endormie, la demoiselle avait sortie son adorable tête blonde des draps. S'étirant de tout son long, elle n'avait pas retenu la couverture qui chuta sur le coté avant d'accueillir ses petits pieds hésitant. C'était le genre de chose qui pouvait la faire sourire, sentir la peluche de son duvet venir chatouiller sa peau. Ses lèvres roses de songes s'entrouvrirent lentement pour faire naitre ce premier brin de bonheur quotidien, elle s'abaissa et remit la couverture en place. Et la journée se continua ainsi, faite de banalité amusante et simple, un peu de lait pour le chaton, un sourire aux oiseaux, une tasse de thé avant de manger à midi, une heure de lecture avant de se mettre à la couture, la broderie et enfin elle regarda le chevalet de bois, dont les années avaient coloré d'arc-en-ciel les pieds après ses multiples utilisations.

Le soleil n'était pas vraiment au rendez-vous, il faut l'avouer. Mais la journée semblait des plus belles, alors douce innocence qui se décide, la poupée enfila sa robe blanche au rubans rouge, déposant un cache-épaule de poils blanc comme la neige, dont la capuche démesurée pourrait couvrir ses boucles en cas d'averses soudaine. Sac sur le dos, chevalet à la taille et imagination débordante plein la tête, Moe partit pour le parc d'attraction. Voir des éclats de rire, voir des enfants heureux, des visage radieux... Mais ce fut une foule en panique qui passa devant elle.

    « Mes grands yeux encore rêveurs de ce que je pourrais bien dessiner la-bas se retrouvèrent sur le visage d'une femme maculé d'un liquide brun et puant. Je ne compris pas vraiment sur le coup ce qu'il venait de se passer sous mes yeux, mais les hurlements d'une foule aux abois, apeurée et paniquée, cela je ne pouvais pas l'oublier, c'était comme avant. Avant lorsque j'avais les yeux fermé, mon passé d'avant Wonderland. Mon corps se crispa littéralement, tendue comme un arc, raide et immobile je vis la foule dispaitre loin de moi, mon cœur battant le rythme de la cavale alors que je n'avais plus fais un pas. Ce ne fut que le silence, le vide d'un parc d'attraction abandonné. Mes bras se détendirent et le sac tomba à mes pieds, que se passait-il? »
Le nuage de ses galopants affolés s'estompa lentement pour laisser un champs libre et vide. Laissant ses affaires à l'entrée la demoiselle s'aventura dans l'antre de la panique, regardant de ses yeux soudainement beaucoup plus intéressée et hésitant, les moindres recoins. Elle vit alors le cadavre, elle sentit la chair en putréfaction qui continuer de se nécroser devant ses yeux, avant de ne devenir qu'une flaque. D'un pas de recul, la nausée sous l'odeur, la demoiselle fit demi-tour et c'est ainsi qu'elle tomba devant l'endormi. C'était un jeune homme, prince aux cheveux d'or, endormie en boule dans une sorte de tombeau. Un sourire tendre naquit à ses lèvres sous la pluie de question qui venait de naitre dans son esprit. Que faisait-il ici endormie si paisiblement? Pourquoi avait-il l'air si heureux? Pourquoi son visage était si calme? Pourquoi ses traces sur son corps? Pourquoi... Doucement la petite princesse laissa tomber une boucle d'or sur son visage, d'un geste hésitant elle la repoussa honteuse de s'être pencher à ce point au dessus de lui pour admirer la longueur de ses cils. Mais sa main était proche, alors lentement elle lui caressa le visage chuchotant en souriant, accoudée au rebords de son lit de fortune:

Se ne peut être toi qui fait fuir tout ses pauvre gens... tu es si beau endormi...


A ses mots, elle se pencha d'avantage, laissant glisser d'autres boucles sur son corps pour venir embrasser son front doucement...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


Love me tender, love me truuuue <3  [Maxxie et Moe] Empty
MessageSujet: Re: Love me tender, love me truuuue <3 [Maxxie et Moe]   Love me tender, love me truuuue <3  [Maxxie et Moe] HorlogeoMar 26 Juil - 3:58

Pourquoi mentir... Maxximilien s'était éveillé dés que le doux parfum de l'inconnue avait titillé son nez. Gardant les yeux obstinément clos, il avait préféré savourer cette présence inattendue à ses cotés. Pas de coups, pas d'insultes ni de reproches... Quelle étrange personne pouvait se tenir à cotés de lui sans vouloir fuir à tout prix. Perdu dans ses considérations hautement intellectuelles, il se laissait bercer par le son de la voix de l'ange et par les douces caresses qu'elle faisait pleuvoir sur lui... Prendre ce qu'on donne même par erreur. Notre jeune chaotique amis n'était pas coutumier des gestes tendres... Il assouvissait ses pulsions primaires de manière bien souvent violente avec ou sans le consentement de sa proie... De toute manière dans un cas sur deux, elle mourrait à la fin.

*Dégage... Fuis petite perle tant qu'il est encore temps... Tant qu'il ne te trouve pas à son goût...*

Mais déjà, Max s'était rendue compte d'une chose... Une chose unique ... Inédite. Immédiatement, ses paupières s'ouvrirent et cherchèrent les yeux de cette personne qui parvenait à le toucher... A l'embrasser ... Une blonde... Encore... Maxxie se prépara à subir l'assaut des autres et de leurs discours ridicule mais ils se tinrent tranquille... Pour une fois... Instinctivement, il passa sa langue bifide sur ses lèvres un peu pâles et inspira profondément. Il les sentait... Ses doigts sur sa joue... Ses lèvres... Il les avait senties... C'était une chose absolument nouvelle pour ce carnassier solitaire... La majeure partie de son corps était absolument insensible... Pourtant elle... Il la sentait... Elle était unique!:

*Elle me plait bien cette souris!*
"Va t'en."

