FAQFAQ  CalendrierCalendrier  AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 ~Seiji Akami~ Tueur à gage

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: ~Seiji Akami~ Tueur à gage   Mar 26 Avr - 4:24





Let me feel I'm falling ... I am falling ... Safely to the ground ...



    Nom : Akami
    Prénom : Seiji
    Âge : 20 ans
    Date de naissance : 4 avril 1991
    Orientation Sexuelle : Hétérosexuelle
    Goupe : Dark Dogs
    Emploi : Tueur à gage.
    Mot le plus employé : Ce n'est pas un mot, juste un petit rire accompagné d'un sourire moqueur.
    Rêve : Pourquoi en aurait-il un? Il veut juste tuer...
    Arme & Pouvoir : Il a toujours sur lui son flingue et son poignard. Il peut contrôler le corps des personnes qui l'entourent. Màj ; Restriction : Il doit être à moins de 20 mètres de la personne pour pouvoir la contrôler et doit pouvoir la voir (donc être dans la même pièce d'une maison et être dos a dos a la vitime, ça ne marche pas.) La manipulation corporel ne peut pas durer plus d'1/4h, passé ce délai, seiji perd trop d'énergie et risque de s'évanouir. Il doit attendre une heure avant de pouvoir recommencer.





    Légèrement macho : Il traite les femmes comme des êtres inférieurs et ne les prend pas au sérieux. Il les voit ainsi simplement car il les compare toutes à sa défunte Rosaline et qu’aucune n’est aussi magnifique qu’elle.

    Centré sur lui-même : Il n’aime pas s’occuper des autres et se préoccupe plus de sa survie que de celle de ceux qui l’entourent. C’est surement l’une des raisons qui fait qu’il est aujourd’hui tueur à gage.

    Sadique : Il aime faire souffrir les autres autant qu’il a souffert. C’est sa manière de se défouler et de déchaîner sa colère contre ce monde. Son cher poignard est d’ailleurs son instrument idéal pour exprimer cette sanglante partie de lui.

    Loyal : Il honore toujours ses contrats et reste fidèle à Ryo, son « maître » (ce qui ne l’empêche pas d’accepter quelques contrats venant d’autres personnes du moment que c’est payé)

    Confiant : Il sait qu’il va réussir. Aucune de ses proies ne lui échappe jamais grâce à son pouvoir. Un vrai chasseur ! Un conseil ? N’apparaissez jamais sur sa liste…

    Pour lui, impossible d’être heureux. Bien sûr, vous verrez peut-être un jour un sourire orner sa bouche, mais le rire n’est plus un son qui s’en échappe depuis qu’il est arrivé à Wonderland. Depuis ce jour, le bonheur, il ne veut plus en entendre parler. Seiji s’est donc constitué une sorte de carapace émotionnelle très solide et dure à briser. Peut-être se cache-t-il derrière, ce qui lui donne parfois l’air froid et distant…

    Seiji est adroit, précis, et sait extrêmement bien viser. Il en donne la preuve grâce au flingue toujours attaché à sa ceinture. Quand il ne se sent pas d’humeur sadique et qu’il n’a ni envie, ni le temps de s’amuser, il laisse son poignard dans son étui et préfère une exécution rapide plutôt que de vous mutiler et de vous faire souffrir le martyre.


    Seiji est un jeune homme au physique avantageux et agréable à regarder. Assez mince et élancé, il attire pas mal de filles à ses cotés. Bien sûr, étant donné la manière dent il les considère et les traite, elles ne restent jamais très longtemps (une nuit en général, ça suffit). Il est grand (ce qui tombe bien car il aime que les femmes soient plus petites que lui), environ 1m90, et possède un corps d’athlète, ou plutôt, un corps de nageur. De larges épaules, une taille fine et de longues jambes. Pourtant, aussi loin qu’il s’en souvienne, Seiji n’avait jamais fait partie d’une équipe de natation. Il n’avait même jamais vraiment aimé l’eau. Son visage ovale est doté d’une peau douce et nette. Ses yeux magnifiques, sont d’un bleu éclatant et profond. Son nez fin est en accord avec sa bouche si délicate et délicieuse, que l’on aurait envie de l’embrasser jours et nuits sans interruption. D’un brun précieux, ses cheveux volent au vent comme l’esprit libre et divergeant de Seiji. Quelque peu en pagaille, ils reflètent la personnalité du jeune homme et lui donnent un coté beau gosse mystérieux, effet amplifié par le fait que quelques mèches rebelles lui arrivent devant les yeux.





