FAQFAQ  CalendrierCalendrier  AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 If you were here... [Ken]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: If you were here... [Ken]   Ven 29 Avr - 13:08

Le vent soufflait toujours, les nuages bougeaient encore, les plantes n’avaient pas arrêtées de pousser et le temps avait continué d’avancer. Même si pendant tant d’années il avait cru que ce dernier c’était arrêté, même si toute la population de Wonderland avait cru que le temps avait mis fin à sa vie, il était là, étendu dans l’herbe, regardant les nuages immaculés se déplacer paresseusement dans le ciel bleuté. Rien n’avait changé et pourtant, tout était différent. Les gens, la ville, la nature… même le ciel. Rien n’était pareil maintenant qu’il savait que, quelque part, il y avait un autre ciel, des gens différents, des villes plus grandes et des territoires sauvages plus vastes. Il avait la chance de voir quelque chose de plus grand, de différent… et pourtant…

    «Et pourtant, j’étais resté. La voir ainsi, accourir vers moi dans cette caverne où j’avais passé ma vie à essayer de trouver une réponse, me rendant compte que pendant toutes ces années… que pendant ces décennies, ces siècles, elle avait croulé sous les rumeurs des autres. On disait que j’étais mort, qu’Alice s’était débarrassé de moi, qu’on m’avait assassiné. Et elle, elle avait dû entendre tout ça, l’endurer et essayer de croire… d’espérer que j’étais toujours en vie… car je l’étais. Elle avait cru en l’infime possibilité que mon cœur batte toujours, quelque part. Elle avait persisté à regarder cette petite lumière qui, petit à petit, semblait être engloutie par la noirceur.

    En la voyant ainsi, couverte de larmes, prête à inonder cette caverne dans laquelle j’avais pris la décision de rester tant et aussi longtemps que je n’aurais pas ma réponse, je me suis dis "Comment ais-je pu être aussi bête ?" Comment ais-je bien pu la laisser s’inquiéter pendant si longtemps ? Comment ais-je bien pu l’abandonner ? J’étais resté pendant si longtemps que j’avais oublié d’en compter les semaines. Mon dilemme m’avait tellement obsédé que j’en avais oublié le plus important : elle. Et c’est en la voyant que je me suis rendu compte que jamais je ne pourrais partir… pas sans elle, en tout cas. Pendant le court instant où je l’ai serré dans mes bras, je me suis senti libre. J’étais fixé sur ma décision… jusqu’à ce qu’elle me fasse cette promesse. Cette promesse qui me fit à nouveau douter et qui replanta cet horrible dilemme dans mon esprit.»


C’était là qu’il avait ouvert les yeux pour la première fois. La exactement qu’il avait exécuté son premier vol. C’était là qu’il était né.

Il avait découvert quelque chose qui l’obsédait, qu’il ne pouvait sortir de son esprit. Il se redressa donc, attrapant son chapeau qu’il avait déposé à ses côtés. Il ramena ses genoux vers lui et releva les yeux vers Nami qui le regardait, les larmes aux yeux. Arthur évita son regard et demanda le plus directement possible :

Est-ce que c’est vrai qu’Alice a disparue ?

Elle le regardait sans vraiment le regarder. Ses yeux étaient vides, vides de vie, mais surtout vides d’émotion. Ils étaient aussi sec qu’un désert, aussi inexpressifs qu’une machine. Elle le fixait simplement, comme jamais elle ne l’avait fait auparavant. Ce trou noir dans ses yeux, l’absence de larmes sur ses joues contribua à enrager le Gryphon dont la légende avait disparut avec les années comme on oublie les lignes d’un livre que l’on brûle jusqu’à l’âme. Il se leva alors, le visage déformé d’une rage alimentée d’une obsession qui, peut-être, ne disparaîtrait jamais. Il vint pour la prendre par les épaules pour la secouer, mais ses mains passèrent à travers son corps comme à travers un fantôme. Aussitôt eut-il cligné des yeux qu’elle avait disparue comme disparaissent les mirages. Ce qu’il ignorait, c’était qu’il y avait longtemps qu’elle aussi avait disparue de la surface de Wonderland. Ce qu’il venait de voir n’était qu’une illusion tout comme la jeune fille en pleure qui était venue le chercher l’avait été. Cette fois là, il N’avait enlacé que l’air qui l’entourait et la seule chose qui l’avait libéré était lui-même.