Penchée en avant, elle dévoilait sans pudeur ses rondeurs appétissantes si bien que malgré son ordre, Maxxie ne put s’empêcher de caresser le cou et la gorge offerte de son ange du bout du doigt, comme il l'aurait fait avec une statue fragile.

"Petite souris... Tu n'as pas vu les gens? tu ne devrais pas remonter le courant juste pour essayer d'être différente. C'est trés bien d'être comme les autres! Les chats sont tous pareil et ils le vivent bien je crois!"

Se tortillant de manière assez ridicule, le jeune homme se redressa en évitant tout contact avec la peau d'albâtre de son inconnue...

*Ton inconnue? C'est presque mignon!*
*Ils sont où les autres?*
*Chais pas... Ils aiment pas présence je crois... Laisse moi la voir!*

Il attrapa Daisy d'un main ferme et la fit voltiger autour de lui comme une canne... Ses muscles étaient douloureux et sa tête lui faisait un mal de chien mais il ne l'aurait montrer pour rien au monde... Il faisait face à la petite princesse dansant d'un pieds sur l'autre.

"Ta lumière me fait mal aux yeux..."

Au moment de tourner les talons et de retourner dans son obscurité, il capta du coin de l'oeil un mouvement dans les airs et n'eut que le temps de ce retourner pour renvoyer la pierre lancée vers lui de nouveau ... Un immense sourire étirait maintenant ses lèvres... il se balançait de gauche à droite en observant l'auteur de ce méfait... Un homme ... Banal, une quarantaine d'année, le type même de personne qui s'imagine pouvoir devenir un héros pour changer sa petite vie pourrie...

"Je demande un vote! On le tue?"
"shaaa~..."
"Ce n'est certes pas la méthode la plus diplomatique, mais il est vrai que son manque de tact est encore plus dramatique que la stupidité de numéro 6"
"Je refuse! c'est barbare et inutile... Il a juste peur le pauvre petit!"
"On le bute! Sinon j'vous frappe!"
"Numéro 2 à les arguments les plus intéressants!"

Le balancement s'était amplifié au fur et à mesure de la discutions. Maxxie éclata soudainement de rire, tellement fort qu'il faillit s'étouffer. Ses doigts étaient crispés sur la batte de baseball.

"♪ S'ils te font de la peine je les tuerais sans gène! ♪"

Et encore ce sourire encore plus immense. Un dernier regard vers la lumière qui aurait peut être put l’apaiser un peu plus longtemps...

"Dégage petite souris... Je risquerais de te tuer par erreur... Tu sais ce que c'est ... Enfin non... Shishishi~...."

D'un bond il fut devant le pauvre homme, Daisy tournoyant au dessus de sa tête... Il porta trois coups à la manière d'un escrimeur... Estomac, épaule et poitrine. Le malchanceux s'effondra sans même comprendre ce qui lui arrivait. Maxxie prit le temps d'allumer une cigarette avant d'aller s'assoir sur le ventre de sa proie , les pieds plantés de chaque cotés de sa tête le bout de sa batte posée sur le front du pauvre être tremblant et gémissant. Il souffla sa fumée verte dans le visage de l'homme et se pencha jusqu'à ce que son nez effleure le sien.

"Je suis sûr que tu connais une chanson amusante... Moi j'en connais une!! écoute: ♫ ♪ Toudoudoudoutoudoudoudoudoudou, I'm Singin'in the rain, just Singin'in the rain, ♪ What a glorious feeling , I'm happy again. I'm laughing at clouds ~... ♪ ♫"

Et voilà qu'il se mettait à chanter cette vieille chanson de comédie musicale... Et voilà qu'il se mettait à battre la mesure... Sur le front de sa victime, frappant avec force le visage du bout de sa batte. Le sang se mit rapidement à gicler, éclaboussant les joues, les lèvres et le toute la face déformée par une joie sadique du jeune prince. Il continuait de chanter à tue tête sans parvenir à couvrir les hurlements de son jouet... Bientôt la mort allait de nouveau frapper...

*C'est sans importance... C'est amusant...*
Revenir en haut Aller en bas
Goldilocks Moe
Admin
Admin
Goldilocks Moe

Féminin Age : 28

Carte du Joueur
◊ Power: Passe-muraille/télékinésie
◊ Orientation Sexuelle: Hétérosexuelle
Your Relationships:

Love me tender, love me truuuue <3  [Maxxie et Moe] Empty
MessageSujet: Re: Love me tender, love me truuuue <3 [Maxxie et Moe]   Love me tender, love me truuuue <3  [Maxxie et Moe] HorlogeoMer 27 Juil - 8:45



Love me tender, love me truuuue <3  [Maxxie et Moe] Moemax01

Prince assoupie, beauté éphémère, endormie, enfantine qui s'éveille sous la lumière d'un ciel voilé d'inconnue. Innocence inavouée du mensonge putride, le jeune homme était aussi beau que l'aurore, aussi calme qu'une caresse. Ses cheveux en émois, couvrant légèrement les traits de son visage tellement beau qu'il aurait pu en rendre jaloux les anges. Comment pourriez-vous résister à l'envie de l'effleurer, ne serait-ce que pour savoir s'il est pas chimère, mais bien réalité.