    Né dans le sud du Japon, à Kobayashi, Seiji avait tout pour être heureux et mener une belle vie en honnête homme sans histoire et saint d’esprit. Une grande maison, fils unique de parents aimants et ayant une bonne situation. Pourtant, à douze ans, il braque une banque. À quinze, il effectue son premier séjour en prison pour vol de voiture. À dix-sept ans, il paraît devant un tribunal correctionnel pour coups et blessures graves sur l’un de ses professeurs (notez qu’à cette époque il n’allait en cours qu’un jour sur 15…) Nouveau séjour en prison. Pendant ce séjour, qui dura plusieurs mois, il fit la connaissance de pas mal de personnes, notamment d’un membre d’un gang très dangereux. À sa sortie de prison, il fut engagé comme tueur à gage au sein de cette organisation malsaine. Bien qu’il n’ait jamais tué personne, il accepta.

    Je sais, vous vous demandez sûrement comment un jeune garçon sortit d’une bonne famille, à pu devenir un voyou de seconde zone puis un tueur à gage… Eh bien… La vérité, c’est que toute la famille n’était pas si merveilleuse que ça… Son oncle était un homme profondément et foncièrement malsain. Père de deux enfants et époux modèle, il dissimulait parfaitement le psychopathe qui agissait en lui. Quand il devait garder Seiji, il l’emmenait dans une pièce fermée à triple tour où étaient dissimulé des corps de femmes, des corps sans vie. Toujours devant Seiji, il déshabillait ses cadavres et se livrait à toute sorte d’expériences scientifiques toutes plus tordues les unes que les autres. Quand l’un des corps ne trouvait plus d’utilité à ses yeux, il le découpait en petits morceaux et les incinérait afin qu’il ne reste aucune trace. Seiji lui demanda un jour pourquoi il ne montrait ce spectacle qu’à lui et pas à l’un de ses enfants. L’oncle avait sourit étrangement avant de dire :

    -Toi, tu n’es pas comme les autres, tu es spécial ! Et puis… Toi, tu sais garder un secret.

    Un jour, ledit oncle emmena Seiji à l’extérieur et lui montra comment traquer et capturer ses proies. Mais ce soir, là, un homme, qui empestait le saké, vint les interrompre, un flingue à la main. Sans prévenir, il dirigea l’arme vers l’oncle de Seiji et tira deux coups de feu. Deux balles dans la tête, il tomba, mort avant même d’avoir touché le sol. Le clochard imbibé d’alcool dirigea ensuite son arme vers Seiji et tira. Mais rien ne se produisit, la cartouche était vide. Paniqué, le meurtrier tourna les talons et courut avant de se prendre les pieds dans une corde et de tomber lourdement sur le sol. Manque de bol, sa tête atterrit sur un pieu de métal qui dépassait de la terre et fut empalée. Tout s’était passé très vite, moins d’une minute sûrement. La police arriva, alertée par les coups de feu et découvrit le pauvre gamin, seul et choqué entre son oncle, tué par des coups de feu et un parfait inconnu, étalé sur le dos avec un pieu sui lui sortait du crâne.

    Seiji n’avait que 10 ans.

    Il s’en suivit de nombreuses consultations chez un psychologue mais rien n’y fit, il ne dévoila jamais rien et garda toujours secret les agissements de son oncle. Personne ne les eut d’ailleurs jamais découverts. Petit à petit, il se renferma sur lui-même et ne voulut plus voir personne. À part Rosaline. Une magnifique jeune fille de l’âge de Seiji. Il avait l’impression de la connaître depuis toujours. Ils partageaient tout ou presque. Ce qui n’empêcha pas Seiji d’agir comme une petite racaille. Elle fut la première et la seule personne à savoir ce qui c’était passé cette nuit là et à connaître les sentiments qu’il avait pu ressentir. Les deux enfants grandirent ensembles et finirent par devenir amants, aux alentours de leurs 17 ans, avant le second séjour à l’ombre de Seiji.