Pris d’une colère explosive, Arthur Smith hurla de toutes ses forces pour retomber assis sur l’herbe verte.

    «Qu’est-ce qui pouvait m’empêcher de partir maintenant ? Elle n’était plus là… et Alice non plus. Aaah, comme je les hais. Au diable aille Alice et au diable aille Wonderland. Je ne peux pas partir, je dois la retrouver. Elle n’est pas morte, seulement disparue, comme j’ai disparu. Comme elle, je vais la chercher et je vais la retrouver. Je ne pars pas tant que je ne l’ai pas retrouvée !»


Le Gryphon se coucha dans l’herbe et observa le ciel de nouveau, contemplant la première vue qu’il avait eu du monde, alors que tout commençait et que, déjà, Dieu avait commencé à le punir pour essayer d’atteindre son domaine.

Et c’est dans ces pensées qu’il plongea dans un demi-sommeil, plongé dans le doute et le remord.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: If you were here... [Ken]   Dim 9 Oct - 14:46

La brise Faisant voleter son capuchon, il l'enleva pour mieux voir où il se dirigeait. Il fronça un sourcil en voyant un homme qui tomba lâchant un cri strident. Ken se dirigea vers l'homme se demandant ce qui allait bien lui arriver. Il chargea sont desert eagle par simple mesure de précaution.

Il ne m'aura pas celui la

La brise tomba et d'un coup tout devin calme et ont aurait dit que l'espace même avait l'air plus grand. Asse que le coeur de Ken en avait des palpitations et il repensa a la mort de sa mère. Des souvenirs lointains refit surface, des souvenirs qui lui donna une envie soudaine de tuer.

Oui Oui une envie de tuer.

Il approcha de l'homme et le secoua. Aller réveiller vous. Il le mit sur ses jambes et dans un élan de folie il lui donna un petite gifle pour qu'il se réveille. Sans résultat Il pris une barre de chocolat et en pris une bouché. Gifla de nouveau l'homme pour qu'il se réveille et il parut reprendre conscience. Mais la subconscience de Ken était sur le point de le lâcher et de le rendre catatonique. Une seule chose pourrai l'aider c'est d'avoir un peu de compréhension de ce mondes. Le vent se remit a soufflé si fort que les arbres semblaient craquer. Rendent cet endroit moin rassurant qu'il l'était il y a quelques minutes. Ken pris son outre et versa de l'eau sur le visage de l'homme. Les cheveux dans le vent, Ken ne voyait presque rien mais, il remarqua que l'homme était réveillé. Mais pas dans une forme splendide.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: If you were here... [Ken]   Mer 12 Oct - 13:30

    «Je déteste les rêves. C’est chiant et ça sert à rien. En plus ils ne veulent jamais rien dire. Tu fais un rêve où ton pire ennemi meurt et il ne meurt même pas dans la vraie vie. C’est horriblement décevant. Aussi décevant que de rêver à Nami qui est là, devant moi, qui me sourie malgré les larmes qui lui montent aux yeux. Les rêves, ça ne sert qu’à montrer des choses qui ne sont pas vraies. C’est soit du n’importe quoi incompréhensible ou un stupide désir qu’on voudrait voir se réaliser. Merde que c’est chiant ! J’en ai marre de rêver, je veux me réveiller.»


La brusque tristesse du Gryphon s’était rapidement transformée en colère. Une colère contre Nami qui avait disparue, contre Alice qui avait aussi disparue, contre l’autre monde qui l’attirait tant, contre le ciel qui ne changeait jamais, contre cette gifle qu’il venait de recevoir, contre l’eau qu’il avait reçu au visage, contre ce qui devait être de la pluie, contre les rêves et peut-être même – sans qu’il ne l’admette – contre lui-même. La colère du Gryphon n’était pas à espérer. Elle était violente la plus part du temps. Il détestait être de mauvaise humeur, mais quand il l’était, il l’était pour de bon. Cette journée avait été gâchée et il savait qu’il serait furax jusqu’au soir, peut-être même durant toute la semaine. D’autant plus que maintenant la seule personne capable de le calmer avait disparue. Ce qui n’était pas bon du tout… pas bon pour le mec qui venait de lui lancer de l’eau au visage.