Douce demoiselle aux yeux couverts d'illusion, tu te dénudes sous tes envies. Ta main délicate et raffinée qui caresse avec impudence ce visage endormi. Se réveillera-t-il? Alors que tu te perds dans l'admiration secrète de cet être étrange, il s'éveille lentement, tu ne peux voir ses yeux, miroir d'une âme, d'un esprit incongru. Silencieuse à tes gestes maladroits, voilà que le prince ouvre les yeux lentement, sa langue sifflante, suintante d'indécence se glisse sur ses lèvres blêmes. Tu ne bouges plus, prisonnière de son sourire, de son souffle. Dans un soupire, tu te crispes respirant son odeur, sa caresse délicate. Ses doigts glisse sur ton cou laiteux, avec lenteur et nonchalance, t'offrant ainsi le frisson unique de l'indécence. « Va-t'en » Sa voix était une mélodie, un mélange cinglant d'arrogance et de fermeté hésitante. Pourquoi dire-cela alors que ses mains dansent encore sur ta peau de poupée.

« Petite souris... Tu n'as pas vu les gens? tu ne devrais pas remonter le courant juste pour essayer d'être différente. C'est très bien d'être comme les autres! Les chats sont tous pareil et ils le vivent bien je crois! » Voilà une bien étrange discussion. Ne comprenant pas vraiment ce que son étrange compagnon voulait lui dire, elle ouvrit d'avantage les yeux, ses joues s'empourprant légèrement, honteuse de ne pouvoir répondre, elle finit même par reculer son corps entier. Serpentant, se dandinant presque il finit par se retrouver debout devant elle, fier et droit. Notre poupée toujours immobile se contenta de le regarder, attendant sagement de comprendre, ou de savoir la suite de je ne sais qu'elle histoire. Oui elle n'y comprenait pas grand chose et les choses ne s'arrangeront pas de si tôt. Jouant les danseur de cabaret, batte de bois entre les doigts tournoyant autour de lui, elle sentit qu'une chose avait changé dans son murmure. « Ta lumière me fait mal aux yeux... » De quoi parlait-il? Pourquoi partait-il ainsi? Avait-elle fait une bêtise? Commis un crime? Abasourdie, ébahie, elle resta ainsi immobile.


Geste rapide, efficace et sans bavure, la pierre qui lui était lancée au visage vola dans un éclat de bois. Momoe sursauta de surprise et se recula, cachant légèrement son visage. C'était un des hommes qu'elle avait croisée à l'entrée, un de ceux qui voulait faire la sécurité, criant aux gens d'avancer sans paniquer vers les sorties, alors que les enfants se perdaient sous les sabots des affolés, et que les corps s'entassait sous leur pieds. Un homme inutile. La demoiselle ne savait pas vraiment ce qu'il venait faire, mais en regardant la pierre, le constat fut simple: ce n'est pas avec une pierre qu'il aurait pu combattre le jeune endormie. Alors dans un soupire, elle regarda la scène. Que voulait-il? Jouer les sauveurs sans doute. Mais pourquoi? Pour qui? Aller savoir...


Le balancement de son corps, son rire, sa chanson. Il n'était que démence, souvenir de son passé, elle n'avait jamais vraiment eu peur de ce genre de chose. « Dégage petite souris... Je risquerais de te tuer par erreur... Tu sais ce que c'est ... Enfin non... Shishishi~....» Fuir ? Mais pour aller où?Après tout il lui suffirait de disparaître en " fumée ". Les coups étaient précis, puissants et perfides, il venait en trois point, de faire perdre tout repère à cet étrange petit homme. Les coups se succédèrent avec violence et jeu. Le plaisir était lisible sur les traits si calme, il a encore quelques minutes, du bel endormi. Désormais il était proche, très proche, trop proche des lèvres de sa victimes riant, sifflant, déglutissant sa démence, sur ce pauvre homme, marmonnant des propos toujours si étrange. « Je suis sûr que tu connais une chanson amusante... Moi j'en connais une!! écoute: ♫ ♪ Toudoudoudoutoudoudoudoudoudou, I'm Singin'in the rain, just Singin'in the rain, ♪ What a glorious feeling , I'm happy again. I'm laughing at clouds ~... ♪ ♫» Mélodie d'euphorie qui s'élève lentement alors que sur ce corps meurtrie s'abat toujours plus fort la sentence inconvenante de la démence. Que devait-elle faire? L'aider? L'arrêter? Attendre qu'il l'achève pour que se calme l'élan hystérique de son plaisir?

Son corps tremblait, petite être fragile qui ne pouvait supporter les craquements incessants de la boite crânienne du martyre. Dans un gémissement plaintif, la demoiselle aux yeux voilés se redressa, elle avança avec hésitation, palpitation de son cœur anxieux vers la main du bourreau. L'attraper? L'arrêter? Défendre le lanceur de pierre? Que faire? D'un geste saccadé, entre coupé d'inquiétude, elle déposa sa main tremblante sur celle qui tenait La beauté boisé ensanglantée. Doucement elle la fit descendre puis s'arrêter contre le sol, puis elle releva les yeux vers son visage maculer de pourpre. Ses grands yeux suppliant, larmoyant désormais et sa bouche humide, elle chuchota, butant même sur les syllabes:

A-arrêtez... s'il vous plait.... vous.. ne voulez pas venir jouer avec moi plutôt...