    Tout le temps que Seiji passa en prison, Rosaline l’attendit. L’amour qui les unissait était plus fort que tout. Cependant, lorsque Seiji devint tueur à gage, il ne lui dit rien et préféra taire cet épisode aux yeux de sa bien aimée. Deux ans durant, la vie passa aussi tranquillement que possible. Rosaline continuait ses études et pensait que Seiji alternait les petits boulots pour ramener de l’argent. Les contrats se succédaient et le nombre de victimes de Seiji augmentait chaque jour. Mais un matin, il ouvrit l’enveloppe qui contenait l’identité de sa future victime et eut un choc lorsqu’il découvrit le visage de Rosaline. La surprise fut telle qu’il lâcha tout ce qu’il avait en main et dut s’asseoir. Non, même si l’organisation le lui demandait, il ne pourrait jamais tuer Rosaline. Pas l’amour de sa vie, pas la seule personne qui le comprenait. Il en était incapable…

    C’est donc la raison pour laquelle, le matin même, il se rendit au QG de l’organisation pour parler à ses supérieurs. Mais, malgré une bonne heure de débat acharné, il n’eut pour seule réponse que s’il ne se décidait pas à tuer Rosaline, un autre membre de l’organisation le ferait. Et si c’était le cas, Seiji le savait, son amour mourrait dans d’atroces souffrances. C’est ainsi qu’il rentra chez lui le soir, la mine sombre et résolue. Rosaline était tranquillement en cuisine et préparait à manger. Seiji s’approcha doucement. Elle se retourna et le vit.

    -Seiji ! C’était bien le travail ? Regarde, je t’ai préparé des spaghettis avec la sauce de ma grand-mère !

    Le jeune homme aurait voulut en finir au plus vite, mais, au lieu de ça, il lui sourit amoureusement et gouta sa sauce.

    -Délicieux !

    C’est à cet instant précis, lorsque Rosaline rougit légèrement et l’embrassa comme elle savait le faire, qu’il décida de lui faire passer la plus belle soirée qu’il put avant d’accomplir son acte funeste.

    Il la prit donc par les épaules et la massa tendrement avant de lui glisser à l’oreille :

    -Va t’asseoir et repose toi, je m’occupe du reste.

    Elle fut agréablement surprise et le fit. Seiji commença à préparer la table et y installa un bouquet de fleur ainsi que quelques chandelles sous le regard surpris et comblé de Rosaline. Ce soir là, ils parlèrent beaucoup. De tout, de rien, avec bonheur et bonne humeur. Seiji se faisait un plaisir de l’entendre raconter ses journées et surtout, de l’entendre rire. Son rire si mélodieux qu’il avait si souvent entendu, qu’il connaissait depuis l’enfance et qui le remplissait d’un sentiment de plénitude total. Une fois le dîner finit, il la porta pareil à une princesse et monta les escaliers pour la conduire dans leur chambre afin de lui offrir ce qu’il savait faire de mieux, une nuit inoubliable. Ce qu’elle apprécia fortement. Mais, après cet acte de délice vint le moment si redouté par Seiji. Il ne sut d’abord pas comment lui annoncer et prit une décision toute autre. Ne pas, ou presque pas, lui dire. Lâche, c’est vrai je le sais, et il le savait aussi. Il lui embrassa le front.

    -Ma belle, il n’y aura pas de lendemain pour toi…

    Elle ne comprit pas et leva la tête.

    -Quoi ? Qu’est-ce que tu dis ?

    Il la regarda dans les yeux et sourit en lui caressant la joue.

    -Non, rien, oublie. Endort toi ma chérie !

    Elle sourit et l’embrassa avec amour avant de mettre sa tête sur son torse de mettre son corps contre celui de Seiji et de fermer les yeux. Deux minutes plus tard, elle dormait profondément. Seiji prit alors la seringue qui se trouvait sur sa table de nuit et injecta le produit dans le bras de la jeune femme.

    Le lendemain, Seiji se réveilla. Le produit avait fait son effet. Il ne sentait plus la ferveur avec laquelle elle s’accrochait à lui. Il ne sentait plus la chaleur de son corps blottit contre le sien. Il ne sentait plus son souffle lent et régulier sur son torse nu. Et pire que tout, il ne sentait plus son cœur battre contre lui. C’est alors qu’il se leva calmement, après avoir déposé un baiser sur les lèvres glacées de Rosaline et prit l’arme qui se trouvait dans la table de nuit. Non, il n’accepterait jamais de vivre alors qu’il venait de tuer la seule femme qu’ l’avait jamais aimé… Lentement, il posa l’arme sur sa tempe, ne laissant paraître aucune émotion sur son visage blême. Il ferma les yeux avec une certaine sérénité, souffla un bon coup, puis tira deux coups. Il s’écroula à terre. Seiji venait de mourir comme son oncle.