Quand il se rendit compte, en ouvrant les yeux, que ce n’était pas l’eau de la pluie mais bien l’eau d’une gourde qui venait de lui tomber en pleine figure, l’humeur d’Arthur ne se vit pas amélioré. Il prit un temps pour fixer l’homme au dessus de lui du regard le plus hostile possible, puis bondit dans les airs, avec l’aide de son pouvoir (sinon il n’aurait jamais pu se relever aussi rapidement) et celle du vent qui s’était levé, pour atterrir sur l’homme, ayant sorti son arme en plein vol, il put aisément la placer sa lame sous sa gorge une fois que l’autre fut plaqué au sol. Le Gryphon le regardait d’un regard aussi perçant que celui d’un aigle et ces mêmes yeux semblaient vouloir attaquer avec la puissance d’un lion. C’est entre ses dents qu’il siffla.

Je te conseille pas de jouer à ça avec moi. Je suis vraiment pas d’humeur aujourd’hui, reviens une autre fois sinon tu risque vraiment d’y passer.

En guise de justification, il appuya juste assez sa lame sur la gorge de l’homme pour créer une petite entaille qui dès l’ors laissa échapper une petite goute de ce sang si précieux. Mais alors, juste à côté de la tête de l’homme, il aperçut une tortue. Un petit animal minuscule, frêle et vulnérable. Il ne put alors s’empêcher de penser à Mock Turtle. Son attention ayant été ainsi détournée, la pression sur la gorge de l’homme s’allégea, se rendant lui-même vulnérable.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: If you were here... [Ken]   Jeu 13 Oct - 2:43

Ken étant abasourdi par l’action que cette homme venait de faire, il avait eu comme idée de ne pas le faire chiez. Il n’avait vraiment pas l’aire de bonne humeur et il ne voulait pas finir en lambeau de chair.

Désolé pour la gifle je ne te veux aucun mal. Le seul mal que je te veux ses le mal qui est dans ton cœur. Qui est cette jeune damoiselle? Je ne suis la que pour t’aider à la retrouver ou t’aider à faire ce que tu veux mais, je dois t’aider. C’est primordial

Ken le regarda perplexe espérant qu’il ne lui tranchera pas la gorge. Il voulait vraiment l’aider et il le ferait malgré sont désarroi. Il avait du mal a respirer mais, il ne broncha pas il se laisserait faire. Tout à coup, il remarqua que le jeune homme fixait quelque chose. Quelque chose qui avait fais baisser la vigilance de l’homme et qui avait crée une porte de sortit pour le jeunes Ken. Il lui rappela :

Allo je toujours la tu sais? Si tu veut je peux t’aider mais laisse moi enlever cette arme de sous ma gorge.

Il mit une main sur la lame de l’homme et lui demanda quel était son nom. Il s’aissa de regarder la tortue et fixa Ken Comme un chien battue qui avait de la compassion. Comme le regard qu’avait fait la mère de Ken quand il lui a enfoncé son couteau dans la poitrine. Cette image le ramena dans son enfance il tassa la lame de l’homme et lui dit :

Je sais que tu a perdu quelqu’un ou quelque chose mais, figure toi que moi aussi j’ai perdu un être aimer
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: If you were here... [Ken]   Mar 1 Nov - 10:32

    « Wonderland, mon amour, ma vie, mon créateur, mon prédécesseur, mon Dieu, ma foi, mon avenir, mon essence, mon âme et mon salut. Je t’ai vu grandir, tu m’as vu vieillir. Les années ont passées et peu à peu, j’ai appris sur toi et vice versa. Tu m’as tant offert et je t’ai tant remercié. J’ai accepté ces doux cadeaux que je me voyais être confié, mais voilà le problème, doux Wonderland. Au fil des années, ma foi s’est effacée. Au fil des années, tu as cessé de me parler et tu as osé me montrer ce que je voulais posséder. Au fil des années, je t’ai oublié, ne donnant d’yeux que pour ce reflet devant moi. Puis, tu es revenu me souffler à l’oreille la raison qui me manquait. Je suis donc revenu, toujours hanté pourtant par l’envie de me retourner et m’en aller. Donc, Wonderland, dis moi, qu’as-tu à m’offrir, toi qui m’a enlevé tout ce que je chérissais en ce monde, dis moi, que gagnerais-je en restant ici, dis moi ce qui m’empêche de partir ? Qu’as-tu à m’offrir de plus que ce nouveau monde que j’ai à découvrir ?