A ses mots, elle esquissa un sourire tendre, mais triste et détacha l'arme en bois pour la déposer contre la jambe du jeune homme, elle savait qu'elle lui était précieuse, comme un trésor, une chose précieuse pour nous qui n'a pas forcément de valeur pour les autres. Alors elle ne devait pas lui enlever complètement, simplement la déplacer. Gardant son sourire devenu un peu plus tendre, elle entremêla ses doigts à cette main désormais libre et déposa ses yeux dessus. Un léger rire filtra ses lèvres, elle releva les yeux un instant vers lui en souriant, puis vint caresser de son autre main, du bout du doigts, la longueur de chacun de ses doigts, avant de la porter à ses lèvres toujours tremblante, pour y déposer des baisers léger, tel une caresses de papillons. Quand finit ce parcours délicat aux creux de sa main, celle-ci venant ainsi enrober sa joue rosée. Et fermant les yeux, elle rajouta, un peu plus sereine:

S'il vous plait... Dire que je ne connais même pas votre nom...

Lentement elle retira ses mains pour, remontant ses yeux doux et chaleureux pour l'admirer, attendant sa réponse, ou un geste après cela...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


Love me tender, love me truuuue <3  [Maxxie et Moe] Empty
MessageSujet: Re: Love me tender, love me truuuue <3 [Maxxie et Moe]   Love me tender, love me truuuue <3  [Maxxie et Moe] HorlogeoMer 27 Juil - 9:52

Maxximilien, Maximus, Maximum, Maxxie... Petite chose incohérente perdue dans un monde sans merci... Graine de folie qu'on a laissé pousser n'importe comment... Qui ignore tout des vrais sentiments qui unissent les hommes... Et qui s'en moque. Existait-il plus solitaire que lui ? Au final je ne crois pas qu'il s'en moquait autant qu'il le montrait. Ses multiples personnalités l’empêchaient juste de rester trop longtemps sur les mêmes détresses. Parfois il se réveillait la nuit, prenant conscience de la tournure de sa vie... Du grand vide de son cœur et de son existence. De son absence aux yeux des autres... Alors qu'il observait un vol d'oiseaux étranges, une certaine mélancolie lui étreignait le cœur. Pour la première fois depuis qu'il avait appris à se souvenir, il se sentait seul. Daisy était là, posée à ses cotés, comme toujours. Mais elle n'était capable de rien... D'aucune réponses à ses suppliques muettes... La demoiselle qui lui faisait face elle... Elle aurait put comprendre. Elle aurait put écouter. Mais il avait vu le mouvement de recul quand l'autre avait parlé. Il avait sentit sa crainte et ses interrogations. Il tentait de reprendre le contrôle. Mais rien n'y faisait... La désagréable sensation d'avoir un cœur persistait ...

"C'est tout ce qu'il y a au bout?"

Car il était bien arrivé au fin fond de ce qu'il pouvait atteindre. Il s'était attendu à une cascade silencieuse dont les eaux se seraient perdues dans le néant.Peut être était ce pour ça qu'il se sentait si déçu de ce lieu qu'on disait pourtant enchanteur. Le bout de la folie... La où le monde s’arrêtait... Tout simplement. Comme une part de gâteau qu'on aurait tranché... Le ciel continuait à perte de vue. Le sol rougit de sang et le silence... Ce silence si apaisant. Pouf! Un arrière goût amer emplissait la bouche du prince sans royaume... Un plis tout aussi amer déformait ses lèvres. Il lui semblait sentir la puanteur du monde a travers le parfum délicat de l'inconnue. Elle... Si douce... Si sucrée... Lentement, comme s'il avait peur de briser l'instant qui se déroulait, l'enfant maudit releva les yeux dissimulé derrière le rideaux salvateur de ses cheveux. Oscillant de gauche à droite comme un cobra devant sa proie, Maxxie observait la belle sans comprendre.


A-arrêtez... s'il vous plait.... vous.. ne voulez pas venir jouer avec moi plutôt...

Elle souriait cette fleur fragile, elle lui souriait à lui, lui qui n'était rien, lui qui n'avait rien et n'avait jamais rien désiré. Elle le regardait avec les yeux pleins d'un sentiment qu'il n'avait jamais vu. Il connaissait la terreur et la pitié. Mais elle, elle le regardait comme s'il était ... Important. En une seconde, il oublia ce qu'il était en train de faire, prisonnier des deux pierre précieuses nichées au creux de ce visage si familier. De long tremblement agitaient son corps meurtrie. Il suivait chaque mouvement gracieux de la fée avec inquiétude et tension. Quand ses lèvres, doux pétales, se posèrent sur sa peau il ne put empêcher ses reins de se cambrer ni sa gorge d'émettre un:

"Shaaaa~..."

Absolument extatique. Lentement, tellement lentement, il tendit sa main maculée de sang et effleura ces lèvres qui souriaient toujours. Sur la peau nacrée, il laissa une trace rougeâtre qui le fit sourire. Qu'elle était belle ainsi maquillée, semblable à une antique déesse romaine. Irrésistiblement attiré, Maxxie penchait en avant, encore appuyé sur Daisy.

Mais en un instant, quelque chose bascula, les petits doigts légers, légers comme du duvet retirèrent de sa main le contact rassurant de sa belle amie. Mais, aussi étrange que cela puisse paraître, il ne se passa rien. Absolument rien. La colère qui se déversait habituelle dans les veines de Max n'apparut pas. Il sentait le bois polis contre sa cuisse et le contact de la belle contre sa joue. Était il possible qu'elle soit vraiment unique. Il était évident que non.

"Elle n'est pas réelle!"
" C'est bien ce que je pense aussi!"
"Shaaa~..."