    * * *
    La seule différence avec sa bien aimée Rosaline, c’est que lui, se réveilla. Pas dans le monde des humain, non ! À Wonderland ! Wonderland, pays où seul les morts et les comateux peuvent pénétrer. Tout d’abord, il n’accepta pas de vivre et d’avoir une seconde chance, mais s’y fit avec le temps. Il n’avait plus aucun respect pour les femmes car aucune n’arrivait à la cheville de sa fiancée. Un jour, il fut harcelé par une fille. Il en avait tellement marre qu’il aurait voulut la liquider sur place. Mais très vite, il s’aperçut qu’il pouvait contrôler son corps par la pensée. Il pouvait contrôler le corps des personnes qui l’entouraient. La jeune femme lui tournait toujours plus autour. Il la frappa au visage, ce qui la fit tomber à genoux. Il sortit son arme et lui tendit.

    -Prend là !

    La jeune fille tendit sa main tremblante pour saisir l’arme. Seiji sourit sadiquement.

    -Pose-le sur ta tempe !

    Elle obéit, les larmes aux yeux.

    -Une dernière volonté ?

    La jeune femme éclata en sanglots.

    -Pitié ! Non ne fait pas ça !

    Seiji approcha sa tête de la sienne et dit le plus froidement du monde.

    -Tire !

    La jeune et pauvre personne mourut sur le coup. Seiji rit d’un air fou et ramassa son arme avant d’enjamber le corps inerte de cette vie perdue et de partir. Il tomba alors sur un certain Kurogane, Ryo Kurogane. Celui-ci, qui avait vu la scène, lui proposa de rejoindre sa secte. Un nouvel emploi de tueur à gage, pourquoi pas ! Après tout, ici, il n’avait personne qu’il appréciait, et il ne risquait pas de s’attacher à qui que ce soit ! C’est avec plaisir qu’il accepta cette place au sien de la secte la plus secrète et dangereuse de Wonderland, les Dark Dogs.






    Pseudo/Prenom : Eliott
    Âge : 15 ans
    Avatar : Shiki Senri (Vampire Knight)
    Comment as-tu connu le forum : Grâce à Ryo.
    Comment le trouves-tu ? : (Un défaut obligatoire è.é ) Je n'ai pas de défaut sous la dent, j'aime beaucoup.
    Une idée pour l'améliorer ? : Nan, pas vraiment =D
    Ta présence sur 10 : 5/10
    Quand je dis rose, quel est ta première pensée ? : Have a Bonbon 8D
    Regardez à votre droite, que voyez-vous ? Un gros bordel xD
    Hors la loi ou policier ? : La première option...
    Manger ou Boire ? : Boire bien sûr =)
    Règlement retenu ? Si oui, donnes le code : Rose noire ~

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: ~Seiji Akami~ Tueur à gage   Mar 26 Avr - 11:34

Superbe fiche ♥
Sans blague ? xD
Bref, je te valide ~
Je suis crevé et tu l'as bien mérité x.x
Bienvenue chez la secte des barjooooos 8D
Revenir en haut Aller en bas
Erzähler
Fondateur
Fondateur
avatar

Féminin Age : 25

Carte du Joueur
◊ Power:
◊ Orientation Sexuelle: Inconnu
Your Relationships:

MessageSujet: Re: ~Seiji Akami~ Tueur à gage   Mar 3 Mai - 23:58

Bienvenue : D



Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: ~Seiji Akami~ Tueur à gage   Mer 4 Mai - 3:11

Bon, comme je l'ai demandé a Seiji, je lui ai demandé de restreindre un peu son pouvoir...Je trouvais que ça faisait trop fort et frôlait le power trip. Des objections?~♥
Revenir en haut Aller en bas
Erzähler
Fondateur
Fondateur
avatar

Féminin Age : 25

Carte du Joueur
◊ Power:
◊ Orientation Sexuelle: Inconnu
Your Relationships:

MessageSujet: Re: ~Seiji Akami~ Tueur à gage   Mer 4 Mai - 21:45

Je suis d'accord ! Une mini limite comme le temps d'utilisation ou le fait que cela puisse l'épuiser physiquement.



Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: ~Seiji Akami~ Tueur à gage   Dim 5 Juin - 4:45

Pouvoir restreint o/
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: ~Seiji Akami~ Tueur à gage   

Revenir en haut Aller en bas
 

~Seiji Akami~ Tueur à gage

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
+°°Alice's game°°+ :: Les Archives D'Alice's Game version 1.0 ♥ :: Fiches.-