    Voilà, je comprends maintenant. Tu l’as enlevé pour me forcer à rester, pour me forcer à la chercher. À les chercher. Comment as-tu pu faire preuve d’une aussi grande cruauté ? Comment as-tu osé ? Tu as gagné, je vais rester, mais ne t’attends pas à ce que je reste. Aussitôt aurais-je trouvé celle qui illumine mon cœur que je partirai avec elle. »


La grande majorité des paroles qu’avait prononcées le mec ne fut pas entendu par Arthur. La seule chose qui lui parvint aux oreilles fut :

– Je sais que tu as perdu quelqu’un ou quelque chose, mais figure toi que moi aussi j’ai perdu un être aimé.

Tout de suite, une colère brûlante vint envahir son regard. Un peu plus et ses yeux se transformaient en charbon. Le Gryphon planta violement son épée dans le sol et attrapa l’homme par le chandail, approchant son visage à deux centimètres du sien.

Qu’est-ce qui te fais dire que j’ai perdu quelqu’un ? Tu veux crever ?

Arthur le laissa tomber par terre, récupéra son épée qu’il rangea dans son fourreau et s’en alla à pied. Bon, savoir qu’il s’en va à pied n’est pas une information très utile pour quelqu’un de normal, car tout le monde normalement s’en va à pied. Cependant, pour Arthur, il s’agissait de quelque chose d’absolument hors du commun. S’il avait été dans un état normal, il se serait envolé tellement rapidement qu’on aurait entendu une détonation semblable à cette d’un avion supersonique. Rarement… ou plutôt jamais il voyageait à pied, ce qui voulait dire qu’il n’était vraiment pas dans son assiette. Cependant, le Arthur triste n’existait pas. Si jamais il ressentait ne serait-ce qu’un tout petit peu cette émotion, il la transformerait aussitôt en haine. Conclusion : le mec était mieux de ne pas insister.


[Désolé pour le retard ><]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: If you were here... [Ken]   Sam 19 Nov - 9:11

Ken suivi l'homme de loin il ne lui faisait pas confiance et il voulai l'aider.

''Attend!! Je veut t'aider c'est tout.''

Il s'avait que cette homme était traquasser. Ill s'approcha de l'homme en se raclant la gorge.

''Pourquoi est-tu si hostile envers moi?''

Il voulait la réponse a cette question. il regarda le ciel et pensa a sa mère qui l'observait surment.

''Aller soyont ami nous deux, qui a t il de mal a sa.''

Il se placa face a cette homme en marchant a reculont et le regarda dans les yeux.

''Est-ce que j'ai l'aire de te vouloir du mal.''


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: If you were here... [Ken]   Sam 19 Nov - 10:06

[J'interviens. Je suis admin d'un forum et je n'ai jamais vu ça encore. S'il te plait, dans le règlement c'est 15 lignes minimum. Là, il y a 8 lignes et encore, les phrases ne vont pas jusqu'à la fin. Je comprends qu'on est pas le temps ni l'inspiration mais là, il ne faut pas pousser. Je trouve que c'est irrespectueux envers la réponse d'Arthur ... qui est appliquée et soignée. De plus, il y a une faute a chaque mot et il n'y a même pas de point d'interrogation a la fin de tes questions. Désolé d'être méchant mais franchement, je ne sais pas quoi te dire à part que si j'étais a la place d'Arthur, je ne te répondrais même pas.

Je supprimerais mon post quand tu auras édité. S'il y a des contestations, c'est par MP, merci.]
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: If you were here... [Ken]   

Revenir en haut Aller en bas
 

If you were here... [Ken]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
+°°Alice's game°°+ :: Les Archives D'Alice's Game version 1.0 ♥ :: RP.-