L'enfant obscur bascula en arrière et recula jusqu'à pouvoir s'adosser contre la palissade. La tête entre les mains, se balançant d'avant en arrière, il partait dans un monde que seul lui semblait pouvoir comprendre. Inconscient des alentours, incapable de supporter toutes les possibilités son cerveau s'était mit sur 'off'.

"Je vous dis qu'elle est réelle bande d'abrutis!"
"Quelle personne saine d'esprit pourrait vouloir jouer avec toi!"
"J'ai faim!"
"Il faut partir avant de lui faire du mal!"
"Moi j'aimerai bien lui faire du mal pour qu'elle crie!"
"Ya d'autre moyen de la faire crier!"
"Je voudrais la manger moi!"
"Pour une fois je suis d'accord avec numéro 6! Allons manger et oublions ça!"
"Tout pareil!"
"Vous faites chier ! Je veux une pèche!"
"Elle voudra peut être venir avec nous! On pourra voir si elle est vrai!"
"Il faut qu'on lui demande sans qu'elle s'en doute!"
"Vas y toi!"
"Nan...J'ai peur!"
"C'est bon j'y vais!"

Et soudain, il se remit debout, époussetant ses habits, rangeant Daisy dans son étuis, il attrapa la main de la jeune femme et l'entraina d'office dans une course effrénée à travers la fête foraine. Il prit quand même le temps de lui crier:

"Moi c'est Maxxie! Et toi petite souris?"

Sans même attendre la réponse il s'était engouffré dans un des paniers de la grande roue. Avec tellement de vigueur qu'il s’assomma contre la barre centrale et chuta lourdement sur le sol. Au lieu de se relever, il resta allonger là a faire le mort en poussant de pitoyable gémissement:

"Un baiseeeer pitiéééééé un baaaaiseeeer de la princesse pour survivreeeeuuuuuuh!"
Revenir en haut Aller en bas
Goldilocks Moe
Admin
Admin
Goldilocks Moe

Féminin Age : 28

Carte du Joueur
◊ Power: Passe-muraille/télékinésie
◊ Orientation Sexuelle: Hétérosexuelle
Your Relationships:

Love me tender, love me truuuue <3  [Maxxie et Moe] Empty
MessageSujet: Re: Love me tender, love me truuuue <3 [Maxxie et Moe]   Love me tender, love me truuuue <3  [Maxxie et Moe] HorlogeoMer 17 Aoû - 6:10



Love me tender, love me truuuue <3  [Maxxie et Moe] Moemax10

Pourquoi? Cette question était sans doute présente ici-bas. Pourquoi restait-elle prés de lui? Pourquoi n'avait-elle pas peur de ses mains maculés de folies? Pourquoi voulait-elle l'amener avec elle? Pourquoi... Des questions, aucune réponse qui soit réellement utile. Les choses étaient ainsi. Notre douce poupée ne pouvait plus reculer, Notre poupée ne voulait pas reculer. Proche de son vice, démence euphorique et violente, elle avait réussi en un baiser à décrocher une réaction, une étrange certes, mais une réaction tout de même. Le « Shaaaa » qu'il poussa la fit sourire, elle ne comprenait pas vraiment ce qu'il pouvait représenter mais lorsqu'il caressa lentement ses lèvres, elle rougit. Que le temps s'arrêtent s'il veut admirer, qu'il se cache s'il est outré et qu'il savoure comme elle pouvait le faire, la beauté de cet instant...

Les doigts filiformes de son prince vagabond vinrent se poser sur la chair pulpeuse et rosée de son visage, elle en frissonna. Caressant les lignes de ses lèvres, il maquilla son sourire pour son plus grand plaisir. Oui le jeune homme semblait heureux, fier de ce résultat insolite. Penché en avant, rapprochant leur visage, s'appuyant sur son arme de bois, il semblait vouloir quelques chose. Mais ce contact envoutant cessa en un instant, lorsque la batte quitta ses doigts. Momoe ne quittant pas son visage des yeux, l'écouta sagement bien qu'elle ne comprenne pas. « Elle n'est pas réelle » devait-elle crier pour prouver son existence? « c'est bien ce que je pense aussi » à quoi pensait-il? Est-ce l'un de ses instants ou l'on se questionne personnellement? N'est-ce-pas le genre de choses qui se font en silence pour ne pas paraître fou? Est-ce vraiment important là ou nous somme désormais? « Shaaaa » Encore cet étrange gémissement, sifflement perfide et perturbant. Immobile, égarée, surprise et sage, la poupée ne fit qu'un léger mouvement de tête.

Le corps longiligne du prince se recula et il se posa dans un balancement toujours si étrange contre le premier appuie qu'il trouva. Commençant, je ne sais quel monologue, sans nul doute très personnel et important sur l'existence de la douce enfant, le fait de manger, de la manger ou non, ou s'il elle devait crier, venir manger... Le conclusion fut qu'elle faisait peur et donc il fallait l'inviter à manger pour s'assurer de son existence sans qu'elle puisse réellement s'en douter... Le spectacle était vraiment unique, elle se retint de rire à plusieurs reprise attendant sagement qu'il finisse et la décision fut prise.. euh.. sans doute.

D'une prestance presque princière il s'approcha et dans un geste rapide et précis il attrapa la main de la jeune fille avant de partir dans la plus rapide et invraisemblable des courses poursuite... sans poursuivants. Dans un souffle et un regard rapide il lui avoua son nom, simple et sans bavure, elle sourit comme hier ou aujourd'hui. C'était un très jolie prénom. Elle n'eut pas le temps de lui répondre qu'elle le vit grimper, enfin s'engouffrer dans la grand roue avant de.. s'assommer ni plus, ni moins. Elle ouvrit grand les yeux, poussant même un petite cri de surprise, d'anxiété face à la gravité de la plaie, mais quand il se mit à gendre pour avoir le baiser d'une princesse, elle comprit qu'il ne devait pas avoir grand chose. Alors elle s'avança lentement, très lentement l'air faussement inquiète et finit par s'accroupir à ses cotés en chuchotant:

Maxxie... Ne mourrez pas s'il vous plait, comment vais-je faire sans vous après?

A ses mots elle se pencha légèrement en avant, sa chevelure d'or et des boucles s'abattit lentement en cascade sur ce corps qui se devait inerte, elle sourit de nouveau et remonta délicatement sa main le long de son torse, effleurant les différents plis de sa veste, lorsqu'elle arriva à son cou, elle le caressa en chuchotant:

Je me prénomme Momoe, juste Une demoiselle aux boucles d'or.


Encore un sourire et elle se pencha d'avantage, ses lèvres touchèrent bientôt les siennes et ses jours s'empourprèrent. A cette distance elle n'avait pas de mal à distinguer son odeur, dangereuse, envoutant, délicieuse. Elle détourna le regard en frémissant allait-elle vraiment l'embrasser? Puis ses lèvres remontèrent le long de son nez, qu'elle parsema de baisers vagabond, jusqu'à son front. Elle y déposa le plus tendre des baiser avant de le blottir contre elle. Espérant que cela serait plus efficace d'un simple baiser de prince (et non de princesse!) puisqu'elle était princesse, logique, non?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


Love me tender, love me truuuue <3  [Maxxie et Moe] Empty
MessageSujet: Re: Love me tender, love me truuuue <3 [Maxxie et Moe]   Love me tender, love me truuuue <3  [Maxxie et Moe] HorlogeoJeu 18 Aoû - 10:30

Un instant suspendu... Suspendu aux lèvres délicates de la princesse de lumière. A ses traits ciselés à la perfection. Et soudain, la douce pénombre de ses cheveux qui s'abattirent tout autour, isolant le mal-partit du reste du monde. Maxxie inspira par petites touches légères, comme s'il avait peur de l'odeur entêtante de sa douce égérie. Une seconde plus tard, il était contre elle, contre sa peau, sa douceur et sa chaleur. Il sentait contre sa joue l'épaule de Momoe... Momoe... Deux petites syllabes délicates qui tordaient les lèvres en un arrondis parfait. Notre triste sire tournait en boucle. Comme un enfant qui aurait eut son plus beau cadeau, il oubliait un instant ses nombreuses natures pour n'être plus que Maxximilien, un gamin un peu paumé qui découvrait les premiers émois devant le corps d'une femme. Il aurait voulut rester comme ça pour toujours, serré contre le cœur de son inconnue.
Le temps avait tendance à passer de manière saugrenue pour ce sombre prince, mais à l'instant, il semblait s'être arrête. Mais évidemment, aucune perfection ne saurait durer bien longtemps. On ne repousse pas ses démons pour toujours. On ne les éloigne même pas pour un jour. On vit avec. Avec la certitude que quoi qu'on fasse, ça finira toujours mal. Un premier hoquet secoua le corps de pantin du blondinet. Puis, un second et c'est un véritable fou rire qui l'emporta brutalement. Il agrippa la jeune fée de toutes ses forces comme pour ne pas sombrer mais il susurrait déjà a demi voix:

"Douce, douce demoiselle féérique... Que puis-je esperer de plus qu'un simple baiser de votre part."

Soudain, il fut debout, les yeux étincelant de fièvre. Ses cheveux retombèrent lourdement sur son visage ne laissant visible que son immense sourire crispé. Il inclinait la tête de gauche à droite. Un pas en arrière et il buta contre la rambarde de la grande roue. Cette dernière semblait d’ailleurs subir un léger problème technique car ils étaient maintenant suspendus tout en haut du manège, la nacelle bercée par le vent. L'enfant du chaos jeta un regard en bas puis à la princesse:

"Que puis-espérer de votre part d’ailleurs? Moi qui ne suis qu'un fou. Un pauvre fou si dangereux que même le plus fous des lièvres ne se risquent plus à mes cotés. De toutes manières ils n'y survivent pas longtemps!"

Il eut encore une immense sourire et ... Il bondit hors de la cabine sous le regard ahuris des occupants des autres paniers. Se rattrapant au bord du toit, il resta un instant suspendu au dessus du vide, savourant les oscillations de leur petite embarcation. Il se délectait de l'horreur qu'il lisait sur le visages des inconnus. Ne laissant pas le temps à son égérie de répondre et bien déterminé à lui prouver qu'elle devait avoir peur de lui, et le fuir, il enchaina:

"Vous savez belle demoiselle, provoquer l'affection d'un être comme moi, un être dans l'âme noire suffit à tuer, ce n'est vraiment pas prudent. Mais je vois sur ton visage que tu ne me crois pas. Alors j'vais sans doute arrêter de jouer le gentil, j'vais p'tête arréter de me soucier de ce que tu peux bien penser et t'laisser voir c'que j'suis vraiment !'

Il éclata de rire et se hissa sur le toit de la nacelle. Tout ce qui retentissait maintenant c'était le bruit de ses pas sur la taule rose. Et soudain, la cabine pencha violemment et une ombre traversa les airs. Une personne levant les yeux à ce moment là aurait put voir un jeune homme un peu trop grand et un peu trop maigre bondir d'une nacelle à l'autre sans se soucier de la folie de son entreprise. La simple idée était stupide pourtant a cet instant... Maxxie était magnifique. Dans la réalisation la plus simple de sa psychose, il faisait. Il ne réfléchissait pas, il faisait, réfléchissant aprés, ou en cours de route parfois. Cette fois là, ce fut en cours de route. Il poussa un glapissement d'excitation et de terreur avant de s'écraser dans le panier voisin, projetant une jeune mariée par dessus bord. Il la regarda chuter avec dans les yeux la même lueur que dans ceux d'un enfant qui regarde un avion en papier qui effectue un très, très long vol. Puis il se désintéressa de la pauvrette pour plonger son regard dans celui de momoe et déclarer d'une voix froide:

"S'aurait put être toi."

Et brutalement... Il sembla se mettre sur off. Une odeur piquante s'élevait dans les airs. Comme lorsqu'il fait très froid et que l'on sens la neige jusque dans sa bouche. La lumière ne semblait plus accrocher à la peau de Maxxie. Il paraissait mort, comme s'il n'avait plus de présence.

"lady, Lady cherry, fuis, fuis tant qu'il est encore temps. Lady, Lady sun... Ta lumière ne pourras nous réchauffer. Alors retrouve ton bon sens et soit terrifiée de nous!"

D'un geste fluide il attrapa le marié ventripotent et plaqua sa main sur son visage. Ce mouvement sortit l'homme de sa transe et il assena un violent coup de poings dans le visage.Le prince déchu heurta la rambarde dans un bruit de tonnerre. Il se redressa néanmoins en titubant, un filet de sang coulant de ses lèvres. il y passa la langue et se figea un bref instant. Il observa l'homme qui recula instinctivement:

"On ne fait pas saigner les gens comme moi. Tu n'es pas digne de faire couler mon sang. Tu n'es même pas digne de lécher le sol que j'ai foulé."

Brusquement, sans que rien ne puisse prévoir son geste, il attrapa sa victime par la gorge. Cette fois, personne pour l’empêcher de mordre. Il allait montrer à cette petite pourquoi elle devait avoir peur de lui. Il ouvrit la bouche laissant apparaitre ses dents pointues. Une bouche démesurée. Trop grande pour être humaine. Il observa un instant sa princesse et plongea profondément ses crocs dans la chair tendre.Le liquide tiède coula dans sa gorge lavant le gout de son propre sang. Puis aussi rapidement il lâcha le corps inerte pour venir se percher sur le rebord de la cabine. Il bondit de nouveau pour retourner vers Momoe, mais la grande roue se remit en route à ce moment là et au lieu d’atterrir avec panache, il se retrouva agrippé au bord du plancher, le corps suspendu dans le vide, incapable de remonter... Un petit rire le secoua et il marmonna:

"J’espère que je vais tenir jusqu'en bas... Ou alors tu pourrais m'écraser la main et débarrasser le wonderland d'une pourriture!'
Revenir en haut Aller en bas
Goldilocks Moe
Admin
Admin
Goldilocks Moe

Féminin Age : 28

Carte du Joueur
◊ Power: Passe-muraille/télékinésie
◊ Orientation Sexuelle: Hétérosexuelle
Your Relationships:

Love me tender, love me truuuue <3  [Maxxie et Moe] Empty
MessageSujet: Re: Love me tender, love me truuuue <3 [Maxxie et Moe]   Love me tender, love me truuuue <3  [Maxxie et Moe] HorlogeoDim 21 Aoû - 1:55



Love me tender, love me truuuue <3  [Maxxie et Moe] Moemax10

Son souffle chaud venait danser dans les cheveux mielleux de la douce, son odeur elle, se jouait de ses sens, chatouillant son esprit pour mieux le conquérir. Enlacé sous la chaleur elle pouvait sentir les soubresauts de son patient. Il n'était qu'amusement démentiel et éclats de rire dérayant, avant de devenir la plus étroite des prisons. Ses longs bras l'enlacèrent, serrant d'avantage leurs corps dans des murmures. "Douce, douce demoiselle féérique... Que puis-je esperer de plus qu'un simple baiser de votre part." Mais cette étreinte aussi plaisante qu'elle puisse être ne put durer. Déjà la folie venait rattraper son esprit, le jeune prince n'était plus si proche, debout, se balançant comme à son habitude, avant d'apprendre à voler dans l'une des nacelles de la grande roue, marmonnant des choses illogiques et triste aux yeux de la douce. "Que puis-espérer de votre part d’ailleurs? Moi qui ne suis qu'un fou. Un pauvre fou si dangereux que même le plus fous des lièvres ne se risquent plus à mes cotés. De toutes manières ils n'y survivent pas longtemps!" En effet que devait-il espérer, elle même n'avait pas la réponse, alors qui pourrait le lui dire. Se disait-il fou pour vouloir la faire fuir? Voulait-il réellement la protéger de lui-même? Ne cherchait-il pas autre chose... Le temps n'avait désormais plus de repères, qu'il s'arrête ou s'accélère, Maxxie en était devenue le dirigeant et la poupée son spectateur au premier rang. Notre douce enfant admira ses prouesses aériennes, son cœur battant à tout rompre sous la peur de le voir choir."Vous savez belle demoiselle, provoquer l'affection d'un être comme moi, un être dans l'âme noire suffit à tuer, ce n'est vraiment pas prudent. Mais je vois sur ton visage que tu ne me crois pas. Alors j'vais sans doute arrêter de jouer le gentil, j'vais p'tête arréter de me soucier de ce que tu peux bien penser et t'laisser voir c'que j'suis vraiment !' Pourquoi voulait-il à ce point qu'elle ne soit que souvenir? Protection? Détermination? Peur? N'avait-il pas seulement peur de lui-même? Peur de ce qu'il pourrait lui faire? Peur de ce qu'elle pourrait lui faire? Elle n'avait pu, elle n'avait su trouver de réponse, alors comme la spectatrice qu'elle était, notre princesse continua d'admirer celui qu'elle venait de rencontrer...

Son rire raisonna de nouveau dans les airs, et dans un élan dangereux il prit son envol à nouveau illuminant les cieux de sa beauté. Ce n'était pas un prince de conte de fée, mais qu'importe. Ce n'était pas celui qui offre le sourire et la douceur d'une fleur, mais qu'importe. Qu'il ne soit que lame d'argent glacée qui glisse sur sa peau d'opale, ou mâchoire qui vous dévore les veines, elle n'arrivait pas à avoir peur. Était-elle Ange ou Démon? Telle est la question. L'atterrissage fut assez scabreux dans une nacelle couverte de dentelles et de niaiserie, il ne fallut pas longtemps à notre demoiselle pour comprendre qu'il s'agissait de jeune gens amoureux, de ceux qui vivent le « plus beau jour de leur vie » enfin deuxième vie. Plus beau jour qui tourna au drame en une fraction de seconde. La grande mains filiforme du jeune homme empoigna le visage déformé de panique de la demoiselle à la robe blanche, son corps mit sans doute autant de temps à venir se suspendre dans les airs, qu'à s'abattre sur le sol dans un bruit étouffé. La petit poupée ferma les yeux le temps de la chute, avant de regarder le bourreaux dans les cieux, les larmes commençant à couler sur ses joues rosées, bien qu'elle ne détourne son regard de lui."S'aurait put être toi." Il n'avait pas tord en effet, mais ce n'était pas elle. Immobile spectatrice, elle l'écoutait chanter, contemplant le spectacle de la panique, de l'agonie et de l'horreur qui se dressait autour d'eux. Ce fut bientôt au tour du marié de connaître le gourou du blondinet. Bien qu'il ne soit que graisse et paresse, ses poings vinrent frapper ce visage angélique. Le sang coula de ses lèvres et la mort commençait déjà à annoncer son approche. "On ne fait pas saigner les gens comme moi. Tu n'es pas digne de faire couler mon sang. Tu n'es même pas digne de lécher le sol que j'ai foulé." . Paroles princière avant la sentence de son arrogance, la gorge du condamné fut presque broyée et le prince planta ses crocs aux fonds de ses chairs, laissant couler son venin jusqu'à la mort.

Une fois cela terminer il voulut sans doute revenir prés de notre demoiselle mais il fut suspendu dans les airs à nouveau. La demoiselle s'approcha légèrement, son prince était suspendu dans le vide les mains posé sur le sol de sa nacelle, ils n'étaient pas loin du sol. Pourquoi ne lâchait-il pas ses mains, après ce qu'il venait d'accomplir juste avant cela n'était qu'un jeu d'enfant, non? Alors comme toujours elle l'écouta vaguement:"J’espère que je vais tenir jusqu'en bas... Ou alors tu pourrais m'écraser la main et débarrasser le Wonderland d'une pourriture!'.

Le corps de la douce se pencha lentement, elle s'accroupit et vint caresser les mains qui s'aggripent à la vie. Son regard se plongea dans celui du jeune homme, enfin s'il n'y avait pas eu le rideau dorée devant eux, et elle fit par lui sourire, toujours si tendrement, toujours si chaleureusement, mais bien plus tristement, elle commença alors à tirer sur l'une des mains pour l'aider à remonter, et chuchota:


Vous savez Maxxie, ce n'est pas comme cela vous arriverez à fuir..

La demoiselle tira d'avantage, manquant de tomber quand sa main glissa de celle du jeune homme, elle reprit rapidement l'équilibre avant de se pencher, presque allongée au dessus de lui, toujours dans l'optique de le récupérer:

Ce que je veux dire c'est que... n'êtes-vous pas celui qui cherche le plus à fuir de nous deux.. si je n'étais qu'une simple mariée... en effet...

A ses mots elle relâcha la main de son jeune homme prince qui était à la limite de la chute, pour vite le rattraper de ses deux mains et finir sa phrase en souriant presque amusée.

J'aurais fini comme la demoiselle à la robe de dentelle blanche... Alors...

Dans un effort rapide et volontaire, elle le ramena contre elle avant de chuter sur le dos. Le corps à bout de souffle et le visage empourprait, elle venait de réaliser qu'il était sauvé. Au dessus d'elle sur ses mains, elle pouvait admirer son visage, sa main encore tremblante de peur et d'efforts vint remettre ses cheveux en place lentement et elle finit sa phrase par:

Arrêtez de vous mentir et laisser simplement faire le temps...

Ses petites mains remontèrent le long de sa nuque, dessinant ses muscles, ses veines, ses perles de sueurs. Son visage lui vint se cacher dans le cou du jeune homme, qu'elle embrassa timidement, et enfin, elle se blottit simplement contre celui qui la surplomber. Je n'ai pas peur de vous... Maxxie.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Love me tender, love me truuuue <3  [Maxxie et Moe] Empty
MessageSujet: Re: Love me tender, love me truuuue <3 [Maxxie et Moe]   Love me tender, love me truuuue <3  [Maxxie et Moe] Horlogeo

Revenir en haut Aller en bas
 

Love me tender, love me truuuue <3 [Maxxie et Moe]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
+°°Alice's game°°+ :: Les Archives D'Alice's Game version 1.0 ♥ :: RP